Accueil
 Traitements • 
Vaccination : Tout savoir sur les vaccins à faire et quand se faire vacciner
Vaccination : Tout savoir sur les vaccins à faire et quand se faire vacciner
Mis à jour le 
06
.
05
.
2024
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect

La vaccination, depuis sa découverte il y a plus de deux siècles, a révolutionné la manière dont l'humanité lutte contre les maladies infectieuses. Elle représente non seulement l'un des accomplissements majeurs de la médecine moderne, mais aussi une pierre angulaire de la santé publique mondiale. En effet, la vaccination est bien plus qu'une simple mesure préventive : elle incarne un moyen inestimable de protéger nos communautés, de prévenir la propagation de maladies redoutables et de sauver des vies. L'importance croissante de la vaccination aujourd'hui ne peut pas être sous-estimée, car elle constitue lemeilleur moyen de prévenir et de contrôler les maladies infectieuses.

Besoin d'un avis médical ?

Un médecin généraliste est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation

Je consulte
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un médecin est disponible maintenant
Consulter un médecinJe consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

Origines de la vaccination :

Les origines de la vaccination remontent à l'Antiquité, avec des pratiques rudimentaires visant à protéger les populations contre certaines maladies. Cependant, c'est au fil des siècles que des découvertes clés et des innovations majeures ont permis de développer la vaccination moderne que nous connaissons aujourd'hui.

Voici un petit résumé en quelques grandes dates de la longue histoire de la vaccination :

  • 15ème siècle : le recours est fait à la « variolisation » qui consiste à exposer intentionnellement des personnes saines à la variole pour prévenir la maladie ;
  • 18ème siècle : Edward Jenner crée le premier vaccin efficace au monde contre la variole, en 1976.
  • 19ème siècle : Louis Pasteur met sur pied un vaccin post-exposition contre la rage, en 1885.
  • 20ème siècle : Le premier vaccin contre la grippe est approuvé en 1945 pour une utilisation militaire, puis en 1946 pour un usage civil.
  • Années 50 : Jonas Salk met sur pied le premier vaccin efficace contre la polio. En 1960, un deuxième type de vaccin, cette fois administré par voie orale, est mis au point par Albert Sabin.
  • 1967 : début de la vaccination de masse :
  • 1971 : Le Dr Maurice Hilleman réussit à combiner les vaccins contre la rougeole (1963), les oreillons (1967) et la rubéole (1969) en une seule vaccination (ROR).
  • 2006 : Approbation du premier vaccin contre le PVH (papillomavirus humain, le virus à l’origine du cancer du col de l’utérus).
  • 2019 : Préqualification du vaccin contre le virus Ebola dans les pays à haut risque et lancement du programme pilote de vaccination contre le paludisme (vaccin RTS/S) au Ghana, au Malawi et au Kenya.
  • 2021 : Mise au point de vaccins efficaces contre le Covid-19.
Le saviez-vous ? Le mot vaccin vient du latin « vaccinus » qui signifie « vache ».

trigger

Composition générale d'un vaccin

Un vaccin est généralement composé des éléments suivants :

  • Antigène pathogène : Il s'agit d'une partie inactivée ou affaiblie du micro-organisme responsable de la maladie ciblée. Cet antigène stimule la réponse immunitaire.
  • Adjuvants : Ce sont des substances ajoutées aux vaccins pour renforcer la réponse immunitaire. Les adjuvants agissent en amplifiant la réaction du système immunitaire à l'antigène.
  • Conservateurs : Les vaccins peuvent contenir des agents de conservation pour empêcher la contamination par des bactéries ou des champignons.
  • Stabilisants : Ils sont utilisés pour maintenir la stabilité du vaccin pendant le stockage.

