Moyens de contraception : avec ou sans hormones ? đŸ„

Sommaire

Moyens de contraception : avec ou sans hormones ? đŸ„

La contraception correspond Ă  l'ensemble des mĂ©thodes (naturelles ou non) visant Ă  empĂȘcher une grossesse non dĂ©sirĂ©e. Elle doit ĂȘtre adaptĂ©e Ă  chaque patient(e) et rĂ©Ă©valuĂ©e rĂ©guliĂšrement en fonction du contexte, de l’ñge et des dĂ©sidĂ©ratas. Toutes les solutions doivent ĂȘtre envisagĂ©es, tout en respectant certaines contre-indications spĂ©cifiques. L’efficacitĂ© de l’ensemble des mĂ©thodes est excellente si elles sont correctement utilisĂ©es.

À l’heure actuelle, plus de 75 % des couples (majoritairement par l’intermĂ©diaire de la femme) utilisent une contraception. Cependant, plus de 200 000 interruptions volontaires de grossesse sont rĂ©alisĂ©es chaque annĂ©e en France.

Petit tour d’horizon des diffĂ©rentes mĂ©thodes contraceptives : leurs utilisations, leurs contre-indications, leurs Ă©ventuels effets secondaires


Les moyens de contraception hormonaux

La pilule oestro-progestative

Il s’agit du moyen contraceptif le plus utilisĂ© par les femmes en Ăąge de procrĂ©er. Il se prĂ©sente sous forme de comprimĂ©s Ă  prendre tous les jours du premier au 21e jour du cycle menstruel. Une pause de 7 jours est ensuite respectĂ©e (ou dans certains cas, la prise de 7 comprimĂ©s inactifs), durant laquelle les rĂšgles se dĂ©clenchent.Elle est contre-indiquĂ©e notamment en cas de tabagisme actif (risque de phlĂ©bite voire d’embolie pulmonaire). Son utilisation nĂ©cessite Ă©galement des bilans prĂ©alables et rĂ©guliers (glycĂ©mie, bilan thyroĂŻdien, bilan lipidique,
).

La pilule progestative

Cette pilule présente moins de contre-indications que la pilule associant un oestrogÚnes et un progestatif, notamment en ce qui concerne le tabagisme.Elle est également trÚs efficace mais peut entraßner des effets indésirables tels que spottings permanents (pertes de sang) ou disparition des rÚgles.

Le stérilet hormonal

PosĂ© au dĂ©cours d’une consultation gynĂ©cologique, sa durĂ©e d’efficacitĂ© est de 5 ans. Il dĂ©livre continuellement de faibles doses de progestatifs et a donc les mĂȘmes effets secondaires que la pilule progestative. Contrairement aux idĂ©es reçues, il peut ĂȘtre tout Ă  fait adaptĂ© aux jeunes femmes n’ayant  jamais eu de grossesse.

L’implant contraceptif

Il est l’équivalent du stĂ©rilet hormonal et dĂ©livre lui aussi des progestatifs de façon continue. Il est implantĂ© dans la face interne du bras aprĂšs une petite anesthĂ©sie locale. Son efficacitĂ© est de 3 ans et ses effets indĂ©sirables sont similaires au stĂ©rilet hormonal.

Le patch contraceptif

Ce patch dĂ©livre une dose continue d’oestrogĂšnes et de progestatifs. Les effets indĂ©sirables et les contre-indications sont donc similaires Ă  la pilule oestro-progestative, tout comme le bilan Ă  pratiquer rĂ©guliĂšrement. Il se colle Ă  n’importe quel endroit de la peau, Ă  raison d’un patch par semaine pendant 3 semaines. AprĂšs ces 3 semaines, une « pause » d’une semaine sans patch permettra le dĂ©clanchement des rĂšgles.

L’anneau vaginal

L’anneau vaginal dĂ©livre Ă©galement une dose continue d’oestrogĂšnes et de progestatifs. MĂȘmes conditions de prescription et de suivi donc que pour la pilule oestro-progestative et le patch. Il est insĂ©rĂ© au niveau vaginal et reste en place pendant 3 semaines consĂ©cutives. Un nouvel anneau sera alors insĂ©rĂ© aprĂšs 7 jours de « pause ».

