Accueil
 Maladies • 
VIH et SIDA : Causes, symptomes, traitement et prévention
VIH et SIDA : Causes, symptomes, traitement et prévention
Mis à jour le 
13
.
11
.
2023
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un médecin généraliste est disponible
Consulter un médecinJe consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

Le VIH et le SIDA, abréviations respectivement pour Virus de l'Immunodéficience Humaine et Syndrome d'Immunodéficience Acquise, sont des enjeux médicaux et sociaux cruciaux qui ont marqué l'histoire contemporaine. Depuis leur identification dans les années 1980, ces infections ont eu un impact majeur sur la santé mondiale et ont suscité des efforts considérables pour leur compréhension, leur prévention et leur traitement.

Besoin d'un avis médical ?

Notre équipe médicale est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation

Je consulte
trigger

Qu'est-ce que le VIH ?

Le VIH, abréviation de Virus de l'Immunodéficience Humaine, est un virus qui attaque le système immunitaire humain, en particulier les cellules CD4, aussi connues sous le nom de lymphocytes T. Ces cellules jouent un rôle essentiel dans la protection du corps contre les infections. Lorsque le VIH infecte ces cellules, il les endommage progressivement, affaiblissant ainsi la capacité du système immunitaire à lutter contre les infections. Le VIH est principalement transmis par des contacts sexuels non protégés, le partage de seringues contaminées par des drogues injectables, ou de la mère à l'enfant pendant la grossesse, l'accouchement ou l'allaitement.

Qu'est-ce que le SIDA ?

Le SIDA, abréviation de Syndrome d'Immunodéficience Acquise, est la phase avancée de l'infection par le VIH. Une personne est considérée comme ayant le SIDA lorsque son système immunitaire est gravement affaibli, mesuré par un nombre très bas de cellules CD4 ou par la survenue de certaines infections opportunistes graves. Les infections opportunistes sont des maladies qui se développent en raison de l'affaiblissement du système immunitaire. Le SIDA peut entraîner des complications graves, y compris des infections rares et des cancers. Avant l'avènement des traitements antirétroviraux efficaces, le SIDA était souvent fatal. Cependant, de nos jours, avec un traitement médicamenteux approprié, de nombreuses personnes vivant avec le VIH peuvent maintenir un système immunitaire sain et prévenir le développement du SIDA.

Différences et interrelations

  • Le VIH conduit au SIDA : Le VIH est la cause sous-jacente du SIDA. Toutes les personnes atteintes du SIDA ont été infectées par le VIH, mais toutes les personnes infectées par le VIH ne développent pas nécessairement le SIDA. Le SIDA est une phase avancée de l'infection par le VIH qui se produit lorsque le système immunitaire est gravement affaibli.
  • Le VIH est un virus, tandis que le SIDA est un ensemble de symptômes : Le VIH est le virus lui-même, tandis que le SIDA est un ensemble de symptômes et de maladies qui surviennent lorsque le système immunitaire est sérieusement compromis en raison de l'infection par le VIH.
  • Le VIH peut être contrôlé avec un traitement, le SIDA est une condition avancée : Le VIH peut être géré avec des médicaments antirétroviraux qui empêchent la multiplication du virus et préservent le système immunitaire. En revanche, le SIDA est une condition avancée qui nécessite une attention médicale immédiate et un traitement intensif pour gérer les complications liées aux infections opportunistes.

Origines et premiers cas

Le VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine) est un virus qui est apparu relativement récemment à l'échelle de l'histoire humaine. On pense que le VIH est le résultat d'une transmission zoonotique, c'est-à-dire qu'il a été transmis de primates non humains à l'homme. Les scientifiques pensent que le VIH est dérivé du virus simien de l'immunodéficience (SIV) présent chez les chimpanzés et les singes verts d'Afrique centrale et de l'Ouest. La transmission du SIV à l'homme aurait eu lieu lorsque des chasseurs ou des consommateurs de viande de brousse ont été exposés au sang ou à la chair d'animaux infectés.

