Accueil
 Maladies • 
Zika : causes, symptômes, transmission et traitements
Zika : causes, symptômes, transmission et traitements
Mis à jour le 
14
.
05
.
2024
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un médecin est disponible maintenant
Consulter un médecinJe consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

Depuis son émergence dans les années 1940, le virus Zika a eu des effets dévastateurs sur la santé publique, suscitant ainsi de vives préoccupations. Au départ très répandu en Asie et en Afrique, il a finalement émergé récemment en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Bien que les symptômes de l’infection à virus Zika soient généralement légers, les complications peuvent être graves, notamment pour les femmes enceintes. Il est donc primordial d’être bien informé sur ce virus, afin de mieux prévenir une infection.

trigger

Comprendre le Virus Zika

Le virus Zika appartient à la famille des Flavivirus transmis par les moustiques de type Aedes. D’autres virus tels que le virus dengue, le virus du Nil occidental et le virus de l’encéphalite japonaise appartiennent aussi à cette famille.

Historique et origine

Le virus Zika tire son nom de la forêt Zika, en Ouganda, où il a été découvert pour la première fois en 1947, chez un macaque rhésus. Initialement considéré comme un pathogène végétal mineur n’ayant pas d’impact majeur sur la santé humaine, la confirmation de l’infection du virus Zika chez l’Homme se fera en Ouganda et en Tanzanie, en 1952.

Plus tard, le virus Zika va discrètement se propager à travers l’Afrique et l’Asie, puis à travers les Amériques. En 2015, le Brésil a été frappé par une épidémie de Zika. Celle-ci a fait le plus grand nombre de cas jamais décrits jusqu’à présent, soit entre 440 000 et 1 500 000 cas suspects rapportés.

Cette épidémie a signé un tournant dans l’histoire de la maladie car, dès lors, des recherches se sont intensifiées sur le sujet. Celles-ci ont d’ailleurs permis de déceler un lien de causalité entre le virus Zika et les complications neurologiques chez les nourrissons, notamment la microcéphalie.

Mode de transmission du virus Zika

Le mode de transmission le plus courant du virus Zika est la piqûre d’un moustique infecté. Les moustiques responsables de la transmission sont principalement Aedes aegypti et Aedes albopictus. Ils sont aussi vecteurs d’autres maladies telles que la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune urbaine. Il existe toutefois d’autres modes de transmission :

  • par voie sexuelle ;
  • de la mère à l’enfant, pendant la grossesse ;
  • par transfusion sanguine ;
  • par transplantation d’organes.

Le saviez-vous ? Le virus Zika peut rester présent dans le sperme pendant plusieurs mois après l’infection !

Lors d’une piqûre, le moustique prélève le virus sur une personne infectée. Après un délai d’incubation de quelques jours, le moustique peut transmettre le virus à une personne saine en la piquant à son tour.

Facteurs de risques du Zika

Les facteurs de risque d’infection au virus Zika sont les suivants :

  • voyage dans des zones à risque : les personnes voyageant dans des régions où le virus Zika est endémique sont plus susceptibles d’être exposées aux piqûres de moustiques infectés et de contracter le virus ;
  • absence de protection contre les piqûres de moustiques : le non-usage de répulsifs anti-moustiques par exemple augmente le risque de piqûre de moustiques infectés ;
  • pratique sexuelle non protégée : le risque de transmission du virus Zika est accru du fait de pratiques sexuelles non protégées, en particulier dans les régions où circule le virus ;
  • grossesse : les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables aux complications découlant du virus Zika, en raison notamment du risque de transmission au fœtus. Les femmes enceintes ou celles qui envisagent une grossesse doivent être particulièrement attentives lorsqu’elles voyagent dans des zones à risque.

Diagnostic et Symptômes du Zika

Diagnostic du Zika

L’infection à virus Zika peut être suspectée chez les personnes présentant les symptômes de la maladie, en présence de moustiques Aedes qui en sont vecteurs, ou encore chez des personnes s’étant rendues dans les zones à risque. Toutefois, le diagnostic de l’infection à virus Zika ne peut être confirmé que par des analyses de laboratoire.

