Accueil
 Maladies • 
Mal des transports : causes, prévention et solutions efficaces
Mal des transports : causes, prévention et solutions efficaces
Mis à jour le 
10
.
07
.
2024
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
mal des transports

Le mal des transports est un phénomène physiologique courant qui affecte de nombreuses personnes lors de déplacements en voiture, en avion, en bateau ou en train. Il se manifeste par un ensemble de symptômes désagréables tels que des nausées, des vertiges et des vomissements. Bien que bénin, le mal des transports peut grandement affecter la qualité de vie et rendre les voyages inconfortables. Cet article explore les causes, les mécanismes, les symptômes, les méthodes de prévention et les options de traitement du mal des transports.

Besoin d'un avis médical ?
Un médecin est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation
trigger

Qu'est-ce que le mal des transports ?

Le mal des transports, également connu sous le nom de cinétose ou mal des voyages, est une sensation de malaise qui survient lors de déplacements en voiture, en bateau, en avion, en train, etc.  

Le mal de transport se développe :

  • lorsque les parties de l’oreille interne qui aident à conserver l’équilibre (canaux semi-circulaires) sont trop stimulées ;
  • lorsque le cerveau reçoit des informations contradictoires de ses capteurs de mouvement (yeux, capteurs semi-circulaires et muscles capteurs).

Il est particulièrement fréquent chez les enfants et est dû au contraste entre le mouvement enregistré par les yeux et l’immobilité du corps perçue par l’oreille interne. Généralement, le mal des transports est sans gravité.

Un medecin est disponible maintenant

Quels sont les modes de transport concernés ?

Les modes de transport généralement à l’origine du mal des transports sont :

Certaines personnes, notamment des enfants, peuvent aussi être malades sur les manèges. D’autres encore sont malades en pratiquant des activités comme des jeux vidéo mettant en scène des courses de voiture, ou après un retour à terre après un voyage en bateau (mal de terre).

Un medecin est disponible maintenant

Causes du mal des transports

Le mal des transports survient lorsque le cerveau reçoit des signaux contradictoires provenant des différentes parties du système sensoriel qui régulent l'équilibre et la perception du mouvement. Les principales sources de ces signaux sont :

  • l'oreille interne (le système vestibulaire) : responsable de détecter les mouvements et l'orientation ;
  • les yeux : fournissent des informations visuelles sur la position et le mouvement ;
  • les récepteurs proprioceptifs : situés dans les muscles et les articulations, ils détectent les mouvements du corps.

Lorsque ces systèmes envoient des messages conflictuels au cerveau, cela peut provoquer une sensation de malaise. Par exemple, lorsqu’une personne lit dans une voiture en mouvement, ses yeux sont fixés sur un objet immobile (le livre), tandis que son oreille interne ressent le mouvement. Ce conflit entre les informations visuelles et vestibulaires est à l'origine du mal des transports.

Un medecin est disponible maintenant

Facteurs de risque

Divers facteurs peuvent contribuer à l'apparition du mal des transports :

  • le type de mouvement : les mouvements irréguliers tels que les secousses ou les virages brusques sont plus susceptibles de provoquer le mal des transports ;
  • la position du corps : être assis à l'arrière d'une voiture ou ne pas avoir de vue dégagée sur l'horizon peut augmenter le risque ;
  • le bruit ;
  • la chaleur à l’intérieur du moyen de transport ;
  • la prise d’un repas lourd ;
  • les odeurs désagréables ;
  • la peur, l’anxiété, le stress ou une mauvaise aération ;
  • certains facteurs génétiques ;
  • le fait de lire ;
  • etc.

En outre, certaines personnes sont plus prédisposées que d'autres au mal des transports. Il s’agit :

  • des enfants de 2 à 12 ans : les enfants sont plus susceptibles de souffrir du mal des transports que les adultes, car leur système vestibulaire n'est pas encore complètement développé ;
  • des femmes : elles sont plus susceptibles de souffrir du mal des transports que les hommes, en particulier pendant la grossesse, la menstruation, ou celles qui utilisent des contraceptifs hormonaux ;
  • des personnes prédisposées aux migraines ;
  • des personnes qui présentent un trouble de l’oreille interne (labyrinthite) ;
  • des personnes ayant des antécédents de mal des transports : les personnes qui ont déjà eu le mal des transports sont susceptibles d'en souffrir à nouveau.
Bon à savoir : le mal des transports est rare après l’âge de 50 ans et chez les enfants de moins de 2 ans.

Un medecin est disponible maintenant

Symptômes du mal des transports

Les symptômes du mal des transports sont d’une intensité variable, selon les personnes. Les troubles ressentis peuvent être :

  • sensation d’inconfort dans le haut du ventre (gêne abdominale) ;
  • nausées ;
  • dégoût des aliments, agitation et pleurs chez le jeune enfant ;
  • pâleur ;
  • sueurs froides ;
  • hypersalivation ;
  • vomissements ;
  • accélération de la respiration ;
  • vertiges ;
  • maux de tête ;
  • fatigue.

