La gazette

Une tendinite, c’est quoi Docteur ?

J’ai coupé mes haies, j’ai mal à l’épaule, on me dit que j’ai une tendinite, c’est quoi docteur ?A business man holding his hands because of pain while working on a laptop.

Simplement, il s’agit de l’inflammation d’un tendon, souvent au niveau de sa jonction avec un muscle, ou proche de son insertion sur l’os. Parfois l’inflammation peut gagner la gaine du tendon, on parle alors de « ténosynovite ». Les hommes sont plus fréquemment atteints que les femmes. Tous les âges sont concernés par le risque de tendinite. Il n’y a aucun facteur héréditaire ou génétique retrouvé dans cette pathologie.

Comment peut-on attraper une tendinite ?

Il existe plusieurs causes à la tendinite :

  • Les causes dites « mécaniques » :
    • Des micro-traumatismes répétés.
    • Des efforts physique violents « a froid » ou un effort trop long et trop intense sans préparation (on dit en général à plus de 80% de la puissance maximale).
    • La conséquence d’une activité sportive (la classique « épicondylite » du tennis, ou « tennis elbow », au niveau du coude) avec une mauvaise position à l’effort.
    • La tendinite de l’épaule, surtout localisée au niveau d’un tendon appelé « le tendon sus-épineux », qui représente la lésion la plus fréquente.

Liste non exhaustive.

  • Les causes « inflammatoires » :
    • La tendinite accompagne souvent les maladies inflammatoires rhumatismales, par exemple dans la « polyarthrite rhumatoïde », où il existe une atteinte sur les tendons fléchisseurs des doigts.
    • les « spondylarthropaties », souvent au stade de tenosynovite avec atteinte de la gaine du tendon.

Liste non exhaustive.

  • Les causes « infectieuses » :
    • La tuberculose, par exemple, s’accompagne souvent de tenosynovites.
    • Dans certaines maladies sexuellement transmissibles on peut retrouver des tendinites. On citera par exemple « les gonococcies ».
    • On retrouve aussi certaines tendinites dans des affections dentaires comme une Carrie dentaire par exemple.
  • Les causes microcristallines :
    • Elles sont dues à la présence de calcifications tendineuses.
  • A noter une cause « médicamenteuse » :
    • Nous citerons surtout le cas d’une classe d’antibiotique susceptible de provoquer des tendinites, les « Fluoroquinolones ». Les atteintes sont surtout localisées au niveau du tendon d’Achille mais aussi de la rotule, ou de l’épaule. Il faut très rapidement consulter son médecin en cas de douleurs tendineuses suite à la prise de ces antibiotiques, souvent utilisées dans les infections urinaires mais aussi pulmonaires ou digestives, car il existe un réel risque de rupture du tendon. L’arrêt du traitement s’impose alors et parfois des examens radiologiques, surtout au niveau du tendon d’Achille.
  • Causes Alimentaires des Tendinites :
      • Une autre cause de tendinites se trouve dans notre alimentation. Ce que nous buvons et mangeons insuffisamment ou en excès. Les principales causes alimentaires des tendinites sont:
      • Une hydratation insuffisante. L’hydratation doit être parfaitement soignée, aussi bien avant, pendant qu’après l’effort.
      • Un taux sanguin élevé d’acide urique. L’acide urique résulte de la dégradation des purines par notre organisme. Celles-ci sont présentes plus ou moins fortement dans les aliments, à éviter ou consommer avec modération. De plus il faut savoir que l’acide urique est éliminé à 75% par les urines, d’où l’intérêt d’une bonne hydratation.

Certains aliments contiennent de l’histamine ou une substance voisine, la tyramine, qui favorise les tendinites. Elles se retrouvent dans les aliments suivants: Tomates, avocats, épinards, figues, pomme de terre, choux, chou-fleur, concombre, raisin, choucroute, saucisses, saucisson, anchois, hareng fumé, sardine, thon, conserve stérilisées, gruyère, fromages fermentés, levure, vin. Liste Non exhaustive

      • Ces aliments sont donc déconseillés. Cela ne veut pas dire qu’ils sont à supprimer définitivement, mais tout simplement à réduire, ou à éviter quand il le faut (apparition de tendinite, période d’allergie…). Ceci est aussi valable chez les sportifs et particulièrement les coureurs, lors des préparations de courses.