Premiers cas documentés :

Les premiers cas documentés de ce qui allait plus tard être identifié comme le SIDA remontent aux années 1980. Cependant, ces cas étaient largement inconnus et mal compris à l'époque.

  • Années 1980 : Les premiers cas de ce qui a été décrit comme un groupe inhabituel de maladies infectieuses et de cancers rares ont été observés principalement chez de jeunes hommes homosexuels aux États-Unis. À l'origine, la maladie a été appelée "GRID" (Gay-Related Immune Deficiency) en raison de sa prévalence parmi cette population. Cependant, il est rapidement devenu évident que la maladie touchait également d'autres groupes de personnes, y compris les héroïnomanes et les transfusés sanguins.
  • 1983 : Les scientifiques ont découvert le VIH, le virus responsable du syndrome. Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier ont été les premiers à isoler le virus à l'Institut Pasteur à Paris, France. Cette découverte majeure a jeté les bases de la compréhension du VIH et du développement de tests de dépistage.
  • 1984 : Le terme "VIH" a été adopté pour décrire le virus, et le terme "SIDA" (Syndrome d'Immunodéficience Acquise) a remplacé "GRID" pour refléter la diversité des populations touchées.
  • 1985 : Le premier test de dépistage du VIH a été approuvé aux États-Unis, ce qui a permis de diagnostiquer plus précisément l'infection.

Au fil des années, la compréhension du VIH/SIDA s'est développée, les traitements ont progressé, et des campagnes de prévention et de sensibilisation ont été lancées à l'échelle mondiale. Malheureusement, des millions de vies ont été perdues à cause du SIDA, mais des progrès significatifs ont été réalisés dans la prévention et la gestion de cette maladie depuis les premiers jours de son identification.

Biologie et Cycle du Virus du VIH

Structure du virus

Le VIH, ou Virus de l'Immunodéficience Humaine, est un rétrovirus, ce qui signifie qu'il contient de l'ARN comme matériel génétique au lieu de l'ADN typique. La structure du VIH est complexe et se compose de plusieurs éléments clés :

  • Enveloppe lipidique : Le VIH est entouré d'une enveloppe lipidique, qui provient de la membrane de la cellule hôte précédemment infectée. Cette enveloppe contient des glycoprotéines virales, notamment la protéine gp120, qui est essentielle pour la fixation du virus aux cellules cibles.
  • Capside : Sous l'enveloppe se trouve une capsid, une structure protéique qui renferme le matériel génétique du VIH. La capsid protège l'ARN viral de la dégradation.
  • ARN viral : L'ARN du VIH contient les instructions génétiques nécessaires pour infecter et se reproduire dans les cellules hôtes.
  • Enzymes virales : Le VIH transporte plusieurs enzymes, dont la transcriptase inverse (reverse transcriptase), l'intégrase et la protéase, qui jouent des rôles essentiels dans le cycle de vie du virus.

Comment le VIH infecte-t-il les cellules ?

Le VIH infecte principalement les cellules du système immunitaire humain, en particulier les lymphocytes T CD4, qui sont des cellules essentielles pour la réponse immunitaire. Voici les étapes clés du processus d'infection par le VIH :

  • Fixation : Le VIH se lie à la surface des cellules cibles, en particulier aux récepteurs CD4 et aux corécepteurs CCR5 ou CXCR4. La protéine gp120 du VIH joue un rôle central dans cette fixation.
  • Fusion : Une fois que le VIH est attaché à la cellule cible, il fusionne avec la membrane cellulaire. Cela permet au contenu du virus, y compris l'ARN viral et les enzymes, d'entrer dans la cellule.
  • Transcription inverse : À l'intérieur de la cellule, la transcriptase inverse du VIH convertit l'ARN viral en ADN. Ce processus permet à l'ADN viral d'être intégré dans le génome de la cellule hôte.
  • Intégration : L'intégrase du VIH insère l'ADN viral dans le génome de la cellule hôte. L'ADN viral intégré est alors appelé provirus.
  • Réplication et transcription : Le provirus peut rester dormant pendant un certain temps, mais il peut également être activé pour produire de nouvelles particules virales. La cellule hôte utilise ses propres mécanismes de réplication et de transcription pour produire de l'ARN viral et des protéines virales.
  • Assemblage et libération : De nouveaux virus sont assemblés à partir des composants viraux produits par la cellule hôte. Une fois assemblés, les virus sont libérés de la cellule hôte pour infecter d'autres cellules CD4, répétant ainsi le cycle d'infection.

