Toxicologie

Les comprimés d’iode

Bonjour. Dans le cadre d’un accident nucléaire, pourquoi des comprimés d’iode ? Quel intérêt ? Bonjour, Les comprimés d’iode stable sont utilisés dans la prévention de certains effets secoUrgence TELEPHONE SAMUndaires de l’iode radioactif.

Ces comprimés d’iode ne sont pas 100% efficaces, peuvent avoir des effets secondaires, et sont à prendre à des moments précis autour de l’exposition du produit radioactif. Dans le cadre de certaines catastrophes nucléaires ou d’expositions accidentelles, de l’iode radio actif peut être rejeté. Si cet iode est respiré et /ou ingéré, il peut se fixer ensuite sur la glande thyroïde, et provoquer potentiellement, à distance de l’évènement « contaminant », un cancer de la thyroïde. En ingérant des comprimés d’iode, on sature la glande thyroïde et on empêche (ou on diminue) ainsi la fixation de l’iode radioactif qui est alors éliminé par les urines. Mais le comprimé doit être ingéré juste avant ou dans les heures qui suivent l’exposition et ont une efficacité de courte durée. Le prendre trop tôt est inutile et regrettable. Cette prévention est importante surtout pour les femmes enceintes et les enfants, plus sensibles aux effets de ces radiations.

Les comprimés d’iode
Continuer la lecture

La chicha : une porte d’entrée dans le tabagisme !

La chicha : une porte d’entrée dans le tabagisme !Arrêter de fumer

« Chicha », « narguilé », « pipe à eau »…pour beaucoup, ces termes évoquent davantage la convivialité, d’agréables soirées dans les cafés orientaux qu’un tabagisme probablement aussi à risque que celui induit par la consommation de cigarettes.

  • Les particules toxiques sont filtrées par l’eau.
  • Le tabac à fumer avec la chicha ne contient presque pas de nicotine.
  • Je ne fume pas, la chicha ça ne compte pas !

Autant d’idées fausses qui masquent la dangerosité de cette pratique, dénoncée par l’OMS.

Pourtant quelques chiffres parlent d’eux même

  • Un fumeur de cigarettes prend des bouffées de 40 ml en moyenne, à raison de 15 bouffées par cigarette
  • Tandis qu’un fumeur de chicha prend des bouffées d’environ 1000 ml et 40 bouffées pour une dose de tabac.
    Le calcul est simple, alors que pour une cigarette le volume de fumée est d’environ 600 ml, pour une dose de tabac à chicha le volume est de 40 litres !
La chicha : une porte d’entrée dans le tabagisme !
Continuer la lecture

Les nouvelles drogues

Les nouvelles droguesMEDICAMENT

Les raves : pour que le rêve ne tourne pas au cauchemar. Information pour alerter les proches d’une possible prise de toxiques ou drogues : depuis que l’être humain existe, il a toujours cherché à exploiter les effets de certaines substances dites « psychoactives »: c’était d’abord pour oublier la peur, la douleur, la fatigue, pour les primitifs; puis, au fur et à mesure que l’on a su partager les connaissances (et méconnaissances), le désir de se déconnecter de la réalité ou d’augmenter ses sensations, et l’ignorance du danger des produits utilisés, a poussé de plus en plus de personnes à tester diverses molécules lors de soirées ou en solitaire. Une grande particularité de  ces substances, est de provoquer une addiction (dépendance physique et/ou psychique) qui est très difficile à traiter; s’y ajoute des effets physiques qui peuvent mettre d’un coup la vie en danger, et c’est particulièrement le cas, depuis quelques années, de certains produits détournés de leur emploi normal, utilisés uniquement pour s »éclater » par des personnes qui ont un comportement social banal par ailleurs.

Les nouvelles drogues
Continuer la lecture

Comprendre la dépendance au tabac

Comprendre la dépendance au tabacArrêter de fumer

La cigarette, j’arrête quand je veux !

Vous avez décidé d’arrêter de fumer, et vous estimez qu’il ne s’agit que d’une affaire entre entre vous et votre volonté. Vous avez jeté vos briquets, n’avez pas racheté de cigarettes, et vous serrez les dents quand l’envie de fumer « monte », en attendant que ça passe. Pourquoi pas, mais il existe des démarches plus efficaces (lire : quelques pistes de réflexion pour arrêter de fumer) Les tabacologues ont aujourd’hui tendance à considérer le tabagisme comme une dépendance comportementale. Arrêter de fumer ne consiste pas à simplement suspendre un geste, mais bien à changer un comportement ! Il s’agit donc d’une démarche active que vous pouvez préparer en comprenant certaines notions.

La dépendance physique

La dépendance physique est due à l’ensemble des sensations négatives et désagréables (cet ensemble constitue le syndrome de manque) qu’entraine le fait de ne pas fumer. C’est un renforcement « négatif » de la dépendance comportementale car c’est pour éviter un désagrément que la personne est amenée à fumer. Ainsi le sevrage peut s’accompagner d’une irritabilité, d’une baisse de moral, d’une augmentation de l’anxiété, de troubles du sommeil…

Comprendre la dépendance au tabac
Continuer la lecture

Tabac et dépendance physique

Tabac et dépendance physiqueArrêter de fumer

Le sevrage tabagique sur la dépendance physique

Alors que d’énormes progrès ont été faits en tabacologie, les mécanismes de la dépendance au tabac ne sont pas encore bien élucidés. Le rôle de la nicotine est néanmoins certain.

Lorsqu’une personne fume une cigarette, la nicotine présente dans la fumée inhalée va rapidement se fixer sur certains récepteurs cérébraux (dits nicotiniques) et après plusieurs réactions en chaine, elle va ouvrir des circuits fonctionnant avec une autre substance, la dopamine. Ces circuits sont ceux de « la récompense » et déclenchent une sensation de satisfaction et de plaisir. Lorsqu’un fumeur s’abstient de fumer, ces récepteurs, non stimulés, envoient un message de manque par le biais des symptômes de la dépendance physique.

Tabac et dépendance physique
Continuer la lecture