La gazette

La chicha : une porte d’entrée dans le tabagisme !

La chicha : une porte d’entrée dans le tabagisme !Arrêter de fumer

« Chicha », « narguilé », « pipe à eau »…pour beaucoup, ces termes évoquent davantage la convivialité, d’agréables soirées dans les cafés orientaux qu’un tabagisme probablement aussi à risque que celui induit par la consommation de cigarettes.

  • Les particules toxiques sont filtrées par l’eau.
  • Le tabac à fumer avec la chicha ne contient presque pas de nicotine.
  • Je ne fume pas, la chicha ça ne compte pas !

Autant d’idées fausses qui masquent la dangerosité de cette pratique, dénoncée par l’OMS.

Pourtant quelques chiffres parlent d’eux même

  • Un fumeur de cigarettes prend des bouffées de 40 ml en moyenne, à raison de 15 bouffées par cigarette
  • Tandis qu’un fumeur de chicha prend des bouffées d’environ 1000 ml et 40 bouffées pour une dose de tabac.
    Le calcul est simple, alors que pour une cigarette le volume de fumée est d’environ 600 ml, pour une dose de tabac à chicha le volume est de 40 litres !

Deux objections à cela

  • La chicha se fume en général en groupe tandis qu’un fumeur de cigarette en fume plusieurs.
  • La fumée de la chicha est filtrée par l’eau.

Admettons qu’une dose de tabac à chicha soit fumée par un groupe de 5 personnes, le volume de fumée par personne reste de 8 litres, soit l’équivalent de plus de 10 cigarettes ! Par ailleurs les chichas se fument généralement dans les lieux confinés, où la fumée stagne.

Les fumeurs sont donc extrêmement exposés au courant de fumée dit tertiaire (fumée expirée par un fumeur), dont on a montré qu’il est encore plus toxique que le courant primaire (fumée inspirée par le fumeur). Dans un café oriental, les taux de CO sont bien supérieurs à ceux des alertes à la pollution dans les villes !

Cette fumée est-elle filtrée par l’eau ?

Dans une certaine mesure cette affirmation est vraie : 50 à 75% de la nicotine est retenue par le bullage (le passage dans l’eau). Ainsi que 70% des particules contenue dans la fumée.  Cependant, étant donné le volume de fumée, l’exposition aux particules contenues dans la fumée (primaire et tertiaire) reste très importante.

Par ailleurs, le monoxyde de carbone (CO) dégagée par la combustion du tabac, et qui est à l’origine d’une mauvaise oxygénation du sang chez les fumeurs, passe à 99% à travers le bullage. Pour ce qui est du CO, fumer une chicha équivaut à fumer environ deux paquets de cigarettes !

La chicha, un usage marginal ?

C’est plutôt un usage des jeunes puisqu’un lycéen sur deux a déjà fumé le narguilé, ainsi que 20% des collégiens ! Or si la majorité des fumeurs pense ou désire se sevrer un jour, ce n’est pas le cas des fumeurs de chicha ! Cet usage décroit pourtant avec l’âge, mais la dépendance à la nicotine s’étant installée le switch se fait pour la cigarette…


Auteur : Dr Hélène Pera

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

La chicha : une porte d’entrée dans le tabagisme !