Enfin nous signalerons que les tendinites peuvent être causées par plusieurs des facteurs cités précédemment. Éléments déclenchants et/ou élément aggravants. Il est parfois difficile de s’y retrouver et malheureusement difficile de traiter la tendinite qui peut prendre un caractère chronique.

Existe-t-il des facteurs de risque de faire une tendinite, Docteur ?

L’activité professionnelle ou sportive peut être à l’origine d’une tendinite par les micro-traumatismes répétés. Nous pouvons aussi citer certains troubles de la forme des pieds, à l’origine de troubles de la marche et/ou de l’équilibre, qui entrainent des atteintes des tendons des muscle de la jambe. Enfin, nous signalerons que les tendinites peuvent être associées à des carrences alimentaires et à des troubles de l’hydratation.

Comment fait-on le diagnostic de tendinite ?

Il s’agit surtout d’un diagnostic clinique. Il faudra donc consulter son médecin traitant devant des douleurs répétées et gênantes lors de certains mouvements. Nous pouvons citer :

  • La douleur, signe important, souvent localisée sur le trajet d’un tendon.
  • Cette douleur apparaît lorsque l’on provoque une résistance à la réalisation du mouvement qui fait mal (par exemple pour l’épaule on demande d’écarter et de lever le bras et le médecin empêche volontairement le mouvement, ce qui réveille la douleur).
  • La douleur est localisée, soit au niveau de la jonction avec le muscle dans lequel elle irradie souvent, ou sur la zone d’insertion sur l’os et elle apparaît au palper direct et prudent de la zone.
  • Dans les ténosynovites, le médecin qui examine, recherche « une sensation de crépitation » sur le trajet du tendon lors de la mobilisation passive (on dit aussi « la sensation de marcher dans la neige »).
  • Parfois un nodule peut être retrouvé sur le tendon (par exemple dans la tendinite du tendon d’Achille).
  • L’absence de lésions articulaires de voisinage, orientant sur une cause tendineuse.

Remarque : des prises de sang ou des prélèvements bactériens seront réalisées en cas de suspicion de cause infectieuse à la tendinite.

Faut-il réaliser des examens de radiologie pour le diagnostic ?

  • La radiographie standard : elle permet de retrouver d’éventuelles calcifications sur le trajet tendineux orientant vers une tendinite microcristalline.
  • L’échographie : peut être utilisée en cas de doute sur une rupture ou pour visionner un épaississement de la gaine des tendons (par exemple pour le tendon d’Achille, si apparaissent des douleurs très vives et/ou une gêne aux mouvements, sous antibiotiques de type Fuoroquinolones pour éliminer une rupture).
  • Actuellement le Scanner et l’IRM sont deux examens d’imagerie qui permettent des études très spécialisées du tendon avec des images très précises sur les anomalies pouvant être retrouvées et le niveau d’atteinte.

Nous rappellerons que le diagnostic est avant tout clinique, avec un examen précis du patient, et que le médecin pourra faire appel à ces compléments radiologiques dans le doute d’une atteinte plus grave. Ils ne sont pas systématiques en pratique quotidienne dans le diagnostic d’une tendinite.

La tendinite peut-elle se soigner Docteur, car cela est très douloureux ?

En dehors des ténosynovites infectieuses qui peuvent nécessiter parfois des structures de soins spécialisées pour la prise en charge, le traitement est fait à domicile. Les mesures générales :

