Vaginite : symptômes, causes, traitements

Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un dynécologue est disponible maintenant
Consulter un médecinJe consulte

Avec MédecinDirect, obtenez :

Diagnostic médical 24/7

Consultation remboursable par l'Assurance Maladie

Ordonnance numérique valable en pharmacie

4.6/5
★★★★★  

Vaginite : symptômes, causes, traitements

La vaginite correspond à une inflammation du vagin, d’origine irritative ou infectieuse. Elle se manifeste par de nombreux symptômes comme des démangeaisons, des brûlures et des pertes vaginales. Parmi les infections vaginales les plus connues, on peut citer les mycoses.

Très fréquentes après un rapport sexuel, elles passent souvent inaperçues lorsqu’on ne connaît pas les symptômes. C’est pourquoi pour avoir une prise en charge rapide, il est important de prendre conscience de la santé génitale féminine, trop souvent méconnue. La téléconsultation peut d’ailleurs être une solution pour s’informer et pour obtenir un traitement rapidement.

Besoin d'un avis médical ?

Dés gynécologues sont disponibles pour vous 24/7 en téléconsultation

Je téléconsulte
trigger

Comprendre la vaginite

Définition

La vaginite est une inflammation ou une infection du vagin, de la muqueuse vaginale et parfois, de la vulve.

  • Elle peut être causée par un champignon, une bactérie, un parasite ou un virus. Dans ce cas, il s’agit d’une infection vaginale.
  • Mais elle peut également être une irritation non infectieuse du vagin.

Dans la plupart des cas, elle est accompagnée d’une irritation de la vulve, c’est la raison pour laquelle on parle souvent de vulvovaginite. Il s’agit d’une maladie très fréquente et répandue qui touche la plupart des femmes, au moins une fois dans leur vie, et ce, à tout âge. Même les petites filles peuvent être touchées par la vaginite.

Types de vaginite

Vaginite bactérienne

Comme son nom l’indique, la vaginite bactérienne est causée par plusieurs bactéries. En général, il s’agit des mycoplasmes pour les mycoses, les gardnerella vaginalis, la chlamydia, la gonocoque, etc. Les vaginites bactériennes peuvent être transmises durant les rapports sexuels. C’est le cas de l’herpès génital, de la chlamydia, de la vaginite à mycoplasme, etc. Ces dernières doivent être détéctées pour éviter les complications.

Vaginite à levures (mycoses)

Les levures sont parfois la cause des vaginites. Le vagin est infecté par la levure Candida, souvent la Candida Albicans. Cela entraîne une candidose. Le fait d’être immunodéprimée, diabétique ou enceinte peut augmenter le risque des infections par levure.

Trichomonase (vaginite parasitaire)

Les vaginites peuvent également être parasitaires. C’est le cas de la trichomonase causée par le parasite trichomonase vaginalis qui vit dans l’urètre ou le vagin. Cette vaginite peut se transmettre lors des rapports sexuels.

Vaginite atrophique

La vaginite ou vulvo-vaginite atrophique est causée par une diminution du taux d’œstrogènes, après un changement hormonal comme la ménopause.  

Vaginite non infectieuse

Dans un cas sur trois, la vaginite n’est pas causée par une infection. On parle alors de vaginite par irritation. Elle peut être causée par une allergie, une irritation avec un tissu allergène, etc.

Les causes de la vaginite

Du fait des différents types de vaginite, les causes sont nombreuses et variées. Elles peuvent être bactériennes, parasitaires, hormonales, ou allergiques.

Infections bactériennes et déséquilibre de la flore vaginale

La vaginite bactérienne a lieu lorsque le vagin est colonisé par un trop grand nombre de bactéries pathogènes. Ces dernières provoquent une dysbiose, c’est-à-dire une modification de la flore vaginale au sein de laquelle les lactobacilles qui protègent la flore diminuent, tandis que les bactéries pathogènes anaérobies augmentent.

C’est la cause de vaginite la plus fréquente. Elle implique la prolifération de plusieurs pathogènes.

Infections fongiques

Une autre cause fréquente de la vaginite est l’infection fongique, comme avec la levure Candida Albicans. C’est l’une des infections fongiques les plus courantes chez les femmes. Cette levure colonise entre 15 et 20 % des femmes non enceintes et 20 à 40 % des femmes enceintes. C’est donc une affection courante.

Les infections fongiques peuvent survenir de manière exogène, par voie sexuelle, à la piscine ou la plage. Ce n’est pas considéré comme une infection sexuellement transmissible (IST).

