Accueil
 Blog • 
L'immunité de mon enfant
L'immunité de mon enfant
Mis à jour le 
02
.
12
.
2014
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect

Mon amie et mon médecin traitant m'ont évoqué l'homéopathie pour stimuler l'immunité ? Est ce possible ? Avez vous des exemples ?
fille fillette vaccin piqure

Certaines études tendent effectivement à prouver l'intérêt de l'homéopathie, médecine de terrain, chez les enfants présentant des infections répétées du fait d'une immunité déficiente. L'homéopathe interviendra à plusieurs niveaux. Tout d'abord, tant par l'interrogatoire que par l'examen clinique, il essayera de déterminer le mode de fonctionnement global de l'enfant. C'est ainsi qu'il déterminera la constitution morphologique de l'enfant (carbonique, phosphorique, fluorique, sulfurique) et son terrain selon une des quatres diathèses reconnues (psore, sycose, luèse, tuberculinisme). La connaissance de la constitution et du terrain de l'enfant permettent de savoir comment l'enfant réagira à une agression. Ainsi, certains montent vite en température, d'autres vomissent aisément, etc.. La connaissance du mode réactionnel de l'enfant vis à vis des infections permet de seconder correctement les moyens de défense de l'organisme par l'administration de remèdes homéopathiques ciblés.Par ailleurs, dans le cadre d'infections chroniques ou répétées, la connaissance de l'agent infectant permet de donner un remède homéopathique fabriqué à partir de l'agent pathogène. C'est ainsi que l'on peut donner Staphylococcinum chez l'enfant atteint par des staphylocoques. Il s'agit de signaler au corps la présence du microbe, en espérant que l'organisme réponde à cette sollicitation. Ensuite, un traitement homéopathique symptomatique sera utile pour combattre certains effets de l'infection sur le corps. Par exemple, on peut traiter la toux. Ceci peut contribuer à la guérison, car la toux fatigue l'enfant, et diminue d'autant l'énergie qui lui freste pour comnbattre l'infection. A coté de cette approche classique parfois appelée pluriciste, d'autres voies homéopathiques sont en cours d'exploration, d'évaluation, obsolètes, voire pour certaines déconseillées, et même interdites. L'unicisme est une technique homéopathique dans laquelle on essaye de trouver un remède homéopathique unique sur base d'un ensemble de symptômes et caractéristiques retrouvés chez le malade. Les unicistes utilisent pour ce faire un répertoire. D'ordinaire, il s'agit du répertoire de Kent. Dans ce répertoire, sont listés de nombreux symptômes. Sous chacun d'eux, apparaissent un certain nombre de remèdes homéopathiques, considérés comme utiles pour traiter le symptôme précité. Il s'agit donc de trouver un remède dénominateur commun à l'ensemble des symptômes retrouvés chez le malade. Cette technique s'appelle la répertorisation. La thérapie séquentielle consiste à tenter de neutraliser les traces de toutes sortes d'évènements (maladies, chocs psychologiques...) qui pertuberaient le fonctionnement de notre système immunitaire entre autre. La neutralisation serait obtenue en donnant des remèdes homéopathiques correspondant à chaque évènement, et ce en partant de l'évènement le plus récent pour aller progressivement vers l'évènement le plus ancien.L'immunothérapie infinitésimale est parfois citée. Il s'agit de donner à dose infime les acteurs de notre immunité: interleukine, interféron... Au stade actuel de nos connaissance, cette technique ne peut être recommandée, ne fusse que parce qu'il y a incertitude sur l'innocuité totale de ses remèdes. Certaines techniques dites de biorésonance sont parfois proposés par des thérapeutes. Nous ne rentrerons pas dans le détail de ces techniques, car trop sujettes à caution pour bon nombre de scientifiques. Mais il n'y a pas que l'homéopathie qui puisse influencer le terrain immunitaire de l'enfant. Les oligoléléments sont également souvent cités comme améliorant valablement un terrain déficient. La prise de certaines vitamines ou compléments alimentaires telles que la vitamine C, et l'huile de foie de morue restent encore d'actualité. Et enfin, une bonne hygiène de vie est évidemment la première mesure à adopter pour que l'enfant puisse guérir d'une maladie infectieuse.Auteur : Dr Philippe VassartConflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

trigger

EN BREF
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Temps d’attente : 11 minutes
Je consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

L'immunité de mon enfant

Sommaire
Vous présentez des symptômes ?
Avec ou sans RDV, soyez pris en charge par notre équipe médicale.

Nos actualités médicales