Ces symptômes disparaissent généralement quelques minutes après la sortie du moyen de transport à l’origine du mal.

Un medecin est disponible maintenant

Prévention du mal des transports

Les personnes souffrant de mal de transport peuvent suivre quelques recommandations qui leur permettront de réduire leur susceptibilité au mal des transports avant et pendant le voyage.  

Avant le voyage

Avant de partir en voyage, les personnes sujettes au mal des transports peuvent :

  • manger léger (ne pas laisser l’estomac vide) ;
  • éviter les boissons comme le café ou le thé, privilégier l’eau ;
  • éviter les aliments gras ;
  • dormir suffisamment la veille du voyage ;
  • se rapprocher du médecin afin qu’il recommande un médicament pouvant aider à lutter contre le trouble.

Pendant le voyage

Au cours du voyage, il est préférable de :

  • regarder l’horizon (garder les yeux fixés sur un objet situé au loin) ;
  • choisir un siège là où le mouvement est le moins ressenti ;
  • maintenir la tête et le corps aussi immobiles que possible ;
  • s’asseoir dans le sens de la marche ;
  • éviter de lire ou de regarder des écrans ;
  • dormir si possible ;
  • éviter de fumer ;
  • respirer de l’air frais en ouvrant une fenêtre si possible ;
  • éviter les boissons alcoolisées.

Un medecin est disponible maintenant

Mal des transports : comment le traiter ?

Les solutions médicamenteuses

Plusieurs médicaments disponibles permettent d’éviter d’être malade dans les transports :

  • la métopimazine (Vogalib®) : elle limite les vomissements et se vend librement en pharmacie ;
  • les antihistaminiques (Mercalm ®, Nausicalm ®, Nautamine ® : ils limitent les risques de nausée, mais ne doivent pas être utilisés chez l’enfant de moins de 6 ans (en ce qui concerne notamment Mercalm ® et Nausicalm ®) ;
  • la scopolamine (Scopoderm®) : elle agit sur l’oreille interne pour éviter la transmission d’informations perturbantes au cerveau. Sous forme de patch, ce médicament ne doit pas être utilisé chez l’enfant de moins de 15 ans.

Pour qu’ils soient efficaces, les médicaments contre le mal des transports doivent être absorbés au moins une demi-heure à une heure avant le départ. Il est conseillé d’éviter de boire de l’alcool ou de conduire un véhicule après la prise.

Les patchs comme la scopolamine quant à eux doivent être appliqués derrière une oreille, sur une zone sèche, propre, et dépourvue de cheveux, 6 à 12 heures avant le départ. Le patch doit être retiré au maximum au bout de 72 heures et remplacé si besoin.

Bon à savoir : il est fortement déconseillé d’associer plusieurs traitements contre le mal des transports. Ces médicaments ont beau être efficaces, ils peuvent entrainer des effets secondaires comme une sécheresse de la bouche ou une baisse de vigilance, voire une somnolence.

Les méthodes naturelles et alternatives

Certains remèdes naturels sont connus pour leurs propriétés efficaces contre le mal des transports. Il s’agit :

  • du gingembre : ses principes actifs atténuent le mal des transports, c’est un puissant antinauséeux. Par ailleurs, le gingembre est un bon anti-inflammatoire et un antioxydant. Il est disponible en poudre, en liquide, frais, en tisane, en huile essentielle ;
  • de la menthe poivrée peut aider à soulager les nausées et les maux d'estomac. Le thé à la menthe poivrée peut être bu avant ou pendant le voyage et l’huile essentielle de menthe poivrée peut être inhalée ou appliquée sur les tempes et les poignets ;
  • de l'acupression : elle peut être utilisée pour soulager les symptômes du mal des transports. Les bracelets d'acupression appliquent une pression sur le point P6 (Nei-Kuan) situé à l'intérieur du poignet, à environ trois doigts de la base de la main. Ces bracelets sont disponibles dans les pharmacies et les magasins de produits naturels. En l'absence de bracelet, il est possible de masser le point P6 en appliquant une pression ferme avec ses doigts ;
  • de techniques de respiration qui peuvent aider à calmer le système nerveux et réduire les symptômes de mal des transports.
L’avis des experts de MédecinDirect sur le mal des transports : Le mal des transports est un phénomène physiologique qui touche fréquemment les enfants. Ses effets s’estompent généralement à l’adolescence, mais peuvent persister chez certains adultes. Que ce soit par des méthodes naturelles, des changements comportementaux ou des interventions médicales, il existe de nombreuses stratégies pour gérer cette affection et améliorer la qualité de vie des personnes concernées. Si vous souffrez fréquemment de mal des transports, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé pour obtenir des conseils personnalisés.

SOURCES :

  • Assurance maladie : le lien
  • Manuel MSD : le lien

Un medecin est disponible maintenant

Un medecin est disponible maintenant

Un medecin est disponible maintenant

Un medecin est disponible maintenant