Rhumatologie

Histoire de faire de vieux os

Histoire de faire de vieux os RADIO

La plupart d’entre nous atteindront largement l’âge de 65 ans, et c’est heureux. Seulement voila…chez les plus de 65 ans, la chute constitue très souvent une cause de mortalité immédiate ou à court terme, à une entrée dans la dépendance. Ce sont ainsi près de 8.000 personnes de plus de 65 ans qui décèdent chaque année en France suite à une chute. Et si une chute ne provoque pas forcement le décès immédiat, elle peut engendrer de sérieuses complications dont, soulignons le encore une fois, l’entrée dans la dépendance. La fracture de la hanche est (trop) fréquemment incriminée dans les causes de complication de la chute. Sources ministérielles sur les accidents mortels : « Le taux de mortalité, bas entre 5 et 14 ans, culmine au-delà de 75 ans : 122 pour 100.000, et même 584 pour 100.000 après 85 ans. Les deux-tiers des décès (12.069) sont survenus chez des personnes âgées de 75 ans ou plus. Les blessures provoquées par les accidents mortels sont principalement situées au niveau de la hanche (24%) et de la tête (21%). Dans 1 cas sur 2, il s’agit d’une fracture, et dans 1 cas sur 4, d’une atteinte des organes internes. La cause la plus fréquente des accidents est la chute (60% des causes connues de décès par Accident Vasculaire Cérébral) ». Or, l’ostéoporose est souvent montrée du doigt dans ce type de fracture.

Quels conseils simples peut-on donner pour éviter pareil destin ?

Histoire de faire de vieux os
Continuer la lecture

J’ai un lumbago…

J’ai un lumbago…femme mal au dos

…depuis 8 jours et je souffre. Comment me soulager ? Merci, je voudrais reprendre mon travail. Cela  peut durer combien de temps ?


Ces exemples sont inspirés de nombreuses questions réelles d’internautes, mais volontairement compilées et remaniées. Toute ressemblance avec un cas réel, ou concernant une personne connue serait purement fortuite. (Remaniées avec protection du secret médical)


Réponse du doc de MédecinDirect : D’une façon générale dans le quotidien du médecin, il y a souvent des prescriptions d anti-inflammatoires, de décontractants musculaires, d’antidouleurs (paracétamol associé ou non à du dextropropoxyphene) et un repos relatif et parfois une ceinture lombaire… traitements pour lesquels il est verifié qu’ il y a pas de contre indication. La lutte contre la douleur est important pour rompre le cercle vicieux de la contracture musculaire réflexe elle même source de douleur. Par ailleurs, l’examen du patient permet de vérifier qu’ il s’agit bien d’un lumbago et non pas de pathologies des voies urinaires, rénales, zona ou autre (liste on exhaustive) et les antécédents du patient et les signes d’accompagnements éventuels sciatiques, signes neurologiques sensitifs moteurs ou sphinctériens associés et je recherche à l’interrogatoire et l’examen les causes éventuelles de ces lombalgies. Classiquement ces lumbagos se calment le plus souvent en une semaine. On discute par ailleurs du fond, faut il prévoir de la kiné ? des examens pour rechercher la cause de ce lumbago et comment faire pour éviter les récidives?

J’ai un lumbago…
Continuer la lecture