La gazette

points de sutures, comment surveiller la plaie Docteur ?

A quoi sert une suture de la peau Docteur ?

Red question mark puzzle

La suture faisant suite à une blessure, une chirurgie, peut concerner des patients de tout âge. La suture permet de réunir les berges d’une plaie au moyen de fils de suture ou d’agrafes. Ceux-ci sont retirés selon un délai défini par les médecins, ou ils peuvent se résorber tout seul.

La cicatrisation de la plaie est-elle variable ?

Elle est plus ou moins longue selon la localisation de la plaie et sa profondeur. Ainsi, le délai nécessaire avant le retrait du matériel de suture varie d’une plaie à l’autre. La vitesse  de cicatrisation peut également varier d’un patient à l’autre. Certains traitements tels que la cortisone ralentissent le processus. De même, un patient atteint d’un diabète ou dénutri pourra voir sa plaie cicatriser plus tardivement.

Faut-il que je réalise des soins locaux Docteur ?

Ils nécessitent de passer par plusieurs étapes.

1. Le nettoyage de la plaie : Le lavage de la plaie dépend des conseils que vous a donné le médecin qui a pratiqué la suture, selon le type de suture et sa localisation. L’utilisation d’un produit désinfectant en solution moussante à base d’iode (exemple Bétadine®) ou de chlorexidine (exemple Hexomédine®) peut être prescrite. Parfois certaines sutures se contenteront d’un nettoyage au savon doux et d’un rinçage à l’eau courante. Le rinçage minutieux s’effectue au sérum physiologique ou à l’eau stérile. Il est très important de bien suivre les recommandations de votre médecin et/ou du médecin qui a effectué la suture de la peau.

2. Le retrait des croutes : Le soin permet d’éliminer doucement les croutes se formant au niveau de la plaie. Cela doit se faire en douceur, sans frotter excessivement. Parfois, selon la prescription, l’application d’un corps gras peut être nécessaire. Il peut s’agir de vaseline ou d’un tulle vaseliné (Tulle gras par exemple). Cela va permettre de ramollir les croutes pouvant se former et de faciliter leur retrait.

3. Le choix du pansement : Les plaies suturées sont généralement peu exsudatives, c’est à dire qu’elles ne coulent pas et ne fabriquent pas de liquide. Mais cela peut être le cas lorsqu’il y a la présence d’un hématome sous la plaie. Il peut se drainer naturellement au niveau des sutures. Dans ce cas, le pansement devra être plus absorbant.

4. Le retrait des sutures : Le retrait des fils sera fait à la date indiquée, à l’aide d’un bistouri ou d’un ciseau fin prévu à cet effet. En présence d’agrafes, une pince « ôte agrafes » sera nécessaire.

Quelle surveillance doit être réalisée, Docteur ?

Plusieurs phénomènes doivent être envisagés et surveillés au niveau d’une suture :

1. L’Inflammation : Une inflammation peut apparaître au niveau de la plaie. Elle se traduit par une rougeur et parfois une douleur. Celle-ci est à surveiller de façon à ne pas évoluer vers l’infection.

2. L’Infection : La présence d’une rougeur, d’une zone dure, d’un écoulement, s’accompagnant ou non de signes généraux tels que la fièvre, ou des frissons, peut indiquer la présence d’une infection. Celle-ci pourra être éventuellement confirmée par un prélèvement bactériologique au niveau de la plaie.

3. Le lâchage des sutures : Les berges de la plaie doivent rester bien unies. Lors d’un lâchage de suture, une partie ou la totalité des points peuvent ne plus assurer la cohésion des berges. L’usage de sutures adhésives stériles (type stéri-strips, en plus des fils déjà présents), peut y remédier lorsque le lâchage reste partiel, mais une consultation médicale est à conseiller chez son médecin traitant.

4. Un Hématome : Un hématome peut apparaître dans les jours qui suivent la suture. Parfois la pose de drains, qui permettent d’évacuer l’hématome, peut être nécessaire, mais elle n’est pas systématique. L’hématome, s’il est important, peut provoquer des douleurs et exercer une pression au niveau des sutures, qui peuvent se rompre. Il est donc utile de revoir le médecin dans ce cas là. Un drainage peut être effectué  à distance de la suture si cela est nécessaire.

Que penser de la prise en charge de la douleur, Docteur ?

La douleur peut être plus ou moins intense. De très petites sutures localisées au niveau des extrémités des doigts peuvent être extrêmement douloureuses. À l’inverse, une suture de prothèse de hanche, plus longue, peut l’être beaucoup moins. La douleur doit donc être évaluée à l’aide d’échelles validées, ceci évitant une évaluation subjective du soignant. L’échelle de douleur sera adaptée au patient. Des médicaments contre la douleur peuvent être prescrits et il ne faut pas hésiter à le signaler à son médecin traitant.

Conclusion – Si le patient procède seul au lavage de sa plaie, il est important de lui indiquer les règles d’hygiène et de propreté pour éviter tout risque d’infection. Souvent, les médecins confient les soins et la surveillance des sutures à un(e) infirmier(e). À la fin des soins, il est conseiller au patient d’éviter d’exposer sa cicatrice au soleil. Pour cela, l’application d’un écran total est essentielle. Pour conclure une lettre type donnée aux patients dans un service d’urgence après la réalisation d’une suture et qui peut aider à la prise en charge.

Exemple de lettre de conseils en cas de sutures :

Mme, Mr, Vous avez été victime d’un traumatisme ayant nécessité la pose de points de sutures pour une durée de … Jours. Pour votre bien être et votre sécurité, veuillez respecter les instructions suivantes :

  • Exécuter immédiatement l’ordonnance qui vous a été remise.
  • Retirer le pansement sec mis sur la plaie après 24h.
  • Garder la plaie propre et sèche.
  • Surveiller votre température matin et soir.

Si apparition des signes suivants consulter rapidement votre médecin:

  • Saignement,
  • Suintement
  • Lâchage d’un ou plusieurs points
  • Température supérieure ou égale à 38 °Celsius
  • Apparition d’un ganglion (« boule » à la racine du membre).

Dans tous les cas veillez à respecter la date indiquée pour l’ablation des fils.

Références :

Isabelle Gaillard, infirmière libérale, D.U. Plaies et cicatrisation. Consultation infirmière « plaies et cicatrisation » de l’institut Curie, Paris.

« Prise en charge et traitement des urgences », Société Francophone des Urgences Médicales, Protocole N°III.E.1,  Bernard Bedock, Édition Arnette.


Auteur : Dr Birman Laurent-David, médecin généraliste

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

points de sutures, comment surveiller la plaie Docteur ?