Traumatologie

Bien se préparer pour pratiquer l’ultra-trail : parlons de l’entraînement invisible

Ça y est, vous avez déjà connu le marathon et vous vous lancez dans l’ultra-trail. En effet, vous êtes amoureux de la nature ? Il est donc naturel que vous vous tourniez vers la montagne, la forêt ou bien la découverte du désert pour réaliser vos prochaines épreuves.

Image par Mary Bernsen

Mais alors, comment préparer son organisme à ce type d’épreuve, qui dépasse largement la distance parcourue lors d’un marathon, pouvant aller de 50 km à plus de 200 km ?

Le Dr Jean-Christophe Auffret est médecin de sport à Rouen. Après quelques années à assurer le suivi d’équipes et de centres de formation de clubs professionnels, il s’occupe maintenant des sportifs de « 7 à 77 ans », de tout niveau et de toute spécialité. Il a récemment intégré l’équipe médicale de MédecinDirect. Désormais, sur www.medecindirect.fr, vous pouvez lui envoyer vos questions concernant la traumatologie, la nutrition, l’optimisation de la performance ou du bien- être par le sport, mais aussi l’interroger sur l’intérêt de pratiquer une activité physique adaptée entrant dans le cadre du traitement d’une maladie grave ou d’un trouble métabolique.

Le Dr Auffret est intervenu dernièrement au Congrès du Sport et de l’Activité Physique des Hauts- de-France. Lors de sa présentation (consultez l’intégralité de la présentation en cliquant sur ce lien), il a abordé l’intérêt d’une préparation spécifique, indispensable à la pratique de l’ultra-trail. À cet effet, il nous y explique le concept de « l’entraînement invisible », faisant un parallèle avec la gestion efficiente de cette préparation dans une écurie de Formule 1.

Bien se préparer pour pratiquer l’ultra-trail : parlons de l’entraînement invisible
Continuer la lecture

points de sutures, comment surveiller la plaie Docteur ?

A quoi sert une suture de la peau Docteur ?

Red question mark puzzle

La suture faisant suite à une blessure, une chirurgie, peut concerner des patients de tout âge. La suture permet de réunir les berges d’une plaie au moyen de fils de suture ou d’agrafes. Ceux-ci sont retirés selon un délai défini par les médecins, ou ils peuvent se résorber tout seul.

La cicatrisation de la plaie est-elle variable ?

Elle est plus ou moins longue selon la localisation de la plaie et sa profondeur. Ainsi, le délai nécessaire avant le retrait du matériel de suture varie d’une plaie à l’autre. La vitesse  de cicatrisation peut également varier d’un patient à l’autre. Certains traitements tels que la cortisone ralentissent le processus. De même, un patient atteint d’un diabète ou dénutri pourra voir sa plaie cicatriser plus tardivement.

points de sutures, comment surveiller la plaie Docteur ?
Continuer la lecture

On m’a posé un plâtre, quels conseils me donnez-vous, Docteur ?

On m’a posé un plâtre, quels conseils me donnez-vous, Docteur ? A quoi sert un plâtre, Docteur ?jambe cassée platre bequilles chute hopital

Le but d’un plâtre est d’immobiliser une région du corps qui a subi un traumatisme, dans une position stable, confortable et fonctionnelle, jusqu’à la guérison des lésions. Un plâtre ne vous sera jamais appliqué à même la peau (risques de brûlures). Habituellement il est appliqué d’abord une ou plusieurs couches d’un élément protecteur de type cotonneux, puis un tissu pour éviter le contact direct à la peau (on appelle cela un « jersey »). Un plâtre doit être moulé sur la zone anatomique où il est appliqué de manière à prévenir tout mobilité à l’intérieur du plâtre. Lorsque il existe un œdème important de la zone traumatisée, le médecin ne vous fera pas tout le temps un plâtre totalement fermé, ceci pour éviter les phénomènes de compression qui peuvent être parfois graves (« Syndrome de Wolkmann »), et il réalisera, soit une attelle plâtrée ouverte (« attelle plâtrée postérieure »), soit au niveau de l’œdème une fenêtre dans le plâtre, parfois de grande taille, pour permettre une surveillance. Ces fenêtres plâtrées sont aussi réalisées en cas de plaies associées ou des suite de chirurgie, pour permettre la réalisation des pansements, ou la surveillance des cicatrices et la prévention des risques d’infection.

On m’a posé un plâtre, quels conseils me donnez-vous, Docteur ?
Continuer la lecture