La gazette

Partez en voyage avec ce petit lexique médical de créole réunionnais

Avec ce froid, vous rêvez de partir en voyage aux Antilles ? Pour préparer votre voyage, Dr Rosunee a préparé un lexique médical de créole réunionnais

La culture créole

Le créole, à la fois nom et adjectif, trouve une multitude de définitions différentes de par le monde. Il définit des personnes issues de métissage, d’anciennes colonies etc. Il représente une culture forte et on trouve de nombreuses communautés créoles vivant dans les Caraïbes, les Antilles, l’Océan Indien, ou encore en Europe et en Amérique du Nord.

La France compte parmi ses citoyens des centaines de milliers de locuteurs créolophones, aux Antilles, en Guyane, à La Réunion, et dans l’Hexagone même où il n’est pas rare d’entendre du créole haïtien, guadeloupéen ou guyanais parlés quotidiennement dans certains quartiers.

Un peu d’histoire

Nées dans les colonies ayant connu la traite négrière pratiquée par des européens, les langues créoles ont longtemps été des langues orales. Pour des raisons historiques, liées à l’esclavage, les langues créoles comportent de forts apports africains. Néanmoins, le lexique de chacune d’elles provient essentiellement de celui d’une langue européenne. C’est ainsi que l’on distingue :

  • des créoles à base lexicale française (Martiniquais, Guadeloupéen, Guyane, Haïti, Seychelles, Louisiane, Sainte-Lucie, Réunion, Île Maurice).
  • des créoles à base lexicale anglaise (Jamaïque, Îles San Andrès, Providencia et Santa Catalina, situées au large des côtes du Nicaragua et du Costa Rica).
  • des créoles à base lexicale portugaise (Cap-Vert, Brésil et Guinée-Bissau).
  • des créoles à base lexicale espagnole qui sont plus rares (Philippines, Colombie).
  • des créoles à base lexicale néerlandaise parmi lesquels on ne compte plus guère que le Papiamento des îles néerlandaises, les autres étant presque tous éteints.

Contrairement au dialecte et patois, qui ont presque disparu et ne sont parlés que par les personnes les plus âgées, le créole :

  • n’est pas une forme particulière de quelque langue que ce soit, même si chaque créole tire majoritairement son lexique d’une langue européenne ;
  • n’est pas limité à une région ;
  • est langue officielle dans différents pays ou états (en Haïti, aux Seychelles et depuis 2009 dans l’Etat de New York ;
  • est codifié et standardisé ;
  • a donné naissance à une littérature qui recouvre tous les genres ;
  • est enseigné dans certains collèges, lycées et universités.

La langue créole a ses écrivains et ses ardents défenseurs, comme le romancier martiniquais Raphaël Confiant, auteur d’un volumineux « Dictionnaire créole martiniquais-français », de plusieurs livres en langue créole et du célèbre « Eloge de la créolité » (avec Jean Bernabé et Patrick Chamoiseau, éditions Gallimard, 1989).

Petit lexique médical de créole réunionnais

Politesse

  • Doctèr : docteur
  • Comen y lé : bonjour, comment ça va
  • Lé la : ça va
  • Na retrouvé, nou ar trouv : au revoir
  • Ben : oui
  • Mi reste : j’habite à
  • Mi vé pas : je ne veux pas
  • Sa même : c’est cela
  • Nana, néna : il y a

Les questions, les adverbes de localisation et de temps

  • Akoz : pourquoi?
  • Kossassa ? : qu’est ce que c’est que ça ?
  • Quoué, quoça ? : quoi?
  • Asteur, astèr : maintenant, à ce moment là
  • A terre la : ici, à cet endroit
  • Un bon pé, un tas : beaucoup
  • Un ti guine (guineguine) : pas beaucoup, très peu
  • La semaine passée : la semaine dernière

Etat de santé

  • Lé faille, lé maf : je suis fatigué, endormi, ramolli
  • Na pu l’appétit, mi mange pi, li mange pas rien : je n’ai pas d’appétit, je ne mange plus
  • Tombe faible : avoir un malaise
  • Lu la gagn’saississement : il ou elle a eu peur, a fait un malaise
  • Li la tombe faible : il ou elle a eu un malaise