Le rôle des adjuvants

Les adjuvants sont des composés ajoutés aux vaccins pour renforcer leur efficacité en stimulant davantage la réponse immunitaire. Ils accomplissent cela de plusieurs manières :

  • Augmentation de l'inflammation locale : Les adjuvants peuvent provoquer une inflammation légère à l'endroit de l'injection, ce qui attire davantage de cellules immunitaires vers la zone et stimule la réponse immunitaire.
  • Activation des cellules immunitaires : Les adjuvants aident à activer les cellules immunitaires, telles que les cellules présentatrices d'antigènes, qui sont essentielles pour la reconnaissance et la mémorisation de l'antigène pathogène.
  • Prolongation de la réponse immunitaire : Les adjuvants peuvent prolonger la réponse immunitaire au fil du temps, ce qui peut être particulièrement important pour les vaccins nécessitant une réponse à long terme.

Mécanismes d'action : Comment les vaccins préparent notre système immunitaire ?

Les vaccins préparent le système immunitaire à combattre une infection future en imitant une exposition à un agent pathogène réel sans causer la maladie. Les mécanismes d'action des vaccins comprennent :

  • Présentation de l'antigène : L'antigène du vaccin est présenté aux cellules immunitaires, généralement par des cellules présentatrices d'antigènes (comme les macrophages). Ces cellules déclenchent une réponse immunitaire adaptative.
  • Activation des lymphocytes T et B : Les lymphocytes T et B sont activés en réponse à l'antigène. Les lymphocytes T cytotoxiques peuvent détruire les cellules infectées par le pathogène, tandis que les lymphocytes B produisent des anticorps spécifiques contre l'antigène.
  • Production d'anticorps : Les anticorps circulent dans le sang et se lient à l'antigène pathogène, neutralisant ainsi l'agent infectieux ou marquant les cellules infectées pour être éliminées.
  • Mémoire immunitaire : Après la vaccination, le système immunitaire conserve une « mémoire » de l'antigène pathogène. Si l'individu est exposé à l'agent pathogène réel à l'avenir, le système immunitaire peut rapidement monter une réponse efficace, ce qui empêche le développement de la maladie.

Types de vaccins

Les vaccins sont classés en plusieurs types en fonction de leur composition et de leur méthode de fabrication.

Vaccins vivants atténués

Les vaccins vivants atténués contiennent des micro-organismes vivants qui ont été affaiblis (atténués) de manière à ne pas causer la maladie chez les personnes vaccinées, mais à induire une réponse immunitaire.

Ils reproduisent généralement une infection bénigne et confèrent une immunité robuste et à long terme.

Exemples de vaccins vivants atténués : Vaccin contre la rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR) et le vaccin oral contre la polio (VPO).

Vaccins inactivés

Les vaccins inactivés contiennent des micro-organismes tués ou inactivés chimiquement, de sorte qu'ils ne peuvent pas se reproduire ou causer la maladie.

Ils induisent une réponse immunitaire moins puissante que les vaccins vivants atténués, ce qui peut nécessiter des doses de rappel.

Exemples de vaccins inactivés : Vaccin contre la polio inactivé (VPI), vaccin contre la grippe injectable.

Vaccins à sous-unités, à polypeptides, et conjugués

Ces vaccins ne contiennent que des parties spécifiques de l'agent pathogène, telles que des protéines ou des polysaccharides.

Ils sont plus sûrs que les vaccins vivants, car ils ne contiennent pas l'agent pathogène complet, mais ils peuvent nécessiter des rappels plus fréquents.

Exemples : Vaccin contre la coqueluche acellulaire, vaccin contre la méningite à Haemophilus influenzae de type b (Hib).

Vaccins à acide nucléique (ADN, ARNm)

Ces vaccins à acide nucléique utilisent de l'ADN ou de l'ARNm pour introduire des instructions génétiques dans les cellules de l'organisme, les incitant à produire des protéines antigéniques.

Ils sont plus récents et ont été largement utilisés dans la lutte contre la pandémie de COVID-19.

Exemples de vaccins à acide nucléique : Vaccins à ARN messager (ARNm) comme le vaccin Pfizer-BioNTech et le vaccin Moderna.

Quelques maladies évitables par la vaccination

Les vaccins ont joué un rôle crucial dans la prévention et la réduction de nombreuses maladies infectieuses au fil de l'histoire.

