Que va t-il se passer si j’ai une image anormale en mammo ?

Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Consulter un médecin

Avec MédecinDirect, obtenez :

Diagnostic médical 24/7

Consultation remboursable par l'Assurance Maladie

Ordonnance numérique valable en pharmacie

4.6/5
★★★★★  

Que va t-il se passer si j’ai une image anormale en mammo ?

Sommaire

Que va t-il se passer si j’ai une image anormale en mammo ?

trigger

La mammographie couplée à un examen clinique est de plus en plus fiable et permet de suspecter certaines anomalies , qu'elles soient bénignes ou malignes.

En fonction du diagnostic et de l'âge, il y a deux attitudes :

1. Aspect bénin confirmé souvent par l'examen clinique

Dans la grande majorité des cas, une échographie complémentaire sera réalisée pour confirmer non seulement l'impression première, mais aussi pour permettre de déterminer si l'anomalie visualisée est de type liquidien ( kyste ) ou solide, pouvant entrer dans le cadre le plus fréquent des fibroadénomes. C'est dans ce dernier cas que l'âge intervient. Si la femme a moins de 35 ans, à priori le diagnostic est quasi certain et on se contentera d'un contrôle à distance (sauf en cas d'augmentation de taille rapide ou importante). Il n'en est pas de même si la femme a plus de 40 ans et sans notion dans les antécédents de cette boule (ce qui veut dire qu'elle n'était pas connue). Dans ce cas, on fera un contrôle plus rapproché (4 à 6 mois) pour confirmer l'aspect et la stabilité de cette image.

 2. Aspect ambigüe (difficile à déterminer) ou suspect

Dans ce cas, l'attitude est tout à fait différente, surtout si confirmée par l'examen clinique et ou l'échographie. Dans ce cas, il faudra passer alors à  la biopsie qui peut être : une micro-biopsie ou une macro-biopsie. Ces deux méthodes permettent de confirmer le diagnostic de bénignité ou de malignité. En effet, les cellules retirées et analysées seront la certitude du diagnostic.

L'avantage de la macro-biopsie (qui est plus impressionnante que douloureuse)  pratiquée en ambulatoire (ce qui veut dire sans hospitalisation ou effets secondaires) et sous anesthésie locale est son extrême fiabilité. Elle permet par d’ailleurs de laisser un repère métallique qui pourra :

  • en cas de bénignité : déterminer sur les contrôles mammographiques suivants que l'image est bénigne
  • en cas de malignité : laisser un repère au chirurgien ou au radiothérapeute

Un petit aparté : fort heureusement, les calcifications dans les seins sont souvent bénignes et présentent des caractéristiques bien spécifiques. Mais en cas de doute, elles peuvent faire l'objet d'une biopsie.


Dr Jean-Jacques Chiche
Radiologue


EN BREF