Changements hormonaux

Les changements hormonaux tels que la grossesse ou la ménopause peuvent être une cause de vaginite. En effet, la fluctuation des taux d’hormone peut provoquer :

  • Une atrophie vaginale, ou vaginite atrophique, notamment dans le cas d’une diminution des taux d’œstrogène durant la ménopause.
  • Pendant la grossesse, la flore vaginale est altérée à cause des fluctuations hormonales. L’environnement vaginal est fragilisé. Il devient un environnement favorable à la prolifération des micro-organismes responsables d’infections.

Réactions allergiques et irritations

La vaginite non infectieuse peut être causée par :

  • Une irritation de la muqueuse vaginale en réaction à des produits chimiques comme des savons, des produits pour l’hygiène intime, des douches vaginales, ou encore des médicaments à usage local qui dérèglent la flore vaginale.
  • Une irritation de la vulve causée par l’utilisation de sous-vêtements synthétiques trop serrés, des serviettes hygiéniques, etc.
  • Une dermatose étendue à la vulve et au vagin à cause du lichen, psoriasis, ou encore à cause de l’éczéma.

Symptômes de la vaginite

L’infection ou l’inflammation du vagin peut se manifester par divers symptômes.

Les signes physiques

Tout d’abord, peu importe le type de vaginite, les symptômes sont physiques. Ces infections se manifestent par des pertes vaginales fréquentes qui se caractérisent par un écoulement vaginal abondant et inhabituel. On nomme ces pertes des leucorrhées. Elles sont :

  • Blanchâtres ou jaunâtres.
  • Fluides et abondantes.
  • Épaisses.
  • Elles peuvent être mousseuses en cas de vaginite parasitaire.
  • Des écoulements malodorants.
  • Les lèvres enflées, rouges et douloureuses.

Les symptômes ressentis

En plus de ces symptômes physiques, on peut ressentir des démangeaisons désagréables, des brûlures lors des mictions, des difficultés à uriner et des douleurs durant les rapports sexuels.

Quand consulter un médecin ?

Si vous faites face à ces symptômes physiques ou ces ressentis, il est conseillé de consulter un médecin en téléconsultation pour obtenir un diagnostic et un traitement adapté. Bien que ces symptômes ne sont pas dangereux, s’ils sont traités au plus vite, la vaginite a plus de chance de disparaître spontanément.

De même, il est indispensable de traiter les symptômes au plus vite puisque les vaginites peuvent évoluer en infections génitales hautes, dans l’utérus et les trompes.

Vous présentez l'un de ces symptômes ?

Des médecins gynécologues sont disponibles maintenant en téléconsultation

Je téléconsulte

Le diagnostic de la vaginite

Pour diagnostiquer la vaginite, le médecin va prescrire des examens physiques et de tests en laboratoire pour savoir quelle est la cause de celle-ci et pour la différencier d’autres conditions. En effet, en fonction de la cause, le traitement sera différent. Le diagnostic est donc crucial.

Comment est posé le diagnostic

Pour que le médecin puisse poser un diagnostic, il doit demander à sa patiente de réaliser des examens physiques, mais aussi des tests en laboratoire, afin de connaître l’origine de la vaginose. Il faut notamment effectuer :

  • Un examen clinique pelvien durant lequel les sécrétions vaginales sont recueillies puis examinées.
  • Un examen du pH vaginal.
  • Des tests urinaires pour détecter certains germes (chlamydiae, gonocoque)

La différenciation d'autres conditions

Il est important d’exclure d’autres causes d’écoulement. En effet, certains symptômes de la vaginite peuvent être similaires à :

  • La présence d’un corps étranger dans le vagin.
  • Une cervicite.
  • Une maladie pelvienne inflammatoire (PID).
  • Un cancer vulvaire ou vaginal.
  • Un trouble cutané.
  • Une IST.

Les examens réalisés en laboratoire permettent ainsi de faire la différenciation entre une vaginite et d’autres maladies vaginales. C’est pourquoi il est indispensable de réaliser des examens avant d’établir un diagnostic fondé.

Comment les téléconsultations peuvent aider à faciliter le diagnostic

Bien qu’il est souvent indispensable de réaliser des examens, un simple interrogatoire médical permet de réaliser un pré-diagnostic. C’est pourquoi la téléconsultation peut aider la patiente à comprendre son affection et à appréhender le diagnostic. De même, le médecin pourra prescrire des analyses grâce à la téléconsultation. C’est donc une solution rapide et efficace en cas de doute.

Traitements pour la vaginite

Les traitements de la vaginite sont nombreux, ils varient en fonction du type d’infection. En effet, les bactéries ne sont pas éliminées comme les levures par exemple.