Des prélèvements de sang et d’urine sont réalisés dès l’apparition des symptômes, pour confirmer le diagnostic grâce à une méthode RT-PCR qui permet de détecter la présence de gènes du virus.

En cas de doute après un résultat par RT-PCR négatif, un dosage sérologique peut être fait pour confirmer ou non la présence d’anticorps spécifiques du virus Zika.

Symptômes du Zika

La plupart des personnes infectées par le virus Zika ne présentent pas de symptômes. Lorsqu’ils se manifestent de 3 à 14 jours après l’infection, les symptômes sont généralement bénins. Il peut s’agir :

  • d’un accès de fièvre ;
  • d’une conjonctivite ;
  • de douleurs musculaires et articulaires ;
  • d’un malaise et de céphalées ;
  • d’une éruption cutanée.

Ces symptômes durent entre 2 et 7 jours et peuvent entrainer des complications, notamment le syndrome de Guillain-Barré, la neuropathie et la myélite chez l’adulte. Des complications graves sont aussi notées chez le nourrisson et se regroupent sous le terme « syndrome de Zika congénital ». Il s’agit de :

  • microcéphalie ;
  • contracture des membres ;
  • anomalies oculaires ;
  • perte auditive.

Traitements du Zika

Il n’existe actuellement pas de traitement spécifique de l’infection ou de la maladie à virus Zika.

La plupart des cas d’infection présentent des symptômes légers, voire sont asymptomatiques. Ils se résolvent donc spontanément. Pour les cas présentant des symptômes graves ou des complications, le traitement consiste à soigner les symptômes et à traiter les complications éventuelles. La prise en charge peut consister à :

  • se reposer et s’hydrater ;
  • prendre des antipyrétiques ou analgésiques pour soigner les symptômes.

Il est conseillé de consulter un médecin en cas de symptômes graves. Les femmes enceintes infectées par le virus Zika bénéficient d’un suivi médical régulier pour surveiller le développement de leur bébé et détecter toute anomalie congénitale potentielle.

Bon à savoir : il est fortement déconseillé de prendre de l’aspirine ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens en cas d’infection au virus Zika, du fait des risques d’hémorragie.

Prévention du Virus Zika

Afin de prévenir toute infection au virus Zika, le meilleur moyen est d’éviter les piqûres de moustiques en :

  • portant des chemises à manches longues et des pantalons longs ;
  • rester dans des endroits dotés d’air conditionné ou de moustiquaires ;
  • utiliser des moustiquaires dans les chambres ;
  • utiliser des insecticides contenant du DEET (diéthyltoluamide) sur les parties du corps exposées ;
  • traiter les vêtements et les équipements à la perméthrine qui est un insecticide. Ne pas en appliquer directement sur la peau.

Par ailleurs, pour prévenir une infection au virus Zika, il faut aussi :

  • éviter les relations sexuelles non protégées ;
  • éviter de se rendre dans une région où sévit le virus Zika.

L’avis des spécialistes de MédecinDirect sur le virus Zika : le virus Zika circule dans de nombreux pays, notamment en Asie, en Afrique, et dans les Amériques. Il se transmet d’homme à homme, par l’intermédiaire d’un moustique de type Aedes, ou encore par voie sexuelle ou sanguine.

Bien que ses symptômes soient légers, le virus Zika peut causer de graves complications chez l’adulte et l’enfant (syndrome de Guillain-Barré, neuropathie) et aussi chez le fœtus (malformations congénitales). Il est donc important d’être bien informé sur ce virus afin de mieux prévenir ses conséquences et de savoir quand consulter.

SOURCES :

  • Institut Pasteur : le lien
  • Organisation mondiale de la Santé : le lien
  • Site gouvernemental de la santé : le lien
  • MSD Manuals : le lien

Vous présentez des symptômes ?
Avec ou sans RDV, soyez pris en charge par notre équipe médicale.