La gazette

Orgasme : qu’est-ce qui se passe dans nos corps ? 🎆

Samedi soir. 23h45. Orgasme. Vous posez la tête près de la fenêtre après ce coït mémorable avec votre partenaire. L’air frais caresse votre visage encore empourpré de ces frénétiques acrobaties. Les notes jazzy de saxophone que vous aviez mis en fond sonore poursuivent leur rythme apaisant. Les effets réminiscents de l’alcool dessinent sur vos lèvres un rictus un peu niais. Bref, vous vous sentez bien… Puis, vous commencez à philosopher : “Non, mais qu’est ce qu’il a bien pu se passer ? Comment expliquer une telle impression de plénitude en un moment si court ?”

Allez, on vous embarque le temps de quelques paragraphes autour du mystère synesthésique de l’orgasme (oui, oui..!)

 

Reprenons depuis le début

Selon le modèle de Masters et Jonhson (deux célèbres sexologues), on peut discriminer la sexualité en 5 phases :

  1. Le désir : phase particulièrement imagée et sous contrôle principal du cerveau, qu’on pourrait résumer par cette formule : “je ne te fais pas de dessin”
  2. L’excitation : phase incarnée par l’érection du pénis chez l’homme et du clitoris chez la femme, suite à un afflux sanguin commandé par une stimulation centrale (cerveau) et périphérique (zones sensibles au toucher comme les cuisses par exemple)
  3. La phase de plateau : c’est le coït en tant que tel, ou bien la poursuite de la stimulation (masturbation)
  4. L’orgasme : phase de plaisir intense qui s’accompagne d’une contraction rythmique des muscles du périnée (ou bassin)
  5. La phase de résolution : survient après le dernier orgasme et peut s’accompagner d’une phase réfractaire pendant laquelle la stimulation sexuelle restera inefficace – #Flagada

Chacune de ces phases pouvant être soumise à un trouble et justifier un traitement médical.

 

Effets de l’orgasme sur le corps humain

Ces bases étant posées, penchons nous donc sur les effets de l’orgasme sur le corps humain. Chez l’homme comme chez la femme, cette phase se traduit par de multiples signes généraux interprétables par le partenaire :

  • accélération de la fréquence cardiaque et de la fréquence respiratoire,
  • tension musculaire,
  • contraction rythmée incontrôlable des muscles de la ceinture périnéale (c’est-à-dire le sphincter anal, la prostate et les muscles du pénis chez l’homme ; les muscles du vagin, de l’utérus, de l’anus et du pelvis chez la femme).

A noter que chez ces messieurs, l’orgasme peut être accompagné d’une éjaculation. Ainsi, l’éjaculation n’est pas un prérequis pour la survenue de l’orgasme !

 

Bon, et maintenant sur le plan cérébral ? Comment ça marche ?

Pour simplifier très grossièrement, on peut assimiler le système neuronal à un circuit électrique où se croisent deux voies principales.

  • La première correspond à la voie “parasympathique”. C’est celle-ci qui entre en jeu au début de la stimulation et qui contrôle en retour l’afflux de sang vers les organes sexuels. Cela permet l’érection et la lubrification vaginale, entre autres. C’est par cette même voie que “se repose” l’organisme. Pour éviter les blocages, pensez donc à vous détendre… 🧘
  • La seconde voie correspond au système “sympathique”. Celle-ci prend le relai tout au long de la phase de plateau et est responsable des modifications décrites précédemment (accélération du rythme cardiaque notamment). Au delà d’un certain seuil, elle déclenche l’éjaculation chez l’homme.

 

En parallèle, dans le cerveau, tout clignote à la manière d’une guirlande de Noël 🎄. Tandis que le noyau accumbens (au centre du circuit de récompense) et l’amygdale (en charge des émotions) sont hyperstimulés, une zone du cortex orbitofrontal (en avant du cerveau et en charge du contrôle et de l’inhibition) reste quant à lui, bien éteint…

 

Et l’orgasme féminin dans tout ça ?

La principale différence semble survenir au niveau de la période réfractaire. Contrairement à l’homme, tant que la stimulation continue, une série d’orgasmes multiples peut s’enchaîner ! Pourtant, à part certaines zones spécifiques, il semble que l’activité cérébrale soit la même. La recherche sur le sujet bat toutefois son plein. Vous ou votre partenaire a du mal à atteindre cette plénitude ? Consultez notre article Docteur, j’ai du mal à atteindre l’orgasme.

 


Auteur : Benjamin BARKAT (Externe hospitalier à l’APHP), relu par le Dr. Juan Sebastián SUAREZ VALENCIA

Orgasme : qu’est-ce qui se passe dans nos corps ? 🎆