La gazette

Mon entorse de la cheville est-elle grave, docteur ? 🦶

Mis à jour en Janvier 2020

Une entorse est un mouvement forcé d’une articulation, au-delà de ses amplitudes normales. Que se passe t-il alors dans nos corps ? Comment déterminer si une entorse est grave ? Quels sont les gestes utiles pour limiter les complications ? MédecinDirect lève le voile sur cette blessure courante.

 

Comment se produit une entorse ?

Une entorse, c’est un mouvement forcé d’une articulation, au-delà de ses amplitudes normales. Cela va au minimum étirer abusivement les ligaments (voir glossaire en bas de l’article), et au-delà, les déchirer :

  • soit en occasionant des micro-déchirures qui n’interrompent pas le ligament (qui va cicatriser facilement),
  • soit en provoquant des déchirures plus larges (partielles ou totales), qui vont demander une contention plus longue pour bien consolider.

 

Dans le cas d’entorse de la cheville, le mécanisme le plus courant est l’entorse avec la plante du pied vers l’intérieur. Elle concernera le ligament latéral externe. Souvent, elle est provoquée par une irrégularité du sol que l’on n’aura pas vu, si les réflexes de « rattrapage » ne sont pas assez véloces. On peut aussi bloquer la pointe du pied ou le talon et passer au-dessus de son pied en hyper-extension. Cela va léser le ligament antérieur. Plus rarement, l’entorse peut partir de la plante du pied vers l’extérieur, lésant le ligament latéral interne.

Les lésions vont principalement dépendre de l’état antérieur de la cheville et de la vitesse du traumatisme. Pour un même mouvement, une articulation déjà laxe va être impressionnante dans ses amplitudes mais va créer peu de lésions sur le ligament (qui ne se met en tension qu’à la fin). Au contraire, une cheville bien tenue, avec peu d’amplitudes, va se trouver tout de suite au-delà de la longueur maximale du ligament et le déchirer.

Mais il existe des mécanismes et des lésions plus complexes. Cheville et cou-de-pied comprennent plusieurs articulations. Ainsi, plus vous serez précis en décrivant les circonstances (mimer ce qui s’est passé), plus l’inventaire des lésions sera efficace et le traitement performant. Gardez cela à l’esprit, que vous décriviez l’incident par téléconsultation ou en consultation physique !

 

Comment savoir si votre entorse est grave ?

Plusieurs degrés de gravité sont définis par les lésions :

  • du ligament concerné de la cheville,
  • des autres articulations du pied (le cou-de-pied en particulier)
  • osseuses ou cartilagineuses (éventuellement).

 

Les différents degrés, selon l’état du ligament, sont :

  1. Entorse bénigne : étirement simple. Il n’y a pas de gonflement immédiat, pas d’ecchymose (même le lendemain). On est capable de marcher sur son pied, même si la nuit suivante est en général très inconfortable.
  2. Entorse de moyenne gravité : vous avez ressenti une sensation de déchirure ou un craquement (les craquements entendus mais pas ressentis peuvent être dus au mouvement trop brutal et ample de la cheville). Cela gonfle parfois tout de suite. Parfois, le sang apparaît sous la peau ultérieurement. L’œdème, même s’il peut être gênant, est une réaction locale dont l’importance est indépendante de la gravité de la déchirure.
  3. Entorse grave constatée d’emblée : le craquement est franc et un « œuf de pigeon » apparaît dans la demi-heure. L’appui est très difficile. Il faut d’ailleurs l’éviter et vous faire accompagner à une consultation en urgence. À défaut, faites-vous prêter une béquille, une canne ou un bâton de marche. En attendant de vous rendre à votre consultation d’urgence :
    1. mettez de la glace le plus vite possible sur votre entorse
    2. réalisez un bandage en 8 basique modérément serré, pour limiter le gonflement. Cela va faciliter la vraie contention ultérieure.

 

⚠️ Méfiance ! Quand la déchirure est importante, cela concerne aussi les fibres nerveuses de la sensibilité. La douleur peut s’atténuer fortement voire disparaître ensuite : ne vous y fiez pas si les premiers signes de gravité ont été présents. Vous souhaitez l’avis d’un médecin ? Pensez à la téléconsultation

 

Comment le médecin va t-il examiner votre entorse ?

Le médecin se fera une première idée des lésions en vous interrogeant et vous palpant. En cas de doute sur une lésion osseuse (de type arrachement sur l’insertion ligamentaire), il pourra s’aider d’une radiographie simple. Les radiographies à la recherche des mouvements anormaux (qui signent une entorse grave) sont abandonnées en urgence. Si besoin, elles sont effectuées au bout de 3 semaines, quand on ne risque plus avec ces manœuvres d’aggraver une déchirure.

 

Bien récupérer d’une entorse

Pendant de nombreuses années, les traitements des entorses de cheville ont été très disparates. On pouvait se retrouver, dans le même cas, aussi bien avec un plâtre de 6 semaines qu’un strapping (2). Par la suite, il y a eu plusieurs améliorations, d’abord dans les matériaux de contention. L’avantage de toutes les méthodes fonctionnelles, c’est de préserver la « programmation » de la marche dans les circuits nerveux. C’est ce qui permet une déambulation naturelle, une fois passée la première semaine. Leur usage modéré permet une cicatrisation souple et évite l’enraidissement.