  • Mise au repos du membre ou de la zone atteinte et parfois repos complet du patient si des signes généraux ou infectieux apparaissent.
  • Glaçage de la zone douloureuse, prudente, alternée et par l’intermédiaire d’une surface de protection (chiffon par exemple, pour éviter de bruler la peau par le froid).
  • Il existe des attelles de repos qui peuvent être utiles pour aider à mettre au repos le tendon atteint, mais aussi le membre, et éviter les mouvements douloureux.
  • Stopper l’activité sportive qui met en mouvement le tendon atteint.
  • Mesures de physiothérapie (massages, ionisation, etc.) souvent réalisées par les kinésithérapeutes, toujours en essayant d’être le moins douloureux possible.
  • La mésothérapie a une efficacité variable mais peut être intéressante dans le traitement. On utilise des mélanges, habituellement l’association d’un anti inflammatoire, un vasodilatateur et un anesthésique local. Le nombre de séances est fonction des résultats.
  • Enfin d’autres méthodes médicales peuvent apporter une aide thérapeutique dans certains cas de tendinite, mais leur validation scientifique doit être faite. Nous citerons l’ostéopathie-thérapie manuelle, l’oligothérapie (le Silicium est un élément naturel qui peut être conseillé), l’acupuncture qui semble être efficace mais doit être réalisée par des praticiens formé et respectant les règles d’hygiènes et stérilisation des aiguilles, l’homéopathie où il existe de nombreux produits.

Signalons enfin, sous réserve de validation scientifique, la phytothérapie et l’utilisation des plantes riches en Silicium, et l’aromathérapie avec l’utilisation des huiles essentielles.

  • Comme nous l’avons vu l’hydratation suffisante (boire au moins 1,5 l d’eau quotidienne) ainsi qu’une alimentation équilibrée, avec en cas de poussée aigue de tendinite l’éviction de certains aliments, et un échauffement et un entrainement sportif adapté sont essentiels pour prévenir les atteintes tendineuses.

Les médicaments :

Les produits de référence restent les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces produits présentent certaines contre-indications que votre médecin connaît et ne doivent être pris que sur avis médical (nous citerons l’ulcère de l’estomac ou du duodénum en poussée, l’insuffisance rénale ou hépatique, la grossesse ainsi que l’allergie connue à ces médicaments ou à l’Aspirine, l’asthme, l’hypertension artérielle mal ou non équilibrée, liste non exhaustive). Attention à l’utilisation de ces médicaments chez le sujet de plus de 70 ans, cela nécessite alors un contrôle de la fonction rénale rapproché. Nous devons aussi citer les interactions médicamenteuses qui existent avec les anti-inflammatoires et qu’il faut prendre en compte avant toute prescription :

  • Les anticoagulants.
  • Le lithium.
  • Certains médicaments contre le diabète (sulfamides hypoglycémiants).
  • Chez la femme, la présence d’un stérilet, dont l’efficacité contraceptive est diminuée.

Liste non exhaustive.

Les infiltrations de produit à base de cortisone, si l’on est sur de l’absence de cause infectieuse, peuvent être utilisées. Dans la littérature médicale, il est signalé de ne pas dépasser trois infiltrations à 7 jours d’intervalle. Il est souvent précisé d’éviter comme produit la «Triamcinolone», qui risque de majorer le risque de calcifications et d’atrophie de la peau après infiltrations.

Pour conclure, Docteur, quelle est l’évolution et la surveillance ?

Les symptômes régressent habituellement rapidement sous un traitement approprié et avec des mesures hygiéno-diététiques adaptées (Correction d’un geste sportif mal réalisé, la correction d’un trouble statique au niveau des pieds, le port d’une prothèse adaptée, l’adaptation du lieu de travail, etc.). Malheureusement, certaines formes chroniques et rebelles au traitement médical, peuvent conduire à des traitements chirurgicaux. Certaines complications sont parfois gênantes ou graves, nous citerons surtout :

  • La rupture du tendon, parfois chirurgicale.
  • La formation d’un nodule tendineux qui peut entretenir un processus de tenosynovite.

Nous rappellerons pour conclure le rôle important d’une consultation médicale chez son médecin traitant, pour un interrogatoire et un examen clinique adapté, permettant de faire le diagnostic, parfois aidé de l’imagerie médicale surtout en cas de doute sur une atteinte plus grave. Avec un traitement rapide, l’évolution est souvent favorable et sans séquelles.


Auteur : Dr Birman Laurent-David

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

Une tendinite, c’est quoi Docteur ?