La gazette

J’entends du bruit dans la tête en plein silence… Des acouphènes ? 🎵

Mis à jour en décembre 2019

Des bourdonnements ou sifflements vous assaillent brutalement, parfois à la suite d’un traumatisme sonore ? Vous les entendez au niveau d’une oreille ou même des deux ? Il s’agît probablement d’acouphènes. Mais quels sont ses bruits que vous êtes manifestement le seul à entendre, parfois de façon permanente ? Se soignent-ils ? MédecinDirect lève le voile.

 

Qu’est-ce qu’un acouphène

Les acouphènes sont des bruits que vous seul entendez. Rassurez-vous : il ne s’agît pas d’hallucinations auditives (qui sont des sons complexes ayant une signification). C’est votre système auditif qui les génère. Ils sont souvent dissociés d’autres causes ORL, mais par principe, un bilan ORL et vasculaire sera fait pour rechercher une cause organique éventuelle sur laquelle agir.

 

Quelles peuvent être les causes de l’acouphène ?

Les causes « objectives » (c’est à dire identifiables) de l’acouphène peuvent-être les suivantes :

  • les traumatismes sonores
  • les effets secondaires de certains médicaments à hautes doses, tels que l’aspirine, l’ibuprofène, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, les antibiotiques aminoglycosidiques (injectables, généralement utilisés lors d’hospitalisation), les anti-dépresseurs, les diurétiques de l’anse, le quinine et les antipaludiques, les contraceptifs oraux
  • suite à une chimiothérapie
  • les dysfonctionnements de l’ATM (articulation temporo-mandibulaire, c’est l’articulation de la mâchoire)
  • toutes pathologies de l’oreille : otites, tumeurs (bénignes ou non), otosclérose
  • pathologies des cervicales, troubles circulatoires au niveau du cou
  • pathologies endocriniennes
  • poussées d’hypertension
  • maladie de Ménière
  • malformations vasculaires régionales…

 

Zoom sur les traumatismes sonores

Des traumatismes sonores peuvent survenir lorsque l’oreille est exposée à des sons supérieurs à 80-90 décibels de manière prolongée ou répétitive. Il peut s’agir de concerts ne respectant pas les normes, ou d’une écoute prolongée dans le champ direct des enceintes. Dans ces cas de figure, les acouphènes sont souvent fugaces. En revanche, les cellules réceptrices lésées par cet excès de stimulation ne récupèrent pas, ou très difficilement.

 

Comment se manifestent les acouphènes ?

Ils sont assez variables d’une personne à l’autre. Vous pouvez ressentir :

  • des bourdonnements ou vrombissements, lorsque le bruit est généré plutôt dans l’oreille. Cela peut impliquer la chaine de conduction des petits os de l’oreille moyenne. Ttout le monde a expérimenté ces bourdonnements brutaux en cas de rhume avec une grosse congestion des trompes !
  • des sifflements de tonalités diverses, lorsque la source est plus loin sur le système auditif. Dans ce cas, on peut ressentir les sifflements à l’arrière du crâne.
  • des pulsations rythmées par les battements cardiaques, lorsque les acouphènes sont liés à des troubles circulatoires.

Ces derniers sont souvent associés à une hypersensibilité des circuits auditifs. Les raisons sont multiples : parce que les sons sont mal amortis, parce que le seuil d’excitabilité des neurones auditifs est trop bas, parce que l’on entend trop bien les très hautes fréquences…

La grande caractéristique commune des acouphènes est que le vrai silence n’existe plus. On entend ses acouphènes même (et surtout) dans le silence, alors que dans le fond sonore de notre vie active, ils sont masqués. Cependant, s’il sont majorés par le bruit extérieur. Cela peut signifier une hypersensibilité des voies acoustiques ou un mauvais amortissement des osselets de l’oreille moyenne.

 

Les conséquences

La première conséquence, c’est le stress généré par ce bruitage permanent. Trouver le sommeil dans ce silence qui n’existe plus peut s’avérer difficile. Pour y remédier, vous pouvez écouter une musique qui vous est agréable. Comme il s’agit d’un dysfonctionnement, l’excès d’énervement peut majorer les acouphènes, surtout quand ils sont liés à une hyperexcitabilité du système nerveux auditif. Les possibilités de traitement sont multiples, mais se contentent assez souvent d’une simple atténuation de l’intensité. Ainsi, il vaut mieux apprendre à vivre avec, à les oublier, et à les considérer comme ce qu’ils sont : un dysfonctionnement bénin si isolé, et c’est tout à fait possible !

 

J’ai des acouphènes : que dois-je faire ?

Tout d’abord votre médecin va chercher une possible (mais rare) cause anatomique ou organique à traiter. Pour ce faire, il sera nécessaire de réaliser :

  • Un bilan par un médecin ORL avec audiogramme et divers tests fonctionnels.
  • Une imagerie : l’IRM fonctionnelle est utile pour voir tous les secteur du crâne concernés par l’audition. Le scanner apportera aussi des informations utiles.
  • Un électroencéphalogramme pour dépister une hyperexcitabilité de certains secteurs du cerveau.
  • Un bilan vasculaire, surtout chez les personnes à risque cardiovasculaire ou si l’acouphène est pulsatile.

 

En conclusion, les acouphènes sans cause restent un trouble fonctionnel bénin. Plusieurs traitements existent pour les atténuer, mais aucun n’est parfait tant qu’on ne saura pas préciser ses mécanismes les plus profonds. Il est important d’apprendre à avoir du recul vis-à-vis d’eux : il est tout à fait possible de vivre avec, voire de les oublier quand on peut les atténuer, et apprécier à nouveau le silence.

 

Vous êtes victime d’acouphènes ? Parlez-en à l’un de nos médecins par téléconsultation médicale à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Il saura vous conseiller et vous orienter dans le parcours de soins. Le saviez-vous ? MédecinDirect est peut-être pris en charge par votre complémentaire santé ou votre entreprise ! Testez ici votre éligibilité.

 


Auteur : Dr Cazivassilio Denise

 

J’entends du bruit dans la tête en plein silence… Des acouphènes ? 🎵