Accueil
 Maladies • 
Mélanome, prévention et facteurs de risques
Mélanome, prévention et facteurs de risques
Mis à jour le 
03
.
02
.
2022
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Consulter un médecin
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes
trigger

Les facteurs de risques du mélanome

Un certain nombre de facteurs de risque peuvent favoriser le développement d'un mélanome. On distingue néanmoins deux grandes catégories :

  • les risques externes (sur lesquels il est possible d'agir par le biais de la prévention)
  • les risques internes (propres à chacun)
  • Voici un petit tour d'horizon des facteurs de risque majeurs :
  • Les facteurs de risque externes

    Ce sont les risques liés à l’environnement, aux modes et conditions de vie :

    • l’exposition aux ultraviolets naturels du soleil (trop de séances de bronzage, trop longtemps et aux pires heures de la journée), la région d'habitation (altitude, tropiques, proximité du pôle Sud), les métiers en extérieur (travailleurs du bâtiment et des travaux publics par exemple) et l'exposition aux ultraviolets artificiels (pour les adeptes des cabines de bronzage)
    • les antécédents de coups de soleil et de brûlures - reçus notamment pendant l’enfance.

    Les facteurs de risque internes

    Ce sont les risques liés aux individus, qui leurs sont donc propres :

    • le phototype désigne la sensibilité de la peau aux rayonnements ultraviolets. Plusieurs phototypes correspondent ainsi aux différents types de peaux et couleurs de cheveux. Avoir la peau blanche, claire, des cheveux blonds ou roux, les yeux verts ou bleus et des taches de rousseur constitue le phototype de type I ou II (c’est à dire le plus à risque)
    • la sensibilité face au soleil : une peau qui a tendance à rougir, à brûler et ne bronze pas (ou que très peu et difficilement)
    • un nombre important de grains de beauté sur tout le corps (plus de 50 de plus de 2 mm de diamètre) : un nombre élevé de grains de beauté provoque chez certaines personnes un risque 4 à 5 fois plus accru,
    • la présence d'au moins 2 grains de beauté d’aspect inhabituel ou congénitaux (les fameux nævus atypiques) : plus de 6 mm de diamètre, ou d’aspect marbré rouge et brun, ou de forme irrégulière, ou avec un centre surélevé et des bords déchiquetés (on a parfois ces grains de beauté dès la naissance)
    • la prédisposition familiale et l'histoire personnelle : les antécédents de mélanome ou de cancer de la peau personnels ou familiaux chez les parents au 1er degré. Dans certains cas, votre dermatologue peut vous proposer une consultation d’oncogénétique à la recherche d’un gène prédisposant au mélanome. Certains gènes sont désormais reconnus comme augmentant considérablement le risque de mélanome. Ce sont principalement les gènes CDKN2A (également appelé P6) et CDK4 qui sont à l'origine de 40 % des mélanomes dits familiaux.
    • une immunodépression, c’est-à-dire un affaiblissement du système immunitaire à cause d'une maladie ou de la prise de médicaments.

    Prévention contre le mélanome

    Se prémunir du cancer lors de vos expositions solaires  


    • Dès les premiers jours de vos vacances, évitez une exposition prolongée en plein soleil. 15 minutes seulement sont recommandées le premier jour ! Progressivement, vous pouvez augmenter l’exposition. Protégez-vous avec de la crème solaire (attention, pas le même tube que l’année dernière, il est sûrement périmé !).  
    • Appliquer de la crème solaire sur les zones qui ne sont pas protégées par des vêtements.
    • Choisir un indice de protection adapté à l’intensité du soleil et à son type de peau.
    • Renouveler l’application toutes les deux heures (ou plus souvent en cas de forte transpiration) et après chaque baignade.
    • Ne vous mettez jamais en plein soleil entre midi et 16h : c’est à ce moment que les rayons sont les plus violents. Si vous devez être en plein soleil, couvrez votre peau avec des vêtements (même légers) et votre tête avec un chapeau. Idéalement, restez à l’ombre.
    • Si vous ne partez pas en vacances mais avez un travail qui vous expose au soleil (policiers et policières, travailleur dans le bâtiment, jardinage…) n’oubliez pas de protéger les parties exposées au soleil (notamment l’arrière du cou, qu'on a souvent tendance à oublier).  

    Faire des UV avant les vacances pour prévenir du mélanome ?

    Rien ne sert de faire des UV artificiels à l’avance : cela ne vous protégera pas des coups de soleil. C’est la dose totale d’UV qui compte dans la prévention du cancer de la peau. Pensez à acheter :  

    • Un tube de crème solaire
    • Une paire de lunettes de soleil de bonne qualité anti-UV pour protéger vos yeux (qui souffrent autant que votre peau des rayonnements intempestifs)  

    • Un chapeau pour protéger votre visage et votre nuque  

    • Une tenue sortie de bain pour vous couvrir en cas d’exposition prolongée  

    Les effets à long terme

    Évitez à tout prix les coups de soleil ! Pour vous, mais surtout pour vos enfants et adolescents. Les effets délétères des excès de soleil sont à long terme et le prix à payer est surtout après la cinquantaine.

    Après les vacances et tout au long de l’année, il faut également surveiller sa peau pour une détection très précoce du mélanome : ne pas oublier les ongles et sous la plante des pieds.

    Vous présentez des symptômes ?
    Avec ou sans RDV, soyez pris en charge par notre équipe médicale.