Accueil
Symptômes • 
Sang dans les selles : causes, diagnostics et traitements
Sang dans les selles : causes, diagnostics et traitements
Mis à jour le 
11
.
06
.
2024
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
Sang dans les Selles
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un médecin est disponible maintenant
Consulter un médecinJe consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

La présence de sang dans les selles s’explique par plusieurs causes qui peuvent être bénignes ou graves. Il est donc important de ne pas ignorer un tel symptôme et de consulter un médecin au plus tôt, pour un diagnostic approprié.

Besoin d'un avis médical ?
Un médecin est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation

Comprendre le sang dans les selles

Le saignement rectal encore appelé rectorragie ou, plus familièrement, sang dans les selles, correspond à l’émission de sang par l’anus. Ce sang peut provenir d’une lésion du rectum, du colon ou de l’anus.

Le sang dans les selles est généralement observé :

  • sur le papier hygiénique, lors de l’essuyage après les selles ;
  • dans les selles, lorsqu’il y est mélangé ;
  • dans l’eau de la cuvette des toilettes.

La couleur du sang dans les selles diffère selon le segment du tube digestif dans lequel est localisé le saignement. Ce sang est rouge vif (il est encore appelé hématochézie) lorsqu’il provient d’une lésion du rectum, ou plus largement, de la zone anale ou du côlon : l’on parle dans ce cas de sang non digéré.

Le sang dans les selles rejeté par l’anus est dit digéré lorsqu’il est noir : il est appelé méléna. Ce sang noir peut être mélangé ou non aux selles et dégage une très mauvaise odeur. Il provient généralement d’un saignement situé dans une partie haute du tube digestif : œsophage, estomac, intestin grêle.

Le sang dans les selles peut être facilement visible à l’œil nu (saignement manifeste) ou difficilement visible, car il est présent en une infime quantité (saignement occulte). Le saignement occulte n’est détecté qu’à partir de l’analyse des selles avec des produits chimiques spéciaux.

Le saviez-vous ? Il existe une échelle dite de Bristol qui détaille les 7 types de selles. Cette échelle est recommandée pour l’évaluation précise du fonctionnement des intestins et des sphincters.

trigger

Causes communes de sang dans les selles

Selon l’Assurance Maladie, le sang dans les selles proviendrait, dans 95 % des cas, d’un saignement du côlon, du rectum ou de l’anus. Les causes en sont diverses.

Les hémorroïdes

Les hémorroïdes sont l’une des causes les plus fréquentes du sang dans les selles. Il s’agit de petites varices qui se développent au niveau de l’anus. En cas d’hémorroïdes, le saignement est rouge vif, sans douleur, et parfois abondant.

Une fissure anale

La fissure anale survient généralement en cas d’apparition d’un trouble du transit intestinal tel que la constipation. Ici, le saignement est visible en petite quantité et il s’accompagne d’une douleur lors de l’émission des selles.

Les maladies inflammatoires du côlon ou du rectum

La présence de sang dans les selles peut être due à l’une de ces maladies inflammatoires :

  • une gastro-entérite ;
  • une infection sexuellement transmissible qui infecte le rectum ;
  • une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) comme la rectocolite hémorragique ou encore la maladie de Crohn ;
  • une colite ischémique de la personne âgée.

Une maladie diverticulaire

La diverticulose du côlon est une anomalie anatomique du côlon se caractérisant par des diverticules coliques. Cette maladie peut être responsable d’une présence importante de sang dans les selles.

Les traumatismes du rectum

Dans d’autres cas, le sang dans les selles peut être dû à des ulcérations du rectum par traumatisme tels que :

  • une prise répétée de la température du corps par le rectum ;
  • un traumatisme sexuel ;
  • une plaie par balle ou arme blanche ;
  • un accident ;
  • etc.

L’utilisation de médicaments

Certains médicaments anti-inflammatoires (Diclofénac, Ibuprofène) et inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire (acide acétylsalicylique, clopidogrel) sont susceptibles de provoquer la présence de sang dans les selles.

Il peut aussi arriver que l’on retrouve du sang rouge dans les selles à la suite d’un grattage de l’anus. Ces démangeaisons ou prurit anal peuvent être causées par : une mycose, un eczéma de contact, du psoriasis. D’autres causes de la présence de sang dans les selles peuvent être relevées :

  • la complication d’un traitement (radiothérapie pelvienne, utilisation de pommade ou suppositoire, acte de chirurgie digestive, coloscopie, etc.) ;
  • une tumeur de l’anus, du rectum ou du côlon : qu’elle soit bénigne (polypes) ou maligne (cancer colorectal), les tumeurs sont responsables de la présence de sang dans les selles, parfois invisible à l’œil nu ;
  • un cancer de l’intestin ou de l’estomac.