Modes de Transmission du VIH

Le VIH, ou Virus de l'Immunodéficience Humaine, peut être transmis de diverses manières.

Rapports sexuels non protégés

Les rapports sexuels non protégés, en particulier avec une personne infectée par le VIH, constituent un mode de transmission très courant. Le virus peut être transmis par contact direct avec les muqueuses génitales, anales ou buccales lors de rapports sexuels vaginaux, anaux ou oraux non protégés. L'utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels réduit considérablement le risque de transmission.

Les comportements à risque

Les comportements à risque, tels que le partage de seringues contaminées lors de l'usage de drogues injectables, l'échange de matériel de tatouage ou de piercing non stérile, ainsi que le partage d'objets coupants (comme des rasoirs) peuvent entraîner la transmission du VIH, car ils impliquent la possibilité de contact avec du sang infecté.

Usage de drogues intraveineuses

Les personnes qui s'injectent des drogues avec des seringues contaminées par le VIH courent un risque élevé d'infection. Le partage de seringues et d'aiguilles peut permettre la transmission du virus si l'une des personnes est porteuse du VIH.

De mère à enfant

Une mère porteuse du VIH peut transmettre le virus à son enfant pendant la grossesse, l'accouchement ou l'allaitement. Cependant, des mesures de prévention, telles que la prise d'antirétroviraux par la mère et le nourrisson, peuvent réduire considérablement ce risque.

Transfusions sanguines et produits sanguins

Bien que de nos jours les dons de sang soient testés pour le VIH, il y a eu des cas de transmission par le biais de transfusions sanguines ou de produits sanguins avant la mise en place de ces tests. Cependant, ce mode de transmission est désormais extrêmement rare dans les pays dotés de procédures de dépistage adéquates.

Autres modes rares de transmission

Bien que moins fréquents, il existe d'autres modes de transmission rares du VIH, notamment :

  • Exposition professionnelle.
  • Transplantation d'organes.
  • Exposition accidentelle.
  • Partage de matériel pour l’inhalation de drogues sniffées.

Vous pensez avoir été confronté à l'un de ces comportements à risque ?

Des médecins sont disponibles maintenant en téléconsultation et peuvent vour fournir une ordonnance pour des tests sanguins

Je consulte

Manifestations Cliniques

Phases de l'infection

Phase aiguë de l'infection :

Cette phase survient dans les premières semaines (généralement 2 à 4 semaines) après l'exposition au VIH.

  • Symptômes possibles : Fièvre, maux de tête, fatigue, éruption cutanée, ganglions lymphatiques enflés, maux de gorge, douleurs musculaires, ulcères buccaux, diarrhée, perte de poids.
  • Les symptômes de cette phase peuvent être similaires à ceux de nombreuses autres infections virales, ce qui les rend souvent non spécifiques.

Phase de latence clinique (chronique) :

Cette phase peut durer des années, parfois même des décennies.

Pendant cette période, le VIH se multiplie activement dans le corps, mais les symptômes peuvent être absents ou légers. Les personnes infectées sont souvent asymptomatiques ou présentent des symptômes intermittents mineurs.

Phase de SIDA :

Cette phase survient lorsque le système immunitaire est gravement affaibli en raison de la destruction continue des cellules CD4 par le VIH.

  • Symptômes possibles : Infections opportunistes graves, tels que la pneumonie à Pneumocystis jirovecii, la tuberculose, la toxoplasmose, des infections fongiques graves, des cancers tels que le lymphome de Burkitt et le sarcome de Kaposi, perte de poids sévère, diarrhée chronique, fièvre prolongée.