Organes et maladies

  • Mon pied d’cœur y fait mal : mon estomac fait mal
  • L’estomac y ronfle : les bronches sont encombrées
  • Le rhume sur l’estomac : vomissements séreux ayant l’aspect du rhume ou sécrétions bronchiques abondantes
  • Batt’ment de flanc : respiration particulière de la crise d’asthme
  • Mi gaingne (gagne) pu respirer : j’ai des difficultés pour respirer
  • Un l’attack : une attaque cérébrale, un infarctus du myocarde
  • Mon tête (mon coco) y fait mal : j’ai mal à la tête
  • Mon ker y fait mal = envie de vomir
  • Mal mouton : les oreillons
  • Mon zié : mes yeux
  • Ma pate, mon pate : ma jambe
  • La pissa : le pipi, les urines
  • Bonbon la fesse : suppositoire
  • Un coup d’cogne : un coup
  • Sérum : perfusion
  • Le râle l’es d’ssus : il gaspe ou il agonise

Douleur

  • Doulèr a terre la : douleur ici, à cet endroit
  • Y fait mal : ça me fait mal
  • I brile : ça brule
  • Largue à moin : lâche moi, ne me touche pas
  • Dèf à li : détache ça, enlève ça
  • Tire ça : enlève ça
  • Coupe pas moin – mi vé pas i coupe à moin : je ne veux pas de chirurgie

Source : www.chu-reunion.fr/IMG/pdf/LivretAccueilInternes2012.pdf

Quelques proverbes de Martinique et Caraïbe

Anba latè pani plézi – proverbe créole de la Martinique.

  • Traduction : « Sous terre il n’y a pas de plaisir ».
  • Moralité : Il faut profiter de notre séjour terrestre.

Bon bonjou montré chimen proverbe créole d’Haïti

  • Traduction : « Un bonjour vous ouvre le chemin ».
  • Moralité : On gagne toujours à être aimable.

Lanmou pa konet pantalon piéséproverbe créole de la Guadeloupe

  • Traduction : « L’Amour ne connaît pas de pantalon rapiécé ».
  • Moralité : L’Amour est aveugle.

Tout tanbou pani bon sonproverbe créole de Martinique

  • Traduction : « Tous les tambours ne donnent pas un bon son ».
  • Moralité : Apparence n’est pas gage de qualité.

Mako paka chô proverbe créole de la Guadeloupe.

  • Traduction : « Celui qui passe son temps à épier les autres ne transpire pas ».
  • Moralité : Espionner les autres ne fatigue pas.

Tout tan ou ni lajan ou ni zoutiproverbe créole de Martinique.

  • Traduction : « Tant qu’on a de l’argent on a des outils ».
  • Moralité : L’argent donne du pouvoir.

Quelques sirandanes mauriciennes

La sirandane est une forme de devinette en langue créole pratiquée à l’Île Maurice, ainsi que dans certaines îles voisines) :

  • Moulin marché quatre fois par zour ? La bouche.
  • Ki kitsoz kan to bizin li to zet li ek kan to pa bizin li to ramasse li ? L’ancre bateau.
  • La peau mort condire vivant ? Souliers.
  • Mem si li ena quatre lapattes li napa kapav marser ? La table.
  • Kan gran mama noir santé, tou so piti blan dansé ? Marmit duri lao difé. Quand la grand-mêre noire chante, tous ces petits-enfants blancs dansent ? La marmite de riz sur le feu.
  • Mo dibouté, li alonze ; mo alonze, li dibouté ? lipye dimoune. Je suis debout, il s’allonge ; je m’allonge, il se met debout ? Le pied.

Pour aller plus loin, les associations qui œuvrent pour la défense du créole :

  • Association BANNZIL KREYOL
  • Association Dikté Kréyol
  • APLCR (Association des Professeurs de Langues et de Cultures Régionales) qui regroupe les professeurs de créole de la Martinique. Adresse mail : assoc.prof.kreyol@orange.fr
  • AIMC (Association pour l’Information dans le Monde Créole)
  • KEPKAA (Komité Entènasyonal pou pwomosion kréyol ak alfabétizasyon : Comité International pour la Promotion du Créole et l’Alphabétisation). Kepkaa organise notamment le mois du créole.
  • IOCP (Organisation Internationale des Peuples Créoles)

Pour en savoir plus :


Auteur : Dr Rosunee
Conflits d’intérêts : L’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

Partez en voyage avec ce petit lexique médical de créole réunionnais