Antibiotiques

En cas de vaginite bactérienne, le médecin pourra prescrire des antibiotiques. Ces médicaments ne sont efficaces que pour lutter contre les bactéries. Ils pourront être prescrits par voie orale, mais aussi sous la forme d’ovule à insérer directement dans le vagin.

Antifongiques

En cas de vaginite candidosique, ou d’infection liée à une levure, le médecin pourra prescrire des médicaments antifongiques, souvent conseillé par voie locale.

Probiotiques

Peu importe le type de vaginite, la flore vaginale est déséquilibrée à cause des bactéries, des levures, ou encore à cause des hormones. A cause de ce déséquilibre, les mauvaises bactéries se multiplient et prennent la place des bonnes bactéries comme les lactobacilles. Pour rééquilibrer la flore vaginale, le médecin pourra donc prescrire des probiotiques qui viendront renforcer la présence des bonnes bactéries.

Modifications du style de vie

La modification du style de vie peut également traiter les vaginites provoquées par des irritations ou des allergies.

En effet, certaines personnes utilisent du savon pour nettoyer leur vulve. Ce geste est à proscrire puisque le savon déséquilibre la flore vaginale.

De même, d’autres personnes portent des tissus serrés et synthétiques en sous-vêtement. Or, il vaut mieux privilégier le coton et les matières hypoallergéniques au niveau de la vulve.

Prévention de la vaginite

Conseils d'hygiène personnelle

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne faut pas nettoyer la vulve et le vagin avec du savon. C’est une cause fréquente de vaginite puisque le savon déséquilibre la flore vaginale. Il est donc indispensable d’apprendre aux jeunes filles à ne nettoyer leur vulve qu’avec de l’eau, sans insérer celle-ci dans le vagin.

De même, il est important d’éviter les tissus synthétiques en sous-vêtements. Ces derniers peuvent provoquer des irritations qui peuvent provoquer des infections et donc, des vaginites.

Par ailleurs, bien qu’il ne faut pas laver son vagin avec du savon, il est important d’avoir toujours les mains bien propre pour toucher sa vulve, notamment lorsqu’on met des protections hygiéniques, ou que l’on a des rapports sexuels.

Prévention des infections sexuellement transmissibles

Certaines vaginites sont des symptômes d’IST qui ne sont pas toujours dangereuses, mais qui peuvent avoir des conséquences pour la santé. En effet, la chlamydia peut, par exemple, rendre les femmes stériles. Pourtant, cette IST passe souvent inaperçue. Aussi, il est important de diagnostiquer sa vaginite et surtout, de passer des examens pour exclure des potentielles IST qui pourraient avoir des conséquences sérieuses. D’ailleurs, pour éviter les IST, il est important de rappeler qu’il faut se protéger durant les rapports sexuels, hétérosexuels ou non, avec des préservatifs.

Importance d'un microbiome vaginal sain

Enfin, pour éviter le déséquilibre du microbiote vaginal, il est important d’avoir une alimentation saine et équilibrée, riche en aliments probiotiques qui favorisent la prolifération des bonnes bactéries. C’est le cas des aliments fermentés comme le kombucha, le kéfir, la choucroute, etc.

Par ailleurs, on peut se supplémenter avec des probiotiques sous la forme de compléments alimentaires, notamment lorsqu’on doit prendre des traitements tels que les antibiotiques.

En résumé :

La vaginite est une affection très courante qui peut avoir de nombreuses causes. Bénignes pour la santé, il est important de consulter un professionnel de la santé en cas de symptômes pour obtenir un traitement rapide, éviter les complications et surtout, diagnostiquer s’il s’agit ou non d’une IST.

Dans le cas des vaginoses, il est indispensable de prendre soin de son microbiome et microbiote vaginal et d’éviter les produits qui peuvent provoquer des infections comme les tissus synthétiques et le savon. En effet, la prévention permet d’éviter de nombreuses vaginoses.

Pour obtenir des conseils ou pour demander un diagnostic, vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin en téléconsultation.

Sources :

https://www.msdmanuals.com/fr/professional/gynécologie-et-obstétrique/vaginite-cervicite-et-maladie-pelvienne-inflammatoire/revue-générale-des-vaginites  

https://www.ameli.fr/yvelines/assure/sante/themes/vaginite/definition-symptomes-facteurs-favorisants

https://www.ameli.fr/yvelines/assure/sante/themes/vaginite/que-faire-quand-consulter

https://www.chusj.org/getmedia/7c1a9c77-b954-4b63-8f2f-fd17f96e6df9/depliant_F-1232_vulvovaginites-non-specifiques.pdf.aspx?ext=.pdf