Le SIDA est diagnostiqué lorsque le nombre de cellules CD4 dans le sang est considérablement réduit, généralement en dessous de 200 cellules par microlitre de sang.

Complications du SIDA

  • Infections opportunistes : Les personnes atteintes du SIDA sont particulièrement vulnérables aux infections opportunistes, qui sont des infections graves qui surviennent en raison de la suppression du système immunitaire.
  • Cancers liés au SIDA : Le risque de développer certains types de cancers.
  • Perte de poids et cachexie : Les personnes atteintes du SIDA peuvent éprouver une perte de poids significative, une faiblesse musculaire et une fatigue sévère en raison de la malnutrition et des infections récurrentes.
  • Démence associée au VIH : Le VIH peut également affecter le cerveau, provoquant une démence qui entraîne des problèmes cognitifs, des troubles de la mémoire et des changements de comportement.
  • Atteintes du système nerveux : Le VIH peut causer diverses affections neurologiques.
  • Isolement social et affectif, et ses conséquences (notamment dépression).

Vous présentez l'un de ces symptômes ?

Notre équipe médicale est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation

Je consulte

Diagnostic et prévention du VIH

Tests de dépistage du VIH

Les tests de dépistage du VIH sont utilisés pour détecter la présence du virus dans le sang, la salive ou l'urine d'une personne.

Les tests de dépistage incluent des tests rapides, des tests ELISA (Enzyme-Linked Immunosorbent Assay) et des tests de détection d'anticorps et d'antigènes.

Ils sont souvent effectués en laboratoire ou dans des centres de dépistage, mais des autotests à domicile sont également disponibles.

Tests de confirmation

Les tests de confirmation sont effectués pour confirmer un résultat positif obtenu lors d'un test de dépistage initial.

Ils impliquent généralement des tests plus spécifiques, comme des tests Western blot ou des tests d'amplification des acides nucléiques (TAN).

La confirmation est essentielle pour réduire les risques de faux positifs.

Dans tous les cas la confirmation d’une séroconversion VIH repose sur un deuxième prélèvement sanguin.

Charge virale et comptage des CD4

La charge virale mesure la quantité de VIH dans le sang d'une personne. Elle indique à quel point le virus est actif dans le corps.

Le comptage des CD4 mesure le nombre de lymphocytes T CD4 dans le sang, ce qui permet d'évaluer la santé du système immunitaire.

Ces tests sont essentiels pour suivre la progression de l'infection et guider le traitement antirétroviral (ARV) chez les personnes atteintes du VIH.

Prévention du SIDA

Éducation et sensibilisation

L'éducation et la sensibilisation sont essentielles pour informer le public sur les modes de transmission du VIH et les pratiques de prévention, telles que l'utilisation de préservatifs, la réduction des comportements à risque et le dépistage régulier.

TASP

Prophylaxie pré-exposition (PrEP) et post-exposition (PEP)

La PrEP est une méthode de prévention qui consiste à prendre des médicaments antirétroviraux avant une exposition potentielle au VIH pour réduire le risque d'infection. La PEP est utilisée après une exposition potentielle pour prévenir l'infection.

Campagnes mondiales de prévention

Des campagnes mondiales de prévention, menées par des organisations internationales, des gouvernements et des ONG, visent à sensibiliser le public, à promouvoir l'accès aux services de dépistage et de traitement, et à réduire la stigmatisation associée au VIH/SIDA.

Traitements du VIH et SIDA

Aperçu des antirétroviraux

Les antirétroviraux sont des médicaments conçus pour inhiber la réplication du VIH dans le corps. Ils sont essentiels pour le traitement de l'infection par le VIH et pour maintenir la santé des personnes vivant avec le virus.

