Sels d’aluminium, paraben… Nos déodorants sont-ils cancérigènes ? 🌺

L’offre de déodorants qui nous est aujourd’hui proposée dans le commerce est considérable. Proposés sous forme de spray, de bille, de pulvérisateur et déclinés en mille et une senteurs, on leur confère des vertus « anti-transpirantes », « apaisantes » ou encore « anti traces jaunes ». Mais ces produits cosmétiques peuvent-ils avoir un impact néfaste sur notre santé ? Sur quoi être vigilant pour bien choisir son déodorant ?

 

Pourquoi utilisons-nous des déodorant ?

Les constituants de la sueur sont produits par les glandes sudoripares. Ces glandes, responsables du phénomène de transpiration, sont présentes sur une grande partie de la surface du corps.

 

Pourquoi la sueur sent-elle « mauvais » ?

Au niveau des aisselles, du pourtour des mamelons et des organes génitaux se trouvent un type particulier de glandes sudoripares : on les appelle les glandes apocrines. Contrairement aux autres glandes du corps, elles produisent (en plus des constituants de la sueur) des phéromones. Ces phéromones sont transformées par des bactéries présentes sur la peau, ce qui occasionne la typique « odeur de transpiration ».

 

Pour lutter contre ces odeurs, deux principaux types de produits nous sont proposés :

  • d’un côté, les déodorants : avec leurs agents antibactériens et leurs parfums, ils viennent masquer les mauvaises odeurs,
  • de l’autre, les anti-transpirants : ils vont réduire le flux de transpiration en formant une couche sur les glandes sudoripares.

⚠️ À noter que les anti-transpirants ont tendance à boucher les pores de la peau. Ils peuvent donc favoriser les infections, notamment au niveau des follicules pileux : mieux vaut donc les réserver aux grandes occasions ! Si au contact de votre déodorant ou anti-transpirant vous constatez l’apparition de problèmes cutanés, parlez-en à un médecin.

 

Que trouve t-on dans la composition de nos déodorants ?

Les déodorants industriels sont souvent constitués des mêmes composants :

  • Des agents bactéricides et antifongiques (pour détruire les bactéries qui dégradent la transpiration et sont responsables des mauvaises odeurs)
  • Des parfums (plus ou moins naturels selon les produits)
  • De l’alcool ou de l’éthanol (pour sa rapidité à sécher et pour la sensation de fraicheur qu’il procure)

De nombreux autres éléments entrent souvent en jeu dans la composition des déodorants industriels. Deux d’entre eux doivent être source de vigilance de la part des consommateurs : les sels d’aluminium et les parabens.

 

Déodorants aux sels d’aluminium = danger ?

Les sels d’aluminium sont souvent présents dans la composition de nos déodorants. Les raisons sont les suivantes :

  • Leur manipulation industrielle est aisée
  • Ils sont assez efficaces contre la sensation de transpiration
  • Ils sont – en apparence du moins – bien tolérés par la peau de la majorité des gens

Suspectés d’être cancérigènes, les sels d’aluminium ont ces dernières années été au centre de vives polémiques. Cette suspicion se fonde sur deux éléments :

  1. L’aluminium est globalement toxique pour l’organisme. Il doit par exemple être totalement banni de notre alimentation
  2. La plupart des cancers du sein se développent au niveau du quadrant supéro-externe du sein, soit au plus près de l’aisselle et de l’endroit où les déodorants sont d’ordinaire appliqués

Ces constats inquiétants ont mené à de nombreuses études cherchant à établir le lien entre présence de sels d’aluminium dans le déodorant et l’apparition de cancers (du sein notamment). Les résultats, parfois paradoxaux, ne permettent pas de mener à une conclusion certaine. Il est toutefois scientifiquement prouvé que les sels d’aluminium possèdent d’autres propriétés nocives pour l’organisme, notamment un effet irritant et allergisant.

 

👉 Optez pour des déodorants sans sels d’aluminium !

Dans le doute, mieux vaut être prudent et utiliser des déodorants ne contenant pas de sels d’aluminium. Pour cela, cherchez les mentions « sans sels d’aluminium » sur les emballages, mais jetez également un œil à la composition. En effet, de nombreuses appellations font état de leur présence : notamment aluminium chloryde, aluminium chlorohydrate, aluminium chlorydrex, aluminium chlorydrex, aluminium sesquichlorydrate ou encore aluminium zirconiu.

 

Déodorants avec présence de paraben = perturbateurs endocriniens ?

Les parabens sont des conservateurs qui possèdent des propriétés antimicrobiennes. Ils sont très utilisés dans les cosmétiques, et notamment dans les déodorants. Cependant, ils sont suspectés :

  • d’agir comme des « perturbateurs endocriniens » : autrement dit, ils pourraient perturber la production d’hormones de notre corps et produire des anomalies dans nos systèmes de régulation.
  • d’être de possibles facteurs cancérigènes.

Néanmoins – tout comme pour les sels d’aluminium – le manque d’études à fort niveau de preuve sur ce sujet fait qu’il n’est pas possible de valider ou d’infirmer ces suspicions de façon rigoureuse.

⚠️ À noter que le paraben et ses équivalents allergisants sont interdits dans les produits labellisés cosmétiques bio. La chasse aux noms se terminant par « -paraben » (souvent propylparaben, le butylparaben, le methylparaben et l’ethylparaben) dans la composition des déodorants pourra vous permettre d’éviter ces composés !

 

Les déodorants industriels peuvent contenir des produits nocifs pour notre organisme : il est donc important de veiller à leur composition ! Quelques réflexes simples sont bons à adopter : choisir un produit sans sel d’aluminium, sans paraben, labellisé bio…. Avec les tutoriels trouvables sur le net, faire son propre déodorant n’a jamais aussi été accessible : alternative écologique et économique, il est aussi la garantie d’une composition contrôlée !

 


Auteur : Mathilde SPORTOUCH | Relu par le Dr Thierry MANTEAU

Sels d’aluminium, paraben… Nos déodorants sont-ils cancérigènes ? 🌺