Accueil
 Maladies • 
Appendicite : traitement et opération
Appendicite : traitement et opération
Mis à jour le 
11
.
01
.
2022
Article relu par la Direction Médicale de MédecinDirect
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Vous souhaitez l'avis d'un médecin ?
Consulter un médecin
Consultations remboursées
Ordonnances valables en pharmacie
Médecins généralistes et spécialistes

Certains traitements existent pour soigner l’appendicite, mais la plupart du temps elle nécessite une opération chirurgicale.

On utilise principalement deux techniques d’intervention chirurgicale, avant une surveillance et une convalescence obligatoire du patient.

Besoin d'un avis médical ?
Un médecin est disponible pour vous 24/7 en téléconsultation
trigger

Les traitements de l’appendicite

Même s’ils sont rarement choisis par rapport à l’intervention chirurgicale, il existe des traitements à base d’antibiotiques afin de soigner l’appendicite. C’est le cas d’appendicites non aiguës pour lesquelles une administration en intraveineuse peut être suffisante.

Même dans le choix d’un traitement médicamenteux et non chirurgical, le patient doit être soigné lors d’une hospitalisation. Ainsi, si le patient ne répond pas au traitement, il peut prendre la direction du bloc opératoire pour l’ablation de l’appendice.

En plus des antibiotiques, la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens lors d’une crise d’appendicite peut être préconisée. Tout comme des antidouleurs opioïdes en cas de douleurs abdominales fortes. En cas de nausées et/ou vomissements, on peut ajouter un traitement antiémétique.

Les traitements contre l’appendicite offrent généralement des résultats au bout de 48 heures. Néanmoins, pour bon nombre de patients, une appendicectomie intervient dans l’année qui suit.

Les risques de complications sont similaires, voire légèrement inférieurs, aux complications post-opératoires. Il faut cependant faire attention aux suites du traitement, et se rendre aux urgences en cas d’aggravation de symptômes liés à l’intestin grêle, à des troubles digestifs ou du transit.

En effet, le patient peut souffrir d’une inflammation de l’appendice, d’une appendicite aiguë ou d’une appendicite chronique. La chirurgie est à ce moment-là nécessaire. Il existe deux principales techniques de chirurgie pour traiter une appendicite.

La cœlioscopie

Cette intervention est effectuée à l’aide d’une caméra. Elle est plus moderne, et laisse encore moins de séquelles esthétiques. Le chirurgien insuffle de l’air dans l’abdomen, ce qui dégage les tissus et libère les organes.

La caméra introduite est nommée le cœlioscope. Il entre par le nombril, et est relié à un écran externe permettant au chirurgien qui opère de visualiser ses gestes. Il pratique 4 mini-incisions sur la paroi du ventre, ce qui permet le passage des instruments chirurgicaux afin de pratiquer l’ablation.

L’avantage de cette technique et de visualiser (encore mieux qu’avec une échographie) d’autres causes qu’une crise appendiculaire. Certaines douleurs peuvent en effet être similaires à d’autres maux. Notons l’exemple de soucis gynécologiques que peuvent rencontrer les femmes, comme une infection ou des kystes aux ovaires. Elle permet également de localiser de manière plus précise l’appendice quand celle-ci peut être placée de manière inhabituelle dans le corps.

Les personnes opérées restent en principe 3 à 5 jours à l’hôpital pour une surveillance post-opératoire. Les cicatrices deviennent invisibles en quelques semaines, et les complications sont rares.

Aujourd’hui, certains chirurgiens proposent une opération en chirurgie ambulatoire.

L’appendice est toujours envoyé en laboratoire pour être analysé afin de confirmer le diagnostic. Il s’agit d’éliminer d’autres causes liées aux douleurs : maladie de Crohn, tumeur…

Surveillance, convalescence et rétablissement complet

Une période de repos et de surveillance est obligatoire après l’opération, notamment en cas d’appendicite aiguë ou de péritonite.

Le patient doit faire attention à tout symptôme et veiller à :

- Prévenir son médecin en cas de vomissements, douleurs abdominales persistantes, douleurs dans le mollet, fièvre ou hématome
- Suivre le traitement antibiotique (si le médecin en a prescrit un)
- Observer le temps de repos conseillé
- Respecter la reprise de l’alimentation et des activités comme l’a conseillé le chirurgien
- Se rendre à ses consultations médicales de contrôle.

Le rétablissement est considéré comme complet après avoir suivi ces consignes et après avoir respecté un temps de repos sans école / travail ni activité physique, selon la demande du médecin en charge du dossier. Il est nécessaire de savoir que ce temps de repos est différent selon la technique opératoire utilisée, le type d’appendicite rencontrée, et les suites post-opératoires.

Si un arrêt de travail est nécessaire, il est de l’ordre d’une à quatre semaine(s) selon les cas (type d’appendicite, péritonite, technique chirurgicale, métier exercé, état de santé général du patient, éventuelles complications post-opératoires…).