  • Inhibiteurs de la transcriptase inverse : Ils bloquent l'enzyme transcriptase inverse, nécessaire à la conversion de l'ARN viral en ADN. Il existe deux types d'inhibiteurs de la transcriptase inverse : les inhibiteurs nucléosidiques/nucléotidiques et les inhibiteurs non nucléosidiques.
  • Inhibiteurs de l'intégrase : Ces médicaments bloquent l'action de l'intégrase, empêchant ainsi l'intégration de l'ADN viral dans le génome de la cellule hôte.
  • Inhibiteurs de protéase : Ils ciblent l'enzyme protéase, qui est nécessaire à la maturation des particules virales. En bloquant cette enzyme, ils empêchent la formation de virus matures.
  • Inhibiteurs de fusion : Ces médicaments empêchent le VIH de fusionner avec les cellules cibles en inhibant la protéine gp41 du virus.

Thérapie antirétrovirale (TAR)

La thérapie antirétrovirale, souvent abrégée en TAR, est l'utilisation combinée de plusieurs antirétroviraux pour traiter l'infection par le VIH. La TAR a pour objectif de supprimer la réplication virale dans le corps, de maintenir un système immunitaire sain et de prévenir le développement du SIDA. Elle est prise généralement sous forme de comprimés ou de médicaments à prendre par voie orale.

Nouveaux traitements et recherches

La recherche sur le VIH/SIDA est en constante évolution, et de nouveaux traitements sont développés pour améliorer l'efficacité, la tolérance et la facilité d'administration des antirétroviraux. Parmi les développements récents et les domaines de recherche prometteurs, on peut citer :

  • Traitements à action longue : Des médicaments à action prolongée, tels que les injections mensuelles ou trimestrielles, sont en cours de développement pour réduire la fréquence des prises de médicaments.
  • Médicaments expérimentaux : De nouveaux antirétroviraux sont en phase d'essais cliniques pour évaluer leur sécurité et leur efficacité, notamment les inhibiteurs de maturation, les inhibiteurs de l'ARN viral et les thérapies géniques.
  • Stratégies de guérison fonctionnelle : Les chercheurs explorent des approches visant à contrôler le VIH sans nécessiter une prise quotidienne de médicaments, telles que la stimulation du système immunitaire ou l'élimination des réservoirs viraux latents.
  • Recherche sur le vaccin : La quête d'un vaccin préventif efficace contre le VIH se poursuit, avec de nombreux essais en cours.

Co-infections et Complications

Tuberculose

Les personnes vivant avec le VIH ont un risque plus élevé de contracter la tuberculose (TB), une maladie bactérienne grave qui affecte principalement les poumons. La co-infection VIH/TB est une préoccupation majeure en raison de l'interaction entre les deux maladies.

Hépatites B et C

Le VIH peut coexister avec les hépatites B et C, des infections virales du foie. La co-infection VIH/hépatites B ou C peut entraîner des complications hépatiques sévères et nécessite une surveillance et une gestion appropriées.

MST et autres co-infections

Les personnes vivant avec le VIH sont plus susceptibles de contracter d'autres infections sexuellement transmissibles (MST), ce qui peut compliquer leur santé. Il est essentiel de dépister et de traiter ces co-infections pour prévenir des problèmes supplémentaires.

Cancers associés au VIH

Le VIH augmente le risque de développer certains types de cancers, notamment le lymphome non hodgkinien, le sarcome de Kaposi et certains cancers du col de l'utérus. Les programmes de dépistage et de vaccination peuvent aider à prévenir ces cancers.

Aspects Psychosociaux

Stigmatisation et discrimination

Les personnes vivant avec le VIH/SIDA sont souvent confrontées à la stigmatisation et à la discrimination en raison de leur statut sérologique. Cela peut se manifester sous forme de rejet social, de préjugés, de peur et de mauvais traitements. La stigmatisation et la discrimination sont des obstacles majeurs à la prévention, au dépistage et à la prise en charge du VIH.

Impact psychologique du diagnostic

Recevoir un diagnostic de VIH peut avoir un impact psychologique significatif. Les réactions varient d'une personne à l'autre et peuvent inclure la peur, la colère, la tristesse, la dépression et l'anxiété. Le soutien psychosocial est essentiel pour aider les personnes à faire face à ces réactions émotionnelles.

