La gazette

Prostate, chirurgie et érection

Prostate, chirurgie & érection prostate

Bonjour, Je viens de subir une opération élargie de la prostate pour un petit cancer. Mes médecins m’ont prescrit un traitement contre l’impuissance à prendre 3 fois par semaine pendant plusieurs mois, mais je suis pas actuellement en couple. N’ayant pas besoin, pour l’instant, d’avoir de rapports sexuels, dois-je prendre ce type de traitement ?


Ces exemples sont inspirés de nombreuses questions réelles d’internautes, mais volontairement compilées et remaniées. Toute ressemblance avec un cas réel, ou concernant une personne connue serait purement fortuite. (Remaniées avec protection du secret médical).


Bonjour, Certaines études ont démontré qu’il est important que des érections physiologiques (notamment nocturnes) se fassent après ce type d’opération, avec l’aide de médicaments, même en dehors de toute activité sexuelle, pour « nourrir » l’organe pénien et tenter de lui permettre plus tard un fonctionnement normal avec ou sans l’aide de traitement. Les troubles de l’érection sont fréquentes après une « prostatectomie radicale », traitement chirurgical parfois proposé dans certaines formes de cancer de la prostate. Le pénis est constitué d’un corps spongieux et de 2 corps caverneux. Dans ces derniers, il existe des cellules endothéliales et des cellules musculaires lisses qui participent à l’érection. Dans la prostatectomie radicale, les nerfs érecteurs (caverneux) peuvent être lésés. Un modèle animal a montré que l’atteinte de ces nerfs provoquait une perte des cellules musculaires lisses des corps érectiles (étude A). Par ailleurs, une étude (étude B) a montré que la lésion de ces nerfs modifiait le fonctionnement des cellules endothéliales. Les érections physiologiques (notamment nocturnes) disparaissant, notamment par les mécanismes sus cités, il y a alors une ischémie (un manque d’irrigation sanguine) chronique des corps caverneux qui peut entrainer une fibrose à terme de certaines espaces des corps caverneux avec une perte définitive des érections spontanée (étude C).

Les solutions parfois proposées : L’injection 3 fois par semaine en auto injection de prostaglandine de façon précoce en post-opératoire est parfois proposée par les chirurgiens traitants (étude D) et permettrait la récupération  d’érections spontanées dans 67% des cas (contre 20% sans injections). Les médicaments par voie orale (viagra®, cialis®…) ont montré une efficacité relative en cas de conservation des 2 nerfs érecteurs (étude E). D’autres traitements sont aussi proposés, notamment le Vaccum® (études F et G) avec 92% d’efficacité sur certaines études. La lutte contre la fibrose des corps caverneux par différents traitements expliquent donc cette prise en charge. Une des complications à connaitre : le priapisme après injection intracaverneuse. Si l’érection persiste au delà d’une heure et demie, il est impératif de consulter en urgence pour éviter des séquelles sur la fonction érectile ultérieure. Bien entendu, ce sont des données issues d’études, informations qui sont amenées à évoluer. Il faut adapter ces informations au cas par cas, et chaque patient est différent (âge, physiologie, famille, demande, antécédents, traitements associés, contre-indication). Je ne peux bien sur pas  faire un diagnostic ou pronostic sur votre descriptif, mais j’espère que mon expérience de terrain vous sera utile à la compréhension de votre prise en charge. Selon les recommandations du Conseil de l’Ordre des médecins, l’information ou le conseil en ligne ne sont pas des consultations médicales et ne doivent exonérer ni le médecin ni le patient d’une véritable consultation avec une anamnèse et un examen clinique qui seuls peuvent permettre d’aboutir à un diagnostic et à une prescription. Cordialement,

Pour plus d’information sur ce(s) médicament(s), nous vous recommandons de consulter le site de l’ANSM –> http://ansm.sante.fr


Référence

A. User HM, Hairston JH, Zelner DJ, McKenna KE, McVary KT. Penile weight and cell subtype specific changes in a post-radical prostatectomy model of érectile dysfunction. J Urol 2003:169: 1175-1179.

B. Podlasek CA, Gonzalez CM, Zelner DJ, Jiang HB, McKenna KE, McVary KT. Analysis of NOS isoform changes in a post radical prostatectomy model of erectile dysfunction. Int J Impot Res 2001:13 Suppl 5: S1-15.

C. Montorsi F, Guazzoni G, Strambi LF et al. Recovery of spontaneous erectile function after nerve-sparing radical retropubic prostatectomy with and without early intracavernous injections of alprostadil: results of a prospective, randomized trial. J Urol 1997:158: 1408-1410.

D. Montorsi F, Guazzoni G, Strambi LF et al. Recovery of spontaneous erectile function after nerve-sparing radical retropubic prostatectomy with and without early intracavernous injections of alprostadil: results of a prospective, randomized trial. J Urol 1997:158: 1408-1410.

E. Zagaja GP, Mhoon DA, Aikens JE, Brendler CB. Sildenafil in the treatment of erectile dysfunction after radical prostatectomy. Urology 2000:56: 631-634.

F. Baniel J, Israilov S, Segenreich E, Livne PM. Comparative evaluation of treatments for erectile dysfunction in patients with prostate cancer after radical retropubic prostatectomy. BJU Int 2001:88: 58-62.

G. Baniel J, Israilov S, Segenreich E, Livne PM. Comparative evaluation of treatments for erectile dysfunction in patients with prostate cancer after radical retropubic prostatectomy. BJU Int 2001:88: 58-62.


Auteur : Docteur Frédéric Dussauze

Conflits d’intérêts : L’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

 

Prostate, chirurgie et érection