Un protocole (nommé GREC) énumère les premiers réflexes à avoir en cas d’entorse pour prévenir les complications :

  1. Glaçage (au niveau de la lésion)
  2. Repos (décharge de l’articulation par des cannes, béquilles ou tout autre moyen d’appui)
  3. Elévation (de l’articulation)
  4. Contention (avec des compartiments gonflables)

👉 Découvrez notre article dédié au protocole G-R-E-C !

 

Les moyens complémentaires

  • Les anti-inflammatoires, sans abus, pour ne pas perturber les processus de cicatrisation.
  • Les soins de réadaptation sont parfois utiles dès l’entorse bénigne et indispensables dans les stades plus sévères.

Le but n’est pas tant (sauf cas particuliers) de « renforcer » ou remuscler, mais surtout de réactiver les circuits réflexes qui assurent la stabilité de la cheville et le « rattrapage » des faux-pas. Cela s’appelle la rééducation proprioceptive (3. Il s’agit d’une reprogrammation globale, un véritable entraînement des réflexes protecteurs.

  • Parallèlement, si besoin, le kinésithérapeute va poursuivre les soins antalgiques et anti-inflammatoires, qui a cette étape peuvent être traités intensivement, et les éventuels enraidissements.

 

Quelles sont les principales complications des entorses de la cheville ?

 

Cas d’une entorse simple du ligament latéral

  1. La cheville peut rester raide. On pourra alors la ré-assouplir avec des mobilisations faites par le praticien, et/ou la pratique assidue de posture tenues à leur amplitude maximum.
  2. La cheville peut a contrario rester trop lâche, avec du jeu entre les surfaces articulaires. Cela va entrainer une instabilité dans les mouvements (entorses qui se répètent trop facilement). La rééducation proprioceptive est fortement recommandée, même sans laxité à l’examen, quand l’entorse a été un tant soit peu sévère. Certains auront besoin de mettre une chevillère spéciale pour leurs activités sportives.
  3. Les douleurs persistantes sur certains mouvements sont rarement un problème difficile à résoudre. Elles finiront par céder avec des soins locaux ou simplement le temps.
  4. En cas de douleurs plus constantes (a fortiori la nuit), le médecin recherchera, comme dans tout traumatisme, des signes d’algodystrophie (syndrome douloureux régional devenu autonome, par des mécanismes complexes). Le traitement est plus spécifique et demande de la patience.

 

Cas d’une entorse avec des lésions associées

  1. Des douleurs à l’appui persistent dans la cheville, a fortiori avec gonflement à l’effort. Elles indiquent éventuellement une lésion du cartilage articulaire, qui va demander un allègement de l’appui plus prolongé le temps de récupérer. Ces douleurs peuvent également indiquer une lésion du ligament de l’articulation sous-jacente (entre astragale et calcaneum) qui aura ses propres soins locaux, plus en profondeur.
  2. Des points douloureux très localisés (sur des cicatrices trop raides ou calcifiées) répondent bien en général aux soins locaux. Il y a une possibilité d’algodystrophie chez certains.
  3. Une cheville et/ou un pied sans jeu excessif mais avec des entorses à répétition pourront eux aussi bénéficier de la rééducation proprioceptive.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais représente ce qui est le plus souvent rencontré en consultation.

 

Les entorses sont souvent traitées avec négligence, car elles font moins peur qu’un os cassé et sont souvent moins gênantes fonctionnellement. Mais elles demandent souvent des soins plus assidus pour une bonne récupération !

 

Vous souffrez d’une entorse ? Ne tardez pas à décrire vos symptômes à un médecins à toute heure du jour ou de la nuit. Ce service est 100 % pris en charge par votre complémentaire santé ou votre entreprise. Découvrez si vous êtes bénéficiaire !

 


Glossaire

 

Ligament : un ligament est une bande fibreuse avec une certaine élasticité, longeant une articulation, qui relie l’un à l’autre 2 os dont cette articulation permet de guider les mouvements l’un par rapport à l’autre. Du côté où il est situé, il protège l’articulation contre des mouvements qui iraient, sans lui, au-delà des amplitudes prévues par l’anatomie. Il est en doublon de la capsule articulaire, qui elle, fait tout un manchon fermant l’articulation.

Strapping : contention avec une bande élastique ou non, adhésive ou cohésive ( colle sur elle-même mais pas à la peau). C’est un montage géométrique qui a pour but de limiter spécifiquement certains mouvements nocifs et autorise les autres

Système proprioceptif : concerne la sensibilité profonde inconsciente ; dans le cas de la cheville, il nous renseigne à notre insu sur la position de l’articulation, et génère des circuits réflexes qui donnent l’ordre aux muscles stabilisateurs d’intervenir pour rétablir la bonne position quand il y a un faux pas. Ce même système est aussi capable par exemple d’évaluer la pression sous les pieds pour nous aider à tenir l’équilibre les yeux fermés.


Auteur : Dr Cazivassilio

Mon entorse de la cheville est-elle grave, docteur ? 🦶