La gazette

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive – BPCO

QU’EST-CE QUE LA BPCO ? BPCO est l’acronyme de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

Health box

Health box

C’est une maladie du système respiratoire qui se traduit initialement par une inflammation chronique des bronches. Cette inflammation va progressivement entraîner une diminution du calibre de ces  bronches entraînant par la suite des répercussions sur le poumon. A un stade avancé de la maladie, la BPCO conduit à une insuffisance respiratoire c’est-à-dire l’impossibilité de respirer correctement. La « bronchite chronique » correspond au premier stade de BPCO. En France, il y aurait près de 3 millions de personnes souffrant de BPCO.

QUELLES SONT LES CAUSES DE BPCO ?

La première cause de BPCO est le tabac : il est responsable de 90% des BPCO. Les autres facteurs de risque de BPCO sont l’exposition professionnelle (mineurs, inhalation de poussière de textiles végétales), le déficit en alpha-1-antitrypsine (cause génétique). La pollution atmosphérique pourrait également intervenir dans le risque de BPCO.

QUELS SONT LES SIGNES DE BPCO ?

Au début de la maladie, les signes de BPCO sont la toux chronique et l’expectoration (production de crachats). Puis avec l’évolution de la maladie apparaît la dyspnée, c’est-à-dire un essoufflement anormal lors des efforts et, à un stade avancé, un essoufflement au repos.

COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC DE BPCO ?

Poser formellement le diagnostic de BPCO impose de réaliser une Exploration Fonctionnelle Respiratoire (EFR). C’est un examen qui est réalisé chez le pneumologue ou dans les centres de médecine du travail.  Il n’est ni dangereux, ni douloureux, ni invasif : il suffit de souffler dans une machine (spiromètre) qui va « mesurer le souffle » c’est-à-dire mesurer le degré d’obstruction des bronches et les volumes pulmonaires. Cet examen va pouvoir non seulement faire le diagnostic de BPCO mais également permettre d’estimer la sévérité de la maladie. Les autres examens qui pourront être réalisé sont

  • les gaz du sang artériels : c’est une prise de sang au niveau de l’artère radiale (au niveau du poignet qui permet de mesurer les taux d’oxygène et de gaz carbonique dans le sang. Plus le taux d’oxygène est bas et plus le taux de gaz carbonique est élevé et plus la BPCO est sévère.
  • La radiographie du thorax ne permet pas de faire le diagnostic de BPCO mais elle permet d’éliminer les autres pathologies associées au tabagisme comme le cancer du poumon.

Certains médecins généralistes disposent également d’un mini spiromètre portable qui permet de faire un dépistage de la BPCO. Par contre, si les valeurs sont anormales il faudra tout de même réaliser des EFR car les résultats fournis par le mini spiromètre sont incomplets et ne sont pas aussi précis que les EFR.

POURQUOI EST IL IMPORTANT DE FAIRE LE DIAGNOSTIC DE BPCO ?

La BPCO est une maladie irréversible. On ne peut qu’obtenir une stabilisation des lésions. Donc plus le diagnostic est fait tôt, plus la prise la charge précoce pourra limiter l’évolution de la maladie et permettre le maintient d’une bonne qualité de vie.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?

1. Arrêt du tabac

Le traitement préventif consiste à arrêter l’exposition au tabac afin de ne pas poursuivre l’aggravation de la maladie.

2. Traitements médicamenteux

  • les broncho-dilatateurs : ce sont des médicaments utilisés également dans l’asthme ; ils agissent en dilatant les bronches et ainsi améliore le passage de l’air. Leur effet n’est par contre pas toujours aussi efficace que dans l’asthme.
  • Les corticoïdes inhalés : ils permettent de diminuer l’inflammation localement, au niveau des bronches.
  • Les antibiotiques et les corticoïdes par voie orale (comprimé) seront utilisés en cas de « poussée » aiguë, de surinfection.

3. Autres traitements

  • la kinésithérapie respiratoire : elle permet de drainer les sécrétions contenus dans les bronches
  • L’oxygénothérapie n’est nécessaire qu’à un stade très avancé de la BPCO quand il existe une insuffisance respiratoire (la respiration ne permet plus d’oxygéner correctement le sang)
  • Les vaccinations contre la grippe et le pneumocoque sont recommandées afin de limiter les risques de complications respiratoires.

QUAND EN PARLER A MON MÉDECIN ?

Si vous toussez ou crachez régulièrement, si vous êtes essoufflé à l’effort (monter 2 étages par exemple) ou si vous avez plus de 45 ans et que vous êtes ou avait été fumeur (même si vous n’avez aucun symptôme), vous risquez de souffrir de BPCO : parlez en à votre médecin.

Pour plus d’information sur ce(s) médicament(s), nous vous recommandons de consulter le site de l’ANSM –> http://ansm.sante.fr


Auteur : Julie Rigaut

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

 

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive – BPCO