Accueil
Symptômes • 
Coup de chaleur : définition, symptômes, traitements
Coup de chaleur : définition, symptômes, traitements
Mis à jour le 
23
.
04
.
2024
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect

Le coup de chaleur est une pathologie qui survient généralement lors d’une exposition prolongée au soleil ou lors d’un exercice physique effectué dans des conditions de forte chaleur. Dans ces situations, le corps a du mal à réguler sa température, ce qui peut s’avérer grave. Il est donc très important d’identifier les symptômes du coup de chaleur, afin de pallier les potentielles conséquences fatales.

Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un médecin généraliste est disponible maintenant
Consulter un médecinJe consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

Mieux comprendre le Coup de Chaleur

Lorsque le corps surchauffe au-delà de 40 degrés, on parle de coup de chaleur. C’est une urgence médicale.

Le coup de chaleur ou hyperthermie est une maladie résultant d’une exposition à des températures excessives. Elle s’accompagne d’une réponse inflammatoire systémique. Cela entraine une défaillance de certains organes pouvant provoquer le décès. Le coup de chaleur se subdivise en deux catégories :  

  • le coup de chaleur classique : il survient en dehors de tout effort, lors de vagues de chaleur estivales. Il peut aussi survenir dans des ambiances anormalement chaudes, à l’instar d’un véhicule fermé en plein soleil ;
  • le coup de chaleur d’exercice : encore appelé hyperthermie maligne d’effort, il survient au cours d’un effort musculaire intense ou prolongé, notamment chez les athlètes et le personnel militaire.

Le tableau ci-après récapitule les différences entre les deux types de coups de chaleur :

Tableau comparatif entre le coup de chaleur classique et le coup de chaleur d'effort

Coup de chaleur : quel est son mécanisme ?

L’on parle de coup de chaleur lorsque l’organisme ne peut pas éliminer la chaleur rapidement, en cas de température extrême. Vu qu’il ne peut pas se refroidir, sa température continue d’augmenter rapidement, au point d’atteindre des niveaux dangereusement élevés.  

Le risque est encore plus accru si la personne est sous médicament permettant de diminuer la transpiration ou dans le cas de certains troubles cutanés.

Le coup de chaleur peut être responsable de lésions temporaires ou permanentes d’organes vitaux, entrainant par la suite le décès.  

Bon à savoir : le coup de chaleur se différencie de l’insolation et des autres maladies liées à la chaleur. C’est la forme la plus grave des affections provoquées par la chaleur.

Coup de chaleur : quelles sont les personnes à risque ?

Même si tout le monde peut souffrir de la chaleur, certaines personnes sont plus à risque d’attraper un coup de chaleur. Il s’agit de :

  • personnes âgées et nourrissons : les mécanismes de protection contre la chaleur tels que la transpiration et la vasodilatation fonctionnent moins bien chez les personnes âgées et les très jeunes enfants ;
  • travailleurs exposés à la chaleur à l’extérieur, ou dans une ambiance chaude à l’intérieur : en plus des effets directs de la chaleur, la fatigue liée à la fois à la chaleur et au travail peut conduire à une baisse de vigilance et à des accidents de travail ;
  • sportifs de plein air : ils peuvent sous-estimer le risque et s’exposer de façon inconsidérée
  • femmes enceintes : les très fortes chaleurs augmentent le risque de naissance prématurée ;
  • personnes en situation de handicap physique ou cognitif : elles sont plus à risque, car peuvent difficilement se soustraire seuls à la chaleur ;
  • personnes sous certains médicaments : certains traitements médicamenteux (bêtabloquants, anticholinergiques, neuroleptiques, diurétiques, etc.) limitent la capacité du corps à se protéger et constituent un risque supplémentaire ;
  • personnes isolées, dépendantes, précaires ou fragiles : elles n’ont par exemple pas facilement accès à l’eau et donc, elles ne peuvent pas se protéger facilement de la chaleur ;
  • les détenus : leur vulnérabilité repose sur le fait qu’ils sont confinés dans un milieu vétuste, mal ventilé et mal isolé contre la chaleur. Ils ne peuvent pas se rafraîchir facilement au travers de douches, brumisateurs, ventilateurs et autres.

trigger

Symptômes et Signes d'Alerte du coup de chaleur

Les symptômes et signes d’alerte du coup de chaleur peuvent se présenter sous diverses formes :

  • une forte fièvre (jusqu’à 40 °C) ;
  • des palpitations ;
  • de violents maux de tête ;
  • une peau chaude, sèche et rouge, sans transpiration ;
  • des vomissements et de la diarrhée ;
  • une confusion mentale, des hallucinations, des convulsions ;
  • des troubles de la marche ou de l’élocution ;
  • un pouls rapide ;
  • une tension artérielle basse ou élevée ;
  • des convulsions ou une perte de conscience.