L’injection hormonale

Cette technique est trĂšs peu utilisĂ©e. Elle est toutefois trĂšs efficace ! Il s’agit d’une injection unique d’hormones progestatives tous les 3 mois. Les effets indĂ©sirables sont similaires Ă  ceux des techniques progestatives seules (pilule, stĂ©rilet, implant).

Les moyens de contraception non hormonaux

Le seul moyen contraceptif non hormonal rĂ©ellement efficace et rĂ©versible est le Dispositif Intra UtĂ©rin (DIU ou stĂ©rilet) au cuivre :Il est placĂ© dans l’utĂ©rus au dĂ©cours d’une consultation gynĂ©cologique (gĂ©nĂ©ralement durant les rĂšgles). Il entraĂźne une rĂ©action inflammatoire locale empĂȘchant l’ovule d’effectuer sa nidation. Son efficacitĂ© est excellente et dure 5 ans, mais il peut ĂȘtre retirĂ© Ă  tout moment.Il n’est donc pas, contrairement aux idĂ©es reçues, rĂ©servĂ© aux femmes ayant dĂ©jĂ  des enfants et ne souhaitant pas de grossesse Ă  long terme. Son inconvĂ©nient principal est l’abondance acrue des saignements au moment des rĂšgles.

Les autres techniques de contraception

  • PrĂ©servatif masculin : correctement utilisĂ©, le prĂ©servatif peut protĂ©ger Ă  la fois des infections sexuellement transmissibles et des grossesses puisqu’il constitue une barriĂšre entre les spermatozoĂŻdes et l’appareil gĂ©nital fĂ©minin.

Toutefois, en raison du risque de rupture de celui-ci en cas de mauvaise utilisation, il ne peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un moyen de contraception pleinement efficace.

  • PrĂ©servatif fĂ©minin : moins connu et moins utilisĂ© que son homologue masculin, le prĂ©servatif fĂ©minin est tout aussi (voire plus) efficace en raison du risque moindre de mauvaise utilisation et de rupture. Il se place Ă  l’intĂ©rieur du vagin, mĂȘme plusieurs heures avant le rapport.
  • Spermicides : ils se prĂ©sentent sous diffĂ©rentes formes (gel, ovule, crĂšme, tampons
) Ă  appliquer Ă  l’intĂ©rieur du vagin. Ils sont censĂ©s rendre les spermatozoĂŻdes inactifs. Cette technique est la moins efficace des mĂ©thodes de contraception et est dĂ©conseillĂ©e seule.
  • Diaphragme : il s’agit d’un « capuchon » se plaçant contre le col de l’utĂ©rus, avant un rapport, afin de barrer l’accĂšs aux spermatozoĂŻdes. Sa manipulation est assez complexe et son efficacitĂ© s’en trouve amoindrie. Il ne peut, Ă  lui seul, ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un moyen de contraception efficace. Par ailleurs, il ne protĂšge pas des infections sexuellement transmissibles.
  • Retrait / Abstinence pĂ©riodique : l’efficacitĂ© de ces deux mĂ©thodes est trĂšs alĂ©atoire et elles ne sont donc Ă©videmment pas recommandĂ©es. En effet, concernant le retrait avant Ă©jaculation, le liquide spermatique prĂ©sent dĂšs le dĂ©but de l’acte contient quelques spermatozoĂŻdes potentiellement fĂ©condants. Par ailleurs, les cycles menstruels fĂ©minins n’étant pas forcĂ©ment trĂšs rĂ©guliers, la date d’ovulation ne peut ĂȘtre connue avec certitude et une abstinence pĂ©riodique s’avĂšre risquĂ©e en l’absence de dĂ©sir de grossesse.

Stérilisation féminine

Deux techniques peuvent ĂȘtre employĂ©es afin d’empĂȘcher dĂ©finitivement le passage de l’ovule dans les trompes :

  • ligature des trompes
  • pose d’implants Ă  l’entrĂ©e des trompes afin de boucher celles-ci.

Stérilisation masculine

  • L’intervention, appelĂ©e vasectomie, consiste Ă  couper les canaux dĂ©fĂ©rents situĂ©s entre les testicules et la verge. Le sperme produit ne contient alors plus de spermatozoĂŻdes.

‍

Pour aller plus loin : Guide INPES « Choisir sa contraception »

‍Auteur : Dr Mathieu Flandin, mĂ©decin gĂ©nĂ©raliste

EN BREF