La gazette

Diabète : que se passe t-il dans le corps ? Peut-on l’éviter ?

Plus de 4 millions de français (soit près de 6 % de la population) sont touchés par le diabète. Ce chiffre est en perpétuelle augmentation depuis de nombreuses décennies. Il est probablement sous-évalué en raison d’un nombre important de diabétiques qui s’ignorent.

Afin de mieux appréhender cette maladie et d’éviter la survenue de complications, un dépistage est nécessaire en cas de signaux d’alertes. Apprenez à les reconnaître !

 

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par un taux de sucre élevé dans le sang. Il s’agit d’une maladie dont on ne peut pas guérir. Cependant, des traitements sont disponibles afin de freiner l’évolution de la maladie et ses complications. Celles-ci peuvent toucher tout le corps : cœur, artères, reins, yeux, nerfs, pieds…

Il existe en réalité 2 types de diabètes :

  • Le diabète de type 1. Il touche préférentiellement les enfants et les adultes jeunes. Il est généralement en lien avec une prédisposition génétique
  • Le diabète de type 2. Sa survenue est plus tardive et plutôt liée au mode de vie du patient. Il concerne 90% des patients diabétiques.

Dans le cas d’un diabète de type 1, le pancréas ne produit pas ou plus suffisamment d’insuline. L’insuline est une hormone produite naturellement afin de faire baisser le taux de sucre dans le sang. Dans le diabète de type 2, il existe une production suffisante d’insuline, mais celle-ci n’est pas correctement absorbée par les cellules de l’organisme. L’insuline produite n’a donc plus d’efficacité : on parle d’insulinorésistance.

 

Quels sont les signes du diabète ?

Diabète de type 1

Les signes d’apparition du diabète de type 1 surviennent généralement assez brutalement, notamment chez l’enfant ou l’adulte jeune. On note une augmentation du besoin de boire, de l’envie d’uriner et/ou de la quantité d’urines. Par ailleurs, une fatigue peut être présente associée à un amaigrissement malgré une augmentation de l’appétit.

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 apparaît beaucoup plus silencieusement et sera souvent découvert lors de bilans sanguins réalisés pour une autre raison.
Il est fréquemment découvert lors d’une complication de la maladie. En reprenant l’interrogatoire, on se rend compte que les signes décrits dans le cadre du diabète de type 1 sont également présents depuis plusieurs mois/années mais de façon moins marquée.

 

Comment dépister le diabète ?

S’il peut être suspecté en fonction de certains symptômes ou arguments cliniques, le diagnostic de diabète est avant tout un diagnostic biologique qui repose sur un taux de glycémie à jeun > 1,26g/l. Lorsque le dosage est supérieur à cette valeur, une seconde prise de sang est alors réalisée afin de confirmer le diagnostic. On dose alors également d’autres marqueurs, notamment l’Hémoglobine glyquée (Hba1c) qui reflète le taux de sucre dans le sang sur les trois derniers mois.

 

Quelles sont les complications de la maladie diabétique ?

La maladie diabétique entraîne une augmentation du taux de sucres dans le sang. Celui-ci peut alors entraîner des complications au niveau des vaisseaux sanguins en se déposant sur les parois de ceux-ci.

Le diabète a alors une incidence sur de nombreux organes :

  • cérébral et cardiaque : le diabète est un facteur de risque cardio-vasculaire et il est donc associé à une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral et d’infarctus du myocarde
  • rénal : le diabète, en abimant les vaisseaux rénaux est responsable de la néphropathie diabétique pouvant évoluer vers une insuffisance rénale chronique
  • au niveau des pieds : elles sont liées à l’atteinte des vaisseaux et des nerfs à destination des membres inférieurs, entrainant des déformations des pieds, des infections pouvant être sévères et aller jusqu’à l’amputation
  • au niveau des yeux : appelée rétinopathie diabétique, cette complication se caractérise par une baisse progressive de la vision.

 

Quels sont les traitements disponibles ?

En fonction du type de diabète, de la sévérité de la maladie et de l’existence ou non de complications ou d’autres pathologies, plusieurs traitements peuvent être proposés :

  • Le diabète de type 1 se traite essentiellement grâce à de l’insuline, généralement en injection sous-cutanée, une ou plusieurs fois par jour. Des techniques récentes de pompe autonome placée sous la peau sont également possibles. Dans certains cas, un traitement par comprimés pourra être proposé en parallèle.
  • La prise en charge du diabète de type 2 repose lui initialement sur des comprimés permettant de lutter contre l’insulinorésistance. A terme, lorsque le pancréas « fatigue », un traitement par insuline pourra être proposé également.

 

Une affaire de régime alimentaire et de surveillance avant tout !

Si des traitements médicamenteux sont disponibles afin de traiter la maladie diabétique et ses conséquences, la majeure partie de la prise en charge repose sur des règles hygiéno-diététiques autour de deux axes principaux :

  • L’adaptation des habitudes alimentaires (diminution de la consommation de glucides simples et complexes, diminution de la consommation de lipides)
  • La pratique régulière d’une activité physique.

Par ailleurs, l’un des enjeux majeurs pour le patient diabétique est l’éducation thérapeutique : c’est à dire la capacité à connaître sa maladie, réaliser correctement les auto-mesures glycémiques, reconnaître les symptômes d’hypoglycémie, d’hyperglycémie, et s’adapter aux différentes situations de la vie quotidienne pouvant avoir un impact sur la glycémie (traitements ponctuels, repas de fêtes…).

 

Pour aller plus loin :

 


Auteur : Dr Mathieu Flandin, médecin généraliste – Juillet 2019

Diabète : que se passe t-il dans le corps ? Peut-on l’éviter ?