La Variole

La variole a été l'une des maladies les plus meurtrières de l'histoire, tuant des millions de personnes à travers les siècles.

La vaccination contre la variole, développée par Edward Jenner au XVIIIe siècle, a été l'une des premières vaccinations réussies et a permis d'éradiquer complètement la maladie en 1980, grâce aux campagnes mondiales de vaccination.

La Poliomyélite

La polio était une maladie redoutée dans le monde entier, provoquant des paralysies permanentes et des décès, en particulier chez les enfants.

Les vaccins antipoliomyélitiques, tels que le vaccin oral contre la polio (VPO) et le vaccin inactivé contre la polio (VPI), ont permis de réduire considérablement la prévalence de la polio dans de nombreuses régions du monde. Des efforts mondiaux ont été déployés pour l'éradication totale de la polio.

Rougeole, oreillons, rubéole (ROR) :

Ces maladies hautement contagieuses étaient courantes et causaient des épidémies graves, en particulier chez les enfants.

Les vaccins ROR, introduits dans les programmes de vaccination, ont permis de réduire considérablement l'incidence de ces maladies.

La Tuberculose

La tuberculose était autrefois une cause majeure de décès dans le monde.

Le vaccin BCG (Bacille Calmette-Guérin) est utilisé pour prévenir la tuberculose, bien que son efficacité varie et qu'il ne protège pas complètement contre toutes les formes de la maladie, mais surtout pour les formes graves.

Besoin d'un avis médical ?

Des médecins généralistes sont disponibles maintenant en téléconsultation

Je consulte

Importance de la vaccination en prévision d'un voyage

La vaccination joue un rôle essentiel pour les voyageurs, leur permettant de se protéger contre des maladies spécifiques à certaines régions ou pays. Avant de partir en voyage, il est crucial de s'informer sur les vaccins recommandés ou obligatoires pour la destination choisie. Voici une liste de quelques vaccins courant pour les voyageurs.

Hépatite A et B

Ces infections du foie sont courantes dans de nombreuses parties du monde. Les vaccins contre l'hépatite A et B sont souvent recommandés pour les voyageurs, en particulier dans les régions où ces maladies sont endémiques.

Fièvre Jaune

La vaccination contre la fièvre jaune est essentielle pour se rendre dans certaines zones d'Afrique et d'Amérique du Sud. Dans certains cas, la preuve de vaccination est exigée à l'entrée du pays.

Typhoïde

La typhoïde, transmise par l'eau et les aliments contaminés, est une préoccupation dans de nombreuses régions en développement. La vaccination est conseillée pour les voyageurs qui se rendent dans ces zones.

Encéphalite japonaise

Cette maladie transmise par les moustiques est présente en Asie du Sud-Est et dans certaines régions du Pacifique. Les voyageurs en zone rurale ou qui séjournent longtemps dans ces régions peuvent envisager ce vaccin.

Conseils de santé pour les voyageurs

La vaccination joue un rôle essentiel pour les voyageurs, leur permettant de se protéger contre des maladies spécifiques à certaines régions ou pays. Avant de partir en voyage, il est crucial de s'informer sur les vaccins recommandés ou obligatoires pour la destination choisie. Voici une liste de quelques vaccins courant pour les voyageurs.

Hépatite A et B

Ces infections du foie sont courantes dans de nombreuses parties du monde. Les vaccins contre l'hépatite A et B sont souvent recommandés pour les voyageurs, en particulier dans les régions où ces maladies sont endémiques.

Fièvre Jaune

La vaccination contre la fièvre jaune est essentielle pour se rendre dans certaines zones d'Afrique et d'Amérique du Sud. Dans certains cas, la preuve de vaccination est exigée à l'entrée du pays.

Typhoïde

La typhoïde, transmise par l'eau et les aliments contaminés, est une préoccupation dans de nombreuses régions en développement. La vaccination est conseillée pour les voyageurs qui se rendent dans ces zones.

Encéphalite japonaise

Cette maladie transmise par les moustiques est présente en Asie du Sud-Est et dans certaines régions du Pacifique. Les voyageurs en zone rurale ou qui séjournent longtemps dans ces régions peuvent envisager ce vaccin.

