La gazette

Les réactions allergiques à l’effort d’origine alimentaire

Je ne comprends pas : je n’ai pas d’allergie alimentaire normalement, mais hier, j’ai fait mon footing un peu après avoir mangé une pizza, et là, urticaire grave! Cela m’inquiète, je voudrais savoir à quoi je suis allergique ? couple sport course

Rappel sur la réaction allergique

Une réaction allergique met en contact une substance, appelée allergène, qui va être reconnue comme étrangère par l’organisme, et certains de nos globules blancs:les éosinophiles, faisant partie des polynucléaires qui nous défendent, et les mastocytes. Ils vont se mettre à sécréter activement des molécules telles l’histamine, générant à ces fortes concentrations les effets indésirables de l’allergie, alors qu’elles sont utiles à doses moindres. Les mécanismes de ces réactions indésirables : Stimulation directe de certaines fibres nerveuses cutanées et muqueuses, entrainant ces démangeaisons très désagréables. Et aussi, parfois le plus problématique, une  vasodilatation intense, allant dans les formes graves jusqu’à provoquer les chutes de tension du choc anaphylactique, que l’on traite avec l’adrénaline. Cette vasodilation s’associe à une augmentation de la perméabilité des vaisseaux, génératrice d’oedème, d’abord cutané, que l’on retrouve dans l’urticaire, mais aussi sous-cutané et muqueux, dans l’oedème de Quincke, qui est aussi une urgence s’il touche la gorge, entravant la filière respiratoire. A l’opposé, les muscles lisses des parois bronchiques et intestinales vont se spasmer, générant de l’asthme et des crampes abdominales.

Pourquoi une allergie après l’effort ?

Quand vous pratiquez un effort soutenu, vous générez une vasodilatation générale, et pas seulement dans les muscles; cela va accélérer la pénétration de certaines molécules à travers la muqueuses digestive (attention, c’est indépendant de la digestion, qui elle, est gênée par l’exercice intensif, la circulation sanguine étant dérivée préférentiellement vers les muscles en action). Cette pénétration massive peut être celle d’allergènes, qui ne vous poseraient pas de problèmes en cas d’apport limité ou étalé dans le temps, mais aussi celle de facteurs stimulant de manière indirecte la sécrétion d’histamine (certains aliments sont particulièrement histamino-libérateurs), voire l’apport direct d’histamine. Le bilan allergologique permettra de savoir si ce n’est qu’un concours de circonstances, ou une vraie allergie débutante, car nombre d’aliments peuvent être selon les cas de vrais allergènes, ou histaminolibérateurs, ou seulement riches en histamine.

Les aliments histamino-libérateurs : Contrairement à l’allergie vraie, possible avec une infime quantité, là, les réactions vont être favorisées par l’importance des apports. Quelques fraises, quelques crevettes, pas de problèmes, mais si vous dévorez le plat, l’urticaire géant vous guette…sont concernés :

  • Fruits : fraise, ananas, banane, papaye et autres fruits exotiques
  • Légumineuses : pois, soja, lentilles, fèves, arachides
  • Autres végétaux : tomate, chou, cannelle
  • Poissons et crustacés divers, coquillages frais
  • Les oeufs
  • Alcool, café, chocolat
  • Le porc (n’est pas dans toutes les listes..)
  • Les aliments riches en tyramine : certains fromages à pâte pressée ou fermentée particulièrement.
  • E 102 ou tartrazine, colorant jaune

Les aliments riches en histamine et/ou en tyramine : on retrouve encore

  • le chocolat, le vin blanc, certains fromages
  • Roquefort, gruyère (qui n’a jamais eu de démangeaisons sur les lèvres en abusant du gruyère?),
  • brie; le porc.
  • Les poissons marinés comme le hareng ou en conserve comme le thon, sardines, les oeufs de poisson , crustacés.
  • Levure de bière, boissons dérivées fermentées
  • Les gibiers faisandés, les charcuteries, saucisses

En conclusion : En pratique, il était de toute façon déconseillé de pratiquer un sport intensif dans la période digestive, car il y a un phénomène de « vol » relatif de la vascularisation au détriment des viscères pour favoriser les muscles. Vous avez maintenant une deuxième raison d’éviter cela, pour ne pas avoir la mauvaise surprise d’un malaise ou d’un urticaire géant en plein footing….


Auteur : Dr Cazivassilio

Conflits d’intérêts : l’auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données diffusées dans cette interview ou publiées dans la référence citée. Cet article est issu d’une expérience de terrain, il existe d’autres produits, et d’autres protocoles de prise en charge.

Les réactions allergiques à l’effort d’origine alimentaire