Accueil
 Maladies • 
Préménopause : signes, symptômes et gestion de cette transition hormonale
Préménopause : signes, symptômes et gestion de cette transition hormonale
Mis à jour le 
03
.
06
.
2024
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
Prémnopause
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Un gynécologue est disponible maintenant
Consulter un médecinJe consulte
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

La ménopause est un cap important de la vie d’une femme. La personne ménopausée sait généralement à quoi s’attendre : fin de la fertilité et arrêt de la production hormonale d’œstrogène et de progestérone. Toutefois, peu sont celles et ceux qui savent que la ménopause est précédée d’une période charnière : la préménopause.

Besoin d'un avis médical ?
Un médecin est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation
trigger

Qu'est-ce que la préménopause ?

La préménopause est une période de transition vers la ménopause qui se manifeste par des cycles irréguliers et des symptômes désagréables pour la femme. Cette période peut durer entre 2 et 4 ans.

Les femmes naissent avec un nombre limité de follicules dans leurs ovaires. Avec le temps, ce nombre s’épuise et les ovocytes ne sont plus forcément libérés à chaque cycle. La production hormonale devient instable, avec en plus un déficit en progestérone : les premiers signes de la préménopause apparaissent à ce moment-là.

La ménopause étant déterminée par le code génétique, il est difficile de prévoir l’âge auquel surviendront les symptômes de la préménopause. Cela peut être influencé aussi bien par l’état de santé que par l’environnement ou autre. Les symptômes de la préménopause surviennent généralement vers 47 ans.

Distinction entre préménopause, périménopause et ménopause

La préménopause, la périménopause et la ménopause sont trois périodes distinctes qui s’inscrivent chronologiquement dans la vie des femmes :

  • la préménopause est caractérisée par l’irrégularité du cycle menstruel de la femme. Ce dernier commence par se raccourcir de plusieurs jours, puis varie de manière aléatoire et, enfin, finit par s’allonger à l’approche de la ménopause ;
  • la périménopause englobe non seulement la fin de cette période d’irrégularité mais aussi, l’année suivant l’arrêt définitif des règles ;
  • la ménopause est la période qui suit l’arrêt définitif des règles.

Symptômes de la préménopause

Les symptômes courants associés à la préménopause sont :

  • l’irrégularité des règles (alternance des cycles courts et longs) ;
  • l’apparition de symptômes prémenstruels : seins tendus, irritabilité, ballonnements, fatigue ;
  • des bouffées de chaleur ;
  • des sueurs nocturnes ;
  • une sécheresse vaginale ;
  • des fuites ou infections urinaires ;
  • des problèmes de libido ;
  • un gain de poids ;
  • une perte de masse osseuse ;
  • des douleurs articulaires et ostéoporose ;
  • des cheveux et des ongles qui se cassent plus facilement ;
  • augmentation des rides, de l’acné, de poils et de taches de vieillesse sur la peau ;
  • des difficultés à dormir ou à se concentrer.

Sur le plan de la santé mentale, cette transition peut constituer une période de vulnérabilité, notamment pour les femmes ayant des antécédents d’anxiété ou de dépression.

Toutes les femmes ne sont pas égales face aux symptômes de la préménopause encore appelés symptômes climatères ou troubles climatériques. Certaines peuvent ressentir légèrement ces symptômes, voire pas du tout. Chez d’autre en revanche, les troubles climatériques peuvent être pénibles et altérer la qualité de vie de la femme de façon importante. Un traitement médical va être envisagé dans ce cas.

Bon à savoir : Une étude a montré que les symptômes végétatifs comprenant des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes sont moitié moins fréquents chez les femmes qui pratiquent une activité physique.

Diagnostic de la préménopause

Le diagnostic de la préménopause peut inclure un examen physique, mais aussi à des bilans biologiques.

Le bilan biologique va permettre de confirmer que la ménopause est en train de s’installer et de surveiller de près tout risque de pathologies associées. Ce bilan permet aussi de vérifier qu’il n’existe aucune contre-indication à la mise en place d’un traitement hormonal en cas de besoin.

Le bilan de sang va aussi permettre d’analyser le niveau d’œstradiol et de l’hormone folliculostimulante (FSH). Si le taux d’œstradiol est bas et que le taux de FSH est élevé, c’est que la ménopause est bien en train de s’installer.

Une fois le diagnostic ainsi établi, le médecin va vérifier que la femme en préménopause ne développe pas de pathologies liées à la modification hormonale (diabète, hyperlipémie, insuffisance rénale, hyper ou hypothyroïdie).

Il est important d’être suivie par un professionnel de santé qui va surveiller les changements et ajuster les stratégies de gestion de la préménopause selon les besoins.

Traitement et gestion de la préménopause

Pour les femmes chez qui les symptômes de la préménopause ont un fort impact sur leur quotidien, une prise en charge médicale est faite. Elle consistera en une prise de progestatifs ou d’un contraceptif oral faiblement dosé, avant les règles, pour soulager les troubles climatériques. Ce traitement est prescrit en l’absence de contre-indication.

D’autres techniques psychocorporelles ont des effets notoires sur les symptômes :

  • la phytothérapie ;
  • l’hypnothérapie conseillée par la Menopause Society, car elle implique des séances de relaxation profonde axées sur la concentration ;
  • la thérapie cognitivo-comportementale qui est axée sur l’identification et le remplacement des schémas de pensée néfastes ;
  • L’acupuncture.

La prescription d’un traitement hormonal associant un œstrogène et un progestatif est envisagée une fois la ménopause installée, en fonction de :

  • la nature et de l’intensité des symptômes ressentis ;
  • l’état de santé ;
  • risques individuels et antécédents familiaux.

Certains médecins vont prescrire des compléments alimentaires aux personnes en période de préménopause. Il s’agira par exemple de suppléments de calcium et de la vitamine D. Des traitements naturels à base de gattillier peuvent aussi aider à réduire par exemple les bouffées de chaleur.

Bon à savoir : selon certains experts, le traitement hormonal est le plus efficace pour pallier les symptômes courants de la préménopause.

Conseils pour mieux gérer les symptômes

En plus des traitements, les femmes en période de préménopause peuvent adopter certains gestes en vue de réduire leurs symptômes :

  • manger équilibré pour limiter la prise de poids ;
  • pratiquer une activité physique douce ;
  • limiter la consommation de tabac et d’alcool ;
  • dormir suffisamment ;
  • bien s’hydrater.

Quid de la contraception ?

La contraception doit être poursuivie jusqu’à ce que la ménopause soit totalement installée. Les consultations chez le médecin permettent d’adapter la méthode de contraception selon la situation de la patiente. De ce fait, la contraception oestroprogestative peut être remplacée par une conception progestative ou par un contraceptif barrière.

Bon à savoir : les méthodes de contraception naturelles sont déconseillées en période de préménopause, car elles ne sont pas très fiables.
L’avis des experts de MédecinDirect sur la préménopause : La préménopause est une étape naturelle de la vie d’une femme. Ses effets peuvent certes nuire au quotidien, mais de nombreuses méthodes et traitements existent pour soulager les symptômes. Même si l’éventualité de tomber enceinte diminue avec l’âge, une grossesse reste toujours possible en préménopause. L’âge de la ménopause variant d’une femme à une autre, il est important de poursuivre la contraception jusqu’à la certitude d’être totalement en ménopause.  

SOURCES :

  • Département du Val de Marne : le lien
  • Inserm : le lien
  • National Library of Medicine : le lien
  • National Geographic: le lien
  • Assurance maladie : le lien