La gazette

Maux de tête, trous noirs, comas… Comment le corps réagit-il à l’alcool ?

Faire la fête rime le plus souvent avec la consommation d’alcool. Cependant, boire en excès à une seule occasion peut avoir toutes sortes d’effets négatifs sur l’ensemble du corps.

 

Que se passe-t-il quand on boit de l’alcool ?

L’alcool est un produit psychoactif, c’est-à-dire qu’il agit sur le fonctionnement du cerveau. Il a la capacité de modifier la conscience et les perceptions, et de ce fait les émotions et le comportement.

Ses effets dépendent du taux d’alcoolémie, c’est-à-dire du taux d’alcool dans le sang :

  • À faible dose, il a tendance à provoquer une sensation de détente, d’euphorie ou d’excitation. Il désinhibe et aide à être plus sociable et moins timide. Il contribue ainsi au lâcher prise et libère la parole. Il altère aussi les réflexes, ce qui peut être dangereux pour la conduite automobile, entre autres.
  • À forte dose, il provoque l’ivresse, c’est-à-dire une mauvaise coordination des mouvements, des troubles de l’élocution, une diminution des réflexes et de la vigilance, et parfois un état de somnolence. Il peut également entraîner des pertes de mémoire allant jusqu’au trou noir, ou au coma éthylique qui nécessite une prise en charge médicale en urgence.

 

L’alcool et la douleur

L’alcool a des effets anesthésiques et analgésiques. Ce qui signifie qu’il peut soulager temporairement une douleur physique sans en éliminer la cause. Il aide ainsi les fêtards à ne pas ressentir la douleur en cas de chute, ou d’effort physique prolongé (station debout, danse…).

 

L’alcool et les problèmes digestifs

L’alcool a tendance à stimuler la muqueuse de l’estomac pour qu’elle produise davantage d’acide gastrique. De cette façon, une consommation excessive d’alcool peut entraîner des maux d’estomac à l’origine de nausées et même de vomissements. Lorsqu’on fait la fête, on a aussi tendance à manger des aliments très gras et très sucrés qui peuvent aggraver cet inconfort et mener à une indigestion.

 

L’alcool et la « gueule de bois »

La gueule de bois est une conséquence très fréquente d’une consommation excessive d’alcool. Elle entraîne généralement des maux de tête, des nausées, une bouche sèche, une soif intense, une transpiration, et une hypersensibilité à l’environnement.

Cet état très inconfortable est causé par :

  • Une déshydratation entraînée par un excès de sudation ;
  • La surstimulation de l’estomac qui provoque des nausées ;
  • La décomposition de l’alcool dans le foie qui libère des substances toxiques susceptibles de provoquer des maux de tête.

 

L’alcool et les « trous noirs »

Les « trous noirs », appelé aussi « blackout », surviennent après une consommation d’alcool en très grande quantité. Sur le moment, on ne se rend compte de rien, mais le lendemain, il est impossible de se souvenir de ce qu’il s’est passé.

Ils sont en réalité causés par des troubles du fonctionnement du cerveau au niveau de la mémoire à court terme qui ne communique pas bien vers la mémoire à long terme, ce qui signifie que l’on ne s’en souvient pas plusieurs heures après.

Ce genre de trous noirs peuvent être néfastes pour le fonctionnement de la mémoire et du cerveau. Ils sont le signe d’une consommation excessive d’alcool qui commence à être dangereuse.

 

L’alcool et le coma éthylique

Il est possible d’être littéralement empoisonné par l’alcool. Une consommation trop excessive peut mener à une intoxication alcoolique qui provoque de la confusion, une baisse de la vigilance, et une perte de conscience pouvant aller jusqu’au coma.

Cette intoxication est dangereuse et peut même mener à la mort. C’est pourquoi elle nécessite toujours une prise en charge médicale en urgence.

 

Comment faire la fête en toute sécurité ?

Faire la fête et boire de l’alcool en toute sécurité reste possible. Pour cela, il est important de suivre quelques recommandations qui vous permettront de passer une meilleure soirée et d’éviter de vous mettre en danger :

  • Éviter de boire plus de quatre verres lors de la soirée ;
  • Boire lentement, à petites gorgées, sans garder son verre à la main mais en le posant régulièrement ;
  • Éviter de boire plus d’un verre par heure ;
  • Alterner avec des boissons non alcoolisées.

 

N’oubliez pas non plus de désigner une personne de votre entourage qui ne va pas boire une goutte d’alcool pendant la soirée. Donnez-lui les clés de la voiture avant de boire ou bien pensez au taxi, ou aux navettes souvent mises en place à la sortie des discothèques. Envisagez d’éventuellement rester dormir chez vos amis.

L’alcool reste malheureusement responsable d’un tiers des accidents mortels. Le taux maximal d’alcoolémie est atteint une heure après avoir consommé. Son élimination est lente : il faut compter en moyenne 0,10 à 0,15 grammes par heure.

En savoir plus : http://www.alcool-info-service.fr/

 


Auteur : Dr Claire Lewandowski, psychiatre – Août 2019

Maux de tête, trous noirs, comas… Comment le corps réagit-il à l’alcool ?