Conseils de santé pour les voyageurs

Consultation prévoyage

Il est recommandé de consulter un médecin ou un centre de vaccinations internationales plusieurs semaines avant le départ. Cette consultation permettra de mettre à jour les vaccinations habituelles, comme le tétanos et la diphtérie, et de discuter des vaccins spécifiques à la destination.

Précautions supplémentaires

En plus de la vaccination, les voyageurs devraient adopter des mesures préventives telles que l'utilisation de répulsifs contre les moustiques, le respect des règles d'hygiène alimentaire et le port de vêtements protecteurs.

Assurance voyage et santé

Souscrire à une assurance voyage qui couvre les soins médicaux à l'étranger est une étape importante de la préparation d'un voyage.

Vaccins et éradication de maladies

Les vaccins jouent un rôle clé dans la prévention et, dans certains cas, l'éradication de maladies grâce à plusieurs mécanismes :

  • Immunisation collective : Lorsqu'une grande partie de la population est vaccinée, cela réduit la circulation de l'agent pathogène, protégeant ainsi les personnes non vaccinées, notamment les personnes vulnérables.
  • Immunité collective : Lorsque suffisamment de personnes sont immunisées contre une maladie, l'agent pathogène a du mal à se propager, ce qui peut finalement entraîner son éradication, comme ce fut le cas pour la variole.
  • Prévention des épidémies : Les vaccins aident à prévenir les épidémies en réduisant la prévalence de la maladie, ce qui limite les risques de propagation.
  • Protection individuelle : Les vaccins offrent une protection individuelle contre la maladie, réduisant ainsi le risque de contracter la maladie et ses complications.

Pratiques et protocoles de vaccination

Les pratiques et protocoles de vaccination impliquent un processus complexe de développement de vaccins, de définition de calendriers vaccinaux et de gestion de la conservation, de la distribution et de la logistique.

Les étapes de développement d'un vaccin

  1. Recherche préclinique : Cette étape implique la recherche en laboratoire pour identifier l'agent pathogène, comprendre ses mécanismes, et développer des candidats vaccins. Les essais sur des modèles animaux peuvent également être réalisés pour évaluer l'efficacité et la sécurité.
  2. Essais cliniques : Les candidats vaccins passent par plusieurs phases d'essais cliniques sur des êtres humains :
  • Phase I : Évaluation de la sécurité et de la tolérabilité.
  • Phase II : Évaluation de l'efficacité et de la dose optimale.
  • Phase III : Études à grande échelle pour confirmer l'efficacité et surveiller la sécurité.
  1. Autorisation et approbation : Une fois que les données des essais cliniques démontrent l'efficacité et la sécurité du vaccin, les autorités de réglementation (comme la FDA aux États-Unis ou l'EMA en Europe) examinent les données et peuvent accorder une autorisation d'utilisation d'urgence ou une approbation complète.
  1. Production : La fabrication du vaccin est ensuite mise en œuvre à grande échelle pour répondre à la demande.
  1. Distribution : Les vaccins sont distribués aux établissements de santé, aux pharmacies et aux centres de vaccination.  

Calendriers vaccinaux : définitions et variations

Un calendrier vaccinal est un programme recommandé de vaccination pour une population donnée, en fonction de l'âge, du sexe, des risques épidémiologiques et d'autres facteurs. Il peut varier d'un pays à l'autre en fonction des maladies prévalentes et des priorités de santé publique.

Un calendrier vaccinal peut inclure des vaccins de base administrés à des moments précis de la vie, ainsi que des vaccins de rappel pour maintenir l'immunité au fil du temps. Le calendrier vaccinal change fréquemment, vous pourrez.  

Les calendriers vaccinaux peuvent également inclure des recommandations spéciales pour les adultes, notamment les vaccins contre la grippe, le tétanos, la diphtérie et d'autres maladies. Vous pouvez notamment regarder sur vaccination-info-services.

Pour plus de renseignements sur les calendriers vaccinaux, vous pouvez prendre rendez-vous en téléconsultation.

