La gazette

Gérer sa grossesse : quelle alimentation pour la santé de mon bébé ?

La grossesse, tant attendue chaque année par des centaines de milliers de couple, est une période qui s’accompagne d’une multitude de changements, tant sur le plan physique que psychologique. Comme chacun sait, avoir une alimentation saine variée et équilibrée (accompagnée d’une activité physique raisonnée) est très important pour la santé et le bien-être. Durant la grossesse, l’alimentation joue un rôle prépondérant à la fois pour le développement du fœtus et pour le bien-être de la future maman tout au long de ces 9 mois, qui se termineront par le plus beau des cadeaux.

Entre croyances empiriques, idées reçues et avis divergents de toutes sortes, on vous aide à faire le point. Parce qu’être enceinte, ce n’est pas manger deux fois plus… c’est manger deux fois mieux. En effet, pendant votre grossesse, vous allez devoir couvrir vos propres besoins nutritionnels mais également ceux de votre bébé. Bien manger, c’est aussi l’aider à bien se développer.

 

Mais, au fait, c’est quoi « bien manger » ?

Les bonnes habitudes alimentaires ne doivent évidemment pas attendre la grossesse et sont primordiales tout au long de la vie. Mais l’équilibre nutritionnel doit être renforcé dès le projet de grossesse.

On recommande ainsi quotidiennement :

  • 5 portions de fruits et légumes
  • 3 portions laitières
  • 2 à 3 portions de féculents
  • une portion de viande ou de poisson
  • 1,5 L à 2 L d’eau minimum
  • les produits sucrés (bonbons, boissons…) et gras (huiles, graisses végétales…) sont à consommer avec modération
  • café/thé : 2 à 3 tasses maximum

Les fringales et les envies alimentaires en tout genre sont fréquentes. Pour les éviter, n’hésitez pas à alléger vos 3 repas classiques en ajoutant une ou deux collations par jour. En fractionnant vos repas, vous limitez le risque d’excès.

 

Peut-on manger de tout pendant la grossesse ?

En raison de certains risques (maladie ou contamination par des polluants), il existe certaines restrictions, notamment concernant les poissons. Ainsi, on évitera l’espadon, le marlin et le requin et on limitera la consommation de thon frais et de brochet d’origine étrangère et de poissons de la mer Baltique (hareng et saumon notamment).

De la même manière, les coquillages (huitres), les poissons et les produits d’origine animales tels que le lait, les œufs la charcuterie et la viande ne doivent pas être consommés crus mais au contraire bien cuits afin de limiter le risque de toxoplasmose ou de listeriose.

On évitera les viandes à base de foie d’animaux (abats) en raison de risques potentiels liés à une trop grande quantité de vitamine A.

Les produits laitiers autorisés sont ceux soumis à une pasteurisation haute (UHT). Pour les fromages, on met de côté les fromages à pâte molle ou mi-dure à base de lait cru.

Il est également conseillé de limiter sa consommation de sel et de produits à base de soja.

Côté boisson, il est absolument interdit de consommer de l’alcool. Un verre d’alcool pour maman, et c’est bébé qui trinque !

 

Cuisson, préparation : quelles précautions pendant ma grossesse ?

Voici quelques conseils d’hygiène simple pour éviter les deux maladies principales liées à l’alimentation au décours de la grossesse (la listeriose et la toxoplasmose) :

  • laver soigneusement les fruits et légumes
  • bien cuire la viande, manger les oeufs durs
  • préparer les légumes et la viande à part, séparer les aliments crus et cuits
  • bien se laver les mains après la préparation et avant de passer à table
  • nettoyer correctement les ustensiles de cuisine
  • éviter le contact avec les chats et leurs excréments (litière).

 

Prendre du poids, oui… mais pas trop !

50 % de la prise de poids au décours de la grossesse est liée au bébé et ses « annexes » (placenta, liquide amniotique…). L’autre moitié est essentiellement due à de la rétention d’eau (notamment au troisième trimestre). C’est en grande partie à partir du quatrième mois que va se faire la prise de poids (augmentation des apports énergétiques nécessaires).

Il n’existe pas de règle, mais on estime qu’une prise de poids d’environ 12 kg doit être ciblée afin d’assurer une bonne croissance du fœtus, un accouchement sans complications… et un retour facilité au poids antérieur.

 

Grossesse et compléments alimentaires, bonne ou mauvaise idée ?

Le seul apport complémentaire extérieur utile au décours de la grossesse est un apport en folates (Vitamine B9). Il prévient certaines maladies neurologiques et votre médecin vous en prescrira dès votre projet de grossesse.

Un apport en vitamine D pourra également être proposé dans certains cas particuliers (en fonction des régions et de la date programmée d’accouchement).

Informez votre médecin en cas de régime alimentaire particulier (végétarien notamment). Il existe un risque de carence à corriger.

N’achetez aucun complément alimentaire sans avis médical préalable. Au mieux, ils seront inefficaces ; dans le pire des cas ils peuvent se révéler néfastes pour votre grossesse.

Dernière chose : garder ces bonnes habitudes après l’accouchement est excellent pour la santé !

 

Pour en savoir plus

Mangerbouger.fr vous aide au quotidien (recettes, conseils…) à mieux vous alimenter : www.mangerbouger.fr
Le guide indispensable à toutes les futures mamans : http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1059.pdf


Auteur : Dr Mathieu Flandin, médecin généraliste – 01 mars 2019

Gérer sa grossesse : quelle alimentation pour la santé de mon bébé ?