Sang dans les selles : quand consulter ?

Certains symptômes sont généralement associés à la présence de sang dans les selles :

  • douleurs abdominales ou rectales ;
  • constipation ou diarrhée ;
  • suintement de l’anus ;
  • perte d’appétit ;
  • démangeaisons anales.

Dans certains cas, le sang dans les selles peut être plus abondant (hémorragie) et nécessiter une prise en charge rapide. Le médecin devra donc identifier le foyer et arrêter le saignement soit par endoscopie, soit par coloscopie, ou encore grâce à une chirurgie. Il est donc primordial de consulter rapidement un médecin en cas de :

  • faible pression sanguine ;
  • respiration et battements cardiaques rapides ;
  • sueurs ;
  • malaise ;
  • pâleur ;
  • somnolence ;
  • vomissements accompagnés de sang ;
  • sang abondant dans les selles.

Quoi qu’il en soit, la présence de sang dans les selles est un motif suffisant pour avoir un avis médical, afin d’identifier la cause du saignement dans l’anus.

Diagnostic et évaluation

Le gastro-entérologue pose des questions sur les symptômes et les antécédents médicaux du patient, puis réalise un examen clinique en se concentrant sur les signes vitaux. Le spécialiste va par la suite effectuer un toucher rectal dans le but d’identifier la couleur des selles, de déceler d’éventuelles tumeurs et fissures ou de rechercher des hémorroïdes.

La nécessité de réaliser des tests va dépendre du résultat de l’examen clinique. Ainsi, le médecin pourra prescrire divers examens médicaux plus poussés tels que :

  • des analyses de sang et autres examens de laboratoire ;
  • une endoscopie par voie haute en cas de suspicion de saignement du tractus gastro-intestinal supérieur ;
  • une coloscopie en cas de suspicion de saignement du tractus gastro-intestinal inférieur ;
  • une angiographie simple ou par TDM en cas de saignement rapide ou sévère ;
  • une entérographie par TDM pour évaluer l’intérieur de l’intestin grêle ;
  • l’utilisation d’une capsule vidéo-endoscopique, cette petite caméra que le patient avale et qui prend des images au fil de sa progression dans les intestins.

Traitement du sang dans les selles

Le traitement du sang dans les selles dépend des causes sous-jacentes trouvées. La plupart des saignements gastro-intestinaux s’arrêtent sans traitement. Toutefois, il peut arriver qu’un traitement soit nécessaire. Le traitement peut donc comporter plusieurs phases, selon l’origine du saignement.

Dans certains cas comme celui des hémorroïdes, le sang dans les selles peut se gérer simplement, à domicile, à l’aide d’un baume à base de corticoïdes. Dans le cas de pathologies chroniques (maladie de Crohn ou colite ulcéreuse), un traitement spécifique est mis en place. Des médicaments comme Oméprazole et Octréotide peuvent être indiqués, en fonction de la cause.

Si l’origine du saignement se trouve dans le tube digestif, d’autres solutions peuvent être envisagées, afin d’arrêter le saignement du tube digestif. En effet, en réalisant une endoscopie du rectum et du côlon, le gastro-entérologue peut effectuer des gestes thérapeutiques comme :

  • une électrocoagulation d’une lésion du tube digestif qui saigne ;
  • une pose de clips chirurgicaux (agrafes permettant de fermer un vaisseau sanguin) pour arrêter le sang dans les selles ;
  • l’injection de produits pouvant arrêter l’hémorragie.

En cas de rectorragie importante, la personne concernée est hospitalisée et la perte de sang est compensée par des perfusions et, éventuellement, par une transfusion sanguine.

Avis des experts de MédecinDirect sur la rectorragie : Le sang dans les selles, encore appelé rectorragie ou saignement rectal, peut avoir des causes bénignes ou graves. Il est donc nécessaire de prendre au sérieux ce symptôme et d'obtenir un diagnostic et un traitement appropriés. Les femmes devraient s’assurer qu’il s’agit bien d’un saignement anal et non vaginal. Il est conseillé de requérir une prise en charge urgente en cas de symptômes inquiétants comme une respiration et des battements cardiaques rapides, de la somnolence, une pâleur, des vomissements avec du sang et bien d’autres.

SOURCES :

  • Assurance maladie : le lien
  • Manuel MSD : le lien
  • Tua Saude : le lien