Conservation, distribution et logistique

La conservation, la distribution et la logistique des vaccins sont essentielles pour garantir que les vaccins restent efficaces et sûrs jusqu'à leur administration.

Chaîne du froid

La plupart des vaccins nécessitent une chaîne du froid pour maintenir leur stabilité. Cela signifie qu'ils doivent être stockés et transportés à des températures spécifiques. Des réfrigérateurs et des congélateurs spéciaux sont utilisés pour cela.

Stockage en entrepôt

Les entrepôts de vaccins doivent être équipés pour maintenir les conditions de stockage appropriées. Des systèmes de surveillance de la température sont utilisés pour s'assurer que les vaccins restent à la température requise.

Distribution

Les vaccins sont distribués depuis les entrepôts centraux vers les sites de vaccination, les pharmacies et les cliniques. La gestion de la logistique, y compris la planification des itinéraires et la coordination des livraisons, est essentielle.

Gestion des rappels

Les rappels de vaccins doivent être programmés et rappelés aux patients pour maintenir l'immunité.

L'administration des vaccins

Voie orale

Certains vaccins sont administrés par voie orale, généralement sous forme de liquide ou de comprimés. Par exemple, le vaccin contre le rotavirus chez les nourrissons est administré par voie orale. Cette méthode est particulièrement adaptée aux vaccins vivants atténués.

Voie injectable

La voie injectable est la plus courante pour l'administration de vaccins. Les vaccins injectables peuvent être administrés par injection intramusculaire (dans le muscle) ou par injection sous-cutanée (sous la peau). Les vaccins inactivés et à sous-unités sont souvent administrés par voie injectable.

Voie intradermique

Certains vaccins sont administrés directement dans la couche supérieure de la peau. Cette voie est moins courante que l'injection intramusculaire ou sous-cutanée.

Voie intranasale

Ce monde de vaccination n’est pas encore sur le marché, mais le sera bientôt. Certains vaccins antigrippaux pourront être administrés par pulvérisation nasale, ce qui peut être plus pratique pour certaines populations.

Calendrier vaccinal : pourquoi et comment évolue-t-il ?

Le calendrier vaccinal est un programme de vaccination recommandé qui spécifie quand chaque vaccin doit être administré. Il évolue pour plusieurs raisons :

  • Évolution de la science : À mesure que de nouvelles recherches sont menées et que de nouveaux vaccins sont développés, les recommandations peuvent être mises à jour pour refléter les avancées scientifiques.
  • Épidémiologie changeante : Les calendriers vaccinaux sont adaptés en fonction des évolutions épidémiologiques. Par exemple, si une maladie devient plus fréquente dans une région, les autorités de santé peuvent recommander des vaccinations plus fréquentes ou des rappels.
  • Disponibilité des vaccins : L'introduction de nouveaux vaccins sur le marché peut influencer le calendrier vaccinal. Par exemple, l'introduction d'un nouveau vaccin contre une maladie peut modifier la façon dont cette maladie est gérée dans le calendrier.
  • Groupes à risque spécifiques : Les calendriers vaccinaux peuvent inclure des recommandations spécifiques pour certains groupes à risque, tels que les enfants, les personnes âgées ou les voyageurs internationaux.

Besoin d'un avis médical ?

Un médecin généraliste est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation

Je consulte

Avantages et défis de la vaccination

La vaccination offre de nombreux avantages importants pour la santé publique, mais elle est également confrontée à des défis.

Immunité collective

Lorsqu'un pourcentage élevé de la population est vacciné, cela contribue à l'immunité collective. Cela signifie que la maladie a du mal à se propager, ce qui protège également les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées en raison d'une condition médicale ou d'une allergie.

La vaccination contribue donc à réduire le risque d'épidémies de maladies infectieuses en limitant la transmission de l'agent pathogène.

Coûts économiques et bénéfices

La vaccination prévient non seulement les maladies, mais elle réduit également les coûts de traitement et de soins de santé associés à ces maladies.

En prévenant les maladies graves, la vaccination contribue donc à améliorer la qualité de vie des individus et des communautés.

