La gazette

La menace nucléaire venant du Japon peut elle toucher la France

La menace nucléaire venant du Japon peut elle toucher la France ? Quels sont les risques pour notre santé ?  

Depression anxieux peur nuages ciel triste

« Depuis le 12 mars, des masses d’air faiblement contaminé qui résultent des rejets des réacteurs nucléaires accidentés de la centrale de Fukushima se déplacent, tout en se diluant, dans les courants atmosphériques de l’hémisphère nord. Selon la dernière simulation réalisée par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), ce sont les Antilles françaises qui devraient être touchées en premier, à partir du 21 mars, à des niveaux de concentration extrêmement bas, puis Saint-Pierre-et-Miquelon à partir du 22 mars. La France métropolitaine devrait être touchée à partir du 23 mars ; les niveaux de concentration les plus élevés attendus seraient de l’ordre de 1000 à 10000 fois moins que ce qui avait été mesuré en France le 1er mai 1986 après l’accident de Tchernobyl.  » L’IRSN partage l’avis de l’Agence de l’Environnement des Etats-Unis, qui estime que ces concentrations seront sans conséquence sanitaire et environnementale. De plus, elles seront d’un niveau trop faible pour être détectées dans l’environnement par les 170 balises d’alerte du réseau Téléray de l’RSN (mesures consultables sur le site internet de l’institut). »(1).

Y a t il malgré tout des précautions à prendre ?

« Dans ce contexte, les autorités sanitaires rappellent qu’il n’y a pas lieu de prescrire ou de délivrer de l’iode ou des compléments alimentaires en contenant. La prise d’iode stable, à titre de précaution, avant le passage du panache est inutile et déconseillée. »(2)

Pour une information plus complète :

Je rajouterai que l’automédication à l’iode peut être dangereuse à cause des allergies ou pour les personnes déjà en hyperthyroidie on le sait, mais déconseillée également car on ne connaît pas exactement la composition du nuage radioactif. En plus de l’iode, on sait qu’il y a du césium 137, moins radioactif mais qui a une durée de vie de 30 ans (8jours pour l’iode131). Le césium a un effet sur les muscles, le foie, les reins, l’appareil reproducteur et il se fixe à la place du potassium donc fortement chez les personnes qui manquent de potassium. Une hyperthyroidie accentue le manque de potassium et peu donc rendre plus sensible au césium radioactif dans l’hypothèse où nous y serions exposés.

Quels conseils ou traitements naturels peuvent permettre  de nous préparer pour affronter cette période délicate ?

Il est possible et sans danger de prendre un traitement homéopatique par exemple (iode ou le complexe homéopathique d’Hildegarde de Bingen) ou de suivre une alimentation plus adaptée aux circonstances : riche en iode, en sels minéraux, en chélateurs et antioxydants. Certains aliments renforcent le système immunitaire et d’autre sont considérés comme « radioprotecteurs ». Les recherches sur ces sujets méritent au moins d’être connues.

Même s’il n’y a pas de risque reconnu officiellement actuellement, ce sont des précautions qui de toute façon n’ont pas d’effets nuisibles et ce seront des informations intéressantes à expérimenter au cas où une catastrophe nucléaire  se manifesterait dans le futur plus près de chez nous…(personne ne le souhaite évidemment). En tous cas ceci est mon point de vue. Les évènements concernant notre environnement  font réfléchir et il n’est pas impossible qu’elles induisent à moyen ou long terme un changement dans nos modes de vie. C’est à chacun de prendre la responsabilité de sa santé et de faire ses choix en fonction des informations reçues. Il est préférable d’en parler avec votre médecin qui connait votre état de santé, peut vous conseiller sur ce point et vous aider à discerner vos besoin de manière spécifique.

Référence

(1) et (2) : recommandations sanitaires de la DGS du 21 mars mission de l’information et de la communication, département des urgences sanitaires.


Auteur: Dr brigitte dufour

Conflits d’intérêts : L’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

La menace nucléaire venant du Japon peut elle toucher la France