La gazette

6 astuces pour protéger son système immunitaire

Notre système immunitaire est délégué à la défense de l’organisme contre les intrus, et en premier lieu les infections. Il nous débarrasse aussi des cellules devenues anormales qui risquent de fabriquer un cancer lorsque les processus de réparation du matériel génétique, l’ADN, sont débordés. C’est ainsi que nous évitons sans le savoir, au cours de notre vie, l’apparition d’un certain nombre de petites tumeurs.

Ce système de vigilance immunitaire n’est pas protecteur à 100% bien sur, ce serait l’idéal. Mais pour qu’il assure la défense de notre organisme il faut y faire attention et ne pas le maltraiter. Voici quelques conseils pour préserver au mieux un système immunitaire performant ! Votre mode de vie, votre alimentation et la manière dont vous réagissez aux stress sont importants.

1) Dormez mieux et plus

Les phases de sommeil lent profond servent à la construction et à la réparation des tissus.

2) Ne soyez pas carencé en vitamines (qui stimulent l’immunité)

Cela commence par une alimentation saine et équilibrée, qui doit apporter suffisamment de vitamines. Il est également possible de faire une cure vitaminique 1 ou 2 fois par an.

La vitamine C

Elle stimule l’immunité de maintes façons :

  • Elle mobilise les globules blancs,
  • Elle a une action anti-oxydante qui préserve le bon fonctionnement cellulaire,
  • Elle aide à intégrer le fer dans l’hémoglobine des globules rouges,
  • Elle a une action stimulante cérébrale (et le cerveau gère la dynamique des sécrétions hormonales), pour ses principaux effets reconnus et validés.

On s’intéresse actuellement à des effets immunitaires plus larges, en particulier contre certaines tumeurs. Par contre, le bon dosage reste une pomme de discorde entre différentes études, certains déclarant la non toxicité en raison de l’élimination rénale, et d’autres (aux États-Unis surtout) trouvant des effets vasculaires indésirables à long terme pour des doses modérément élevées.

Sur le plan strictement diététique, les apports recommandés vont de 50 à 150 mg/jour selon le contexte, mais des supplémentations ponctuelles dans des périodes difficiles sont autorisées, voire conseillées.

La vitamine D 

Depuis longtemps connue pour aider le calcium à se fixer sur les os, on s’intéresse actuellement à son rôle dans l’immunité après avoir remarqué que des femmes carencées en vitamine D étaient plus sensibles aux infections. Elle est indispensable à l’activation des lymphocytes T « killers » en action dans les premiers stades de l’infection et dès l’introduction d’éléments étrangers. Elle a donc aussi un rôle contre les infections et les tumeurs (les cellules d’une tumeur sont modifiées, donc reconnues comme étrangères).

La vitamine A 

Elle agit indirectement en favorisant la croissance des cellules (les cellules de défense se multiplient en cas d’agression) et la fabrication du mucus, élément protecteur des organes qui en fabriquent. Elle participe au bon état trophique et d’hydratation de la peau et des muqueuses qui, ainsi, se défendent mieux en fabriquant leurs facteurs protecteurs. C’est aussi un anti-oxydant majeur pour l’organisme.

Attention : la supplémentation au long cours en vitamine A est dangereuse pour la santé (risque hépatique).

La vitamine E 

Elle agit aussi par une meilleure trophicité des tissus, et en tant qu’anti-oxydant de base.

Les vitamines B 

Elles ont aussi un rôle utile dans les défenses, par leurs actions sur le métabolisme des glucides et le système nerveux.

3) Évitez le stress

Effets du stress : le stress aigu, celui qui nous fait avancer, n’est pas en cause.

C’est surtout le stress chronique, qui va déséquilibrer d’abord nos sécrétions hormonales et entrainer à la longue un excès de cortisol, fragilisant l’efficacité des défenses anti-infectieuses (effet anti-inflammatoire et activation de la dégradation des protéines). Il peut aussi favoriser des prises de poids insidieusement.

4) Faites du sport

L’effet positif du sport pour éviter les cancers est de plus en plus constaté, bien que difficilement prouvable par les chiffres. On peut évoquer le rôle d’une meilleure hygiène de vie associée (alimentation et sommeil) avec plus d’anti-oxydants disponibles ; donc un meilleur fonctionnement de nos cellules, une circulation sanguine accélérée et une meilleure oxygénation, le tout favorisant un meilleur fonctionnement de nos cellules. Les effets hormonaux complexes vont contrer les effets négatifs du stress.

Par contre un surentrainement, tout comme les autres surmenages, aura des effets négatifs, en épuisant les ressources de l’organisme, et en mimant plus ou moins les effets du stress chronique, qui ne sera plus psychique mais physique.

5) Évitez les consommations à risque

  • Le tabac, car il agit directement sur les cellules pulmonaires en favorisant les mutations cancérigènes.
  • Le cannabis a vraisemblablement la même action que le tabac sur les cellules pulmonaires. A éviter aussi pour ses effets psychiques en cas de prise chronique.
  • L’alcool, métabolisé au niveau hépatique favorise non seulement la cirrhose, mais aussi les cancers du foie.

6) Perdez du poids

Le surpoids et l’obésité sont clairement incriminés dans l’augmentation de risque de plusieurs cancers (cancer du sein en particulier).

En conclusion : Nous avons une part de responsabilité dans la qualité de notre immunité, selon la qualité de notre mode de vie. Alors, menez une vie saine, agissez sur plusieurs des facteurs cités ci-dessus, votre système immunitaire vous en sera reconnaissant !


Cet article a été initialement écrit par le Dr Cazivassilio le  et revu par le Dr Lagneau le 08 mars 2018.

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

6 astuces pour protéger son système immunitaire