Éthique et vaccination

L'éthique entourant la vaccination soulève plusieurs questions importantes, notamment l'obligation vaccinale versus la liberté individuelle, l'équité dans l'accès aux vaccins, et les expérimentations et essais cliniques.

Obligation vaccinale versus liberté individuelle

L'obligation vaccinale est le mandat du gouvernement pour que les individus se fassent vacciner, généralement pour des raisons de santé publique. Cela peut susciter des débats sur la liberté individuelle et le droit de prendre des décisions médicales pour soi-même ou pour ses enfants.

D'un côté, l'obligation vaccinale peut être vue comme une mesure nécessaire pour protéger la santé de la communauté en atteignant un taux d'immunisation suffisant pour l'immunité collective. Cela peut être crucial pour prévenir des épidémies graves.

De l'autre côté, certains considèrent que cela porte atteinte à la liberté individuelle en limitant le droit de refuser un traitement médical.

Équité dans l'accès aux vaccins

L'accès équitable aux vaccins est un principe éthique essentiel. Il soulève des préoccupations concernant l'accès des populations vulnérables, des pays à faible revenu et des communautés marginalisées aux vaccins.

Lorsque les ressources sont limitées, la distribution des vaccins doit être équitable pour éviter la discrimination et garantir que les groupes les plus à risque puissent bénéficier de la vaccination.

Expérimentations et essais cliniques

Les essais cliniques sont essentiels pour développer de nouveaux vaccins, mais ils soulèvent des questions éthiques sur la sécurité des participants.

L'éthique exige que les essais cliniques soient menés de manière rigoureuse, avec le consentement éclairé des participants et une évaluation approfondie des risques et des avantages.

Conseils pratiques

Préparation à la vaccination

  • Consultez votre professionnel de santé : Avant de vous faire vacciner, consultez un professionnel de santé pour discuter de vos antécédents médicaux, de toute allergie connue et de tout problème de santé actuel. Ils vous conseilleront sur les vaccins appropriés pour vous.
  • Informez-vous sur le vaccin : Renseignez-vous sur le vaccin que vous allez recevoir. Comprenez pourquoi il est recommandé, son efficacité et les effets secondaires potentiels.
  • Préparez-vous mentalement : Si vous avez des craintes ou des inquiétudes à propos de la vaccination, parlez-en à votre professionnel de santé pour obtenir des informations et des conseils supplémentaires.
  • Hydratez-vous et mangez bien : Assurez-vous d'être bien hydraté et d'avoir mangé avant de vous faire vacciner, cela peut aider à réduire les risques de vertiges ou de faiblesse.

Gestion des effets secondaires

  • Attendez sur place : Après la vaccination, restez sur place pendant la durée recommandée par les professionnels de santé pour vous assurer que vous ne développez pas de réaction grave immédiate.
  • Apaisez les douleurs locales : Si vous avez des douleurs au site d'injection, appliquez une compresse froide et évitez de trop solliciter le bras vacciné.
  • Prenez des médicaments en cas de fièvre ou de douleurs : Si vous développez de la fièvre ou des douleurs après la vaccination, prenez un médicament en vente libre, comme le paracétamol, conformément aux recommandations de votre professionnel de santé.
  • Suivez les conseils post-vaccination : Écoutez les conseils post-vaccination donnés par votre professionnel de santé, notamment en ce qui concerne les symptômes à surveiller et quand consulter un médecin en cas de préoccupation.

Importance de la tenue à jour des dossiers de vaccination

Il est important de tenir à jour ses dossiers de vaccination pour faciliter les rappels et les calendriers vaccinaux, pour avoir une preuve vaccinale lors de vos voyages, et surtout, pour partager vos documents avec les professionnels de la santé.

Sources :

  • Assurance Maladie : le lien  
  • OMS : le lien
  • Vaccination services infos : le lien
  • Centre régional d’information pour l’Europe occidentale (Nations-Unies) : le lien
  • Ameli : le lien

Vous présentez des symptômes ?
Avec ou sans RDV, soyez pris en charge par notre équipe médicale.