Importance du soutien psychosocial

Le soutien psychosocial, qui peut inclure le conseil, le soutien de pairs, la thérapie et les groupes de soutien, est crucial pour aider les personnes vivant avec le VIH à gérer leur état de santé, à faire face à la stigmatisation et à la discrimination, à améliorer leur qualité de vie et à maintenir leur adhésion à la thérapie antirétrovirale (TAR). Il joue également un rôle essentiel dans la réduction de la transmission du VIH en encourageant le dépistage et en favorisant la prévention.

Statistiques Mondiales

Prévalence par pays

Les pays d’Afrique comme l’Eswatini, le Lesotho et le Botswana ont les taux de prévalence du VIH le plus haut de la planète (au-delà de 20%).

En France, selon l’assurance maladie, en 2021, la prévalence se situe entre 0,7 % dans les régions les moins densément peuplées et 8 %.

Mortalité associée au VIH/SIDA

Sur 39 millions de personnes vivant avec le VIH en 2022, 630 000 personnes sont décédées du SIDA selon sida info service.

Groupes à risque

Les groupes à risque de contracter le VIH comprennent les travailleurs du sexe, les personnes qui s'injectent des drogues, les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, les personnes vivant dans des zones à forte prévalence, les partenaires sexuels de personnes infectées par le VIH et les personnes pratiquant des rapports sexuels non protégés.

Les jeunes, en particulier les jeunes femmes en Afrique subsaharienne, sont également considérés comme un groupe à risque en raison de la vulnérabilité à l'infection par le VIH.

Initiatives Mondiales et Ressources

Rôle de l'OMS et de l'ONUSIDA

L'OMS (Organisation mondiale de la santé) joue un rôle majeur dans la lutte contre le VIH/SIDA en fournissant des directives, des normes et un leadership mondial en matière de santé.

L'ONUSIDA est un partenariat mondial qui vise à mettre fin à l'épidémie de VIH/SIDA. Il coordonne les efforts de multiples agences des Nations Unies et travaille en étroite collaboration avec les gouvernements et les organisations pour lutter contre le VIH/SIDA.

Campagnes et initiatives majeures

De nombreuses campagnes et initiatives ont été lancées pour sensibiliser et lutter contre le VIH/SIDA. Parmi les plus notables, on peut citer la Journée mondiale de lutte contre le sida, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et la campagne "90-90-90" de l'ONUSIDA visant à atteindre des objectifs de traitement et de prévention.

Soutien aux patients et à la recherche

Des ressources considérables sont consacrées au soutien des patients vivant avec le VIH/SIDA, notamment l'accès aux médicaments antirétroviraux et aux soins de santé. La recherche continue à développer de nouveaux traitements, à explorer des stratégies de prévention et à chercher un éventuel vaccin contre le VIH.

Avenir et Perspectives

Avancées actuelles en matière de recherche

La recherche sur le VIH/SIDA progresse continuellement, avec des avancées dans le développement de médicaments, de traitements à action prolongée, de méthodes de prévention, et des études sur la guérison fonctionnelle ou stérilisante.

Espoir d'un vaccin pour le VIH

L'espoir d'un vaccin préventif contre le VIH demeure un objectif majeur de la recherche. De nombreux essais cliniques sont en cours pour évaluer différentes approches de vaccination.

Défis à venir

Les défis futurs incluent l'accès équitable aux traitements et aux soins, la réduction de la stigmatisation et de la discrimination, ainsi que la prévention du VIH chez les groupes à risque. La résistance aux médicaments et la nécessité de traitements abordables et faciles d'accès sont également des enjeux clés pour l'avenir de la lutte contre le VIH/SIDA.

Sources :

https://assurance-maladie.ameli.fr/sites/default/files/2021_carte-prevalence_vih-sida.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_pr%C3%A9valence_du_VIH/SIDA_adulte

https://www.who.int/fr/

https://www.unaids.org/fr

Vous présentez des symptômes ?
Avec ou sans RDV, soyez pris en charge par notre équipe médicale.