Coup de Chaleur : les bons gestes à adopter

Afin de prévenir le coup de chaleur, il est utile de suivre certaines recommandations en cas de forte chaleur :

  • boire suffisamment d’eau ;
  • aérer les pièces du logement ;
  • rester à l’ombre ;
  • utiliser des crèmes solaires ;
  • porter un chapeau et des vêtements légers ;
  • ne pas laisser une personne fragile (enfant, personne âgée) seule dans une pièce mal aérée ou dans une voiture exposée en plein soleil ;
  • arrêter de travailler à l’extérieur dès l’apparition des premières sensations de vertiges ;
  • se rafraîchir plusieurs fois par jour (prendre des douches, se mouiller la tête, utiliser des brumisateurs).

De façon générale, il vaut mieux éviter de faire surchauffer le corps en s’exposant à des températures excessives.

Dans le cas où une personne présente tous les prodromes d’un coup de chaleur, les gestes de premier secours à adopter sont :

  • l’amener à l’ombre ou dans un endroit frais et bien aéré ;
  • lui enlever ses vêtements ;
  • placer des sacs de glaçons dans un linge et les poser sur les cuisses et les bras de la victime, ou faire couler de l’eau froide sur son corps ;
  • si la personne est consciente, lui donner de l’eau fraîche à boire ;
  • dans le cas d’une perte de connaissance, mettre la victime dans une position latérale de sécurité et la surveiller en attendant les secours.

Traitement du coup de chaleur

Qu’il soit classique ou d’effort, un coup de chaleur se traite de la même façon. En cas de coup de chaleur, le corps doit immédiatement être refroidi. En attendant d’être transférée à l’hôpital, la personne doit être immergée dans de l’eau froide. Il existe deux principales techniques de refroidissement :  

  • L’immersion en eau froide : c’est le traitement de choix en cas de coup de chaleur. La personne peut être plongée dans le réservoir d’eau disponible : étang, ruisseau, baignoire, lac. Cette méthode diminue considérablement les taux de morbidité et de mortalité.
  • Le refroidissement par évaporation : il consiste à pulvériser le corps de la personne avec de l’eau, puis à lui souffler de l’air avec un ventilateur. L’eau tiède ou légèrement chaude est plus efficace que l’eau froide pour cette méthode, car elle diminue les frissons et donc, augmente la perte de chaleur.
Bon à savoir : afin d’écarter tout risque de noyade, l’immersion en eau froide ne doit pas se faire si la personne est confuse et donc, incapable de coopérer.

À l’hôpital, des solutés froids sont souvent administrés en intraveineuse pour accélérer le refroidissement du corps. Une prise en charge en soins intensifs permet d’adopter d’autres mesures, notamment un blocage neuromusculaire avec intubation endotrachéale et ventilation mécanique, dans le but de contrôler les frissons chez le patient.

Des recherches sont menées en parallèle afin de déceler un quelconque dysfonctionnement des organes, une coagulation intravasculaire disséminée ou encore une rhabdomyolyse. Dans certains cas, une hémodialyse peut s’avérer nécessaire.

Conclusion : le coup de chaleur est une urgence médicale pouvant entrainer des complications, parfois irréversibles. Afin de protéger sa santé, il est conseillé d’adopter les bons gestes en cas de fortes chaleurs. Se tenir informé sur les gestes de premier secours permet de sauver les vies.

L’avis des spécialistes de MédecinDirect sur le coup de chaleur : Le coup de chaleur est une maladie à prendre au sérieux car elle peut entrainer des complications graves allant jusqu’au décès. En cas de refroidissement d’une personne atteinte d’un coup de chaleur, le processus doit être stoppé une fois que la température a atteint environ 39 °C, pour éviter une hypothermie.

SOURCES :

  • Santé publique France : le lien
  • Le Manuel MDS : le lien
  • Pôle Santé du CDG Loir-et-Cher : le lien
  • Croix Rouge : le lien

Vous présentez des symptômes ?
Avec ou sans RDV, soyez pris en charge par notre équipe médicale.