Infectiologie

Le virus Zika : des craintes fondées ? Comment se protéger ?

L’épidémie du virus Zika se propage. Un lien de causalité serait probable avec des microcéphalies fœtales et néonatales, ainsi qu’avec le syndrome de Guillain-Barré. Qu’est-ce virus ?

Le virus Zika, connu depuis des années, est transmis par le moustique du genre Aedes ou plus simplement le moustique tigre, de l’homme à l’homme. Après une incubation de quelques jours, l’infection peut se manifester ou passer inaperçue dans la plupart des cas (70 à 80 %). Les signes n’étant pas spécifiques : syndrome grippal et éruption cutanée, d’autres diagnostics peuvent être évoqués à tort.

Il n’y a ni traitement, ni vaccin, seul le traitement symptomatique est prodigué

La moustique aedes albopictus virus Zika

Ce virus est sous surveillance depuis 2013 après une épidémie ayant sévi en Polynésie française. Plusieurs cas de syndrome de Guillain-Barré ou d’autres complications neurologiques auto-immunes ont été rapportés.

Nous avons la preuve, aujourd’hui, de la transmission mère-enfant via probablement le placenta et au cours de l’accouchement, mais rien n’est démontré pour l’allaitement. Dans les pays où l’épidémie sévit, un nombre anormalement élevé d’anomalies sont constatées : des

cas de microcéphalie (taille trop petite de la boite crânienne) et de malformation du système nerveux des fœtus avec toutes les conséquences que cela entraîne sur le développement mental et cérébral. Le Dr Chan, directrice générale de l’OMS a ainsi déclaré « que le lien de cause à effet entre l’infection par le virus Zika durant la grossesse et la microcéphalie n’avait pas encore été établi » mais les éléments actuellement disponibles sont « très inquiétants ».

Selon l’InVS (l’Institut de veille sanitaire), 20 pays sont concernés : l’Amérique du sud, l’Amérique centrale, la Guyane et les Caraïbes.

Le virus Zika : des craintes fondées ? Comment se protéger ?
Continuer la lecture

Conseils sur l’épidémie de la gastro-entérite

L’hiver arrive, la gastro-entérite s’installe !

CaniculeLe réseau de surveillance Sentinelles-Inserm l’a annoncé : le taux de nouveaux cas de diarrhées aigües a dépassé le seuil épidémique des 207 cas pour 100 000 habitants.

La gastro-entérite virale est une infection habituellement bénigne qui guérit habituellement en 2 à 4 jours mais qui peut présenter des dangers pour les personnes les plus fragiles, en particulier les nourrissons et les personnes dépendantes.

Le traitement de la gastro-entérite repose essentiellement sur l’hydratation : solutés de réhydratation orale pour les nourrissons et enfants de moins de 5 ans, tisanes sucrées, bouillons salés pour les plus grands car en cas de diarrhées ou de vomissements importants, l’eau pure ne suffit pas (elle n’apporte pas suffisamment de sel et de sucre pour compenser les pertes).

Les traitements symptomatiques reposent sur les antiémétiques (médicaments contre les vomissements) et les anti-diarrhéiques qui permettent de réduire les symptômes (demandez conseil à votre pharmacien).

Durant les premiers jours, une alimentation légère est conseillée, pauvre en fibre : riz blanc, carottes ou pommes de terre bien cuites, compotes de pomme ou de coing, viande ou poisson grillé ou cuit à l’eau, biscottes ou pain grillé.

Conseils sur l’épidémie de la gastro-entérite
Continuer la lecture

Grippe aviaire en Dordogne : faut-il s’inquiéter ?

Le ministère de l’agriculture a confirmé la semaine dernière un foyer de grippe aviaire déclaré en Dordogne. Des mesures d’urgences ont été mises en place tout de suite et un plan national est en cours pour ce premier cas de grippe aviaire H5N1 détecté en France depuis 2007.

La grippe aviaire, de quoi s’agit-il ?

Dordogne-grippe-aviaireComme son nom l’indique (avis = oiseau en latin), la grippe aviaire touche les oiseaux. Chez les oiseaux sauvages, elle est le plus souvent asymptomatique : les oiseaux portent le virus sans être malades. Mais ils peuvent le transmettre aux autres oiseaux, dont les oiseaux d’élevage (poules, canards etc), chez qui la maladie peut être mortelle : c’est ce qui s’est passé en Dordogne (à Biras, près de Périgueux), où l’on soupçonne que des canards sauvages ont contaminé les poules d’un éleveur.

On connaît plusieurs virus responsables de grippe aviaire, les plus surveillés en ce moment sont le virus H7N9 et le virus H5N1. C’est une souche de ce dernier qui a été trouvée en Dordogne.

Pourquoi la grippe aviaire fait peur ?

Au début novembre deux foyers de grippe aviaire H5N1 ont frappé des milliers de canards à Siem Reap au Cambodge et depuis début 2015 au Nigéria, des milliers de volailles ont été touchées par ce virus, sans que l’on déplore de cas humain.

Grippe aviaire en Dordogne : faut-il s’inquiéter ?
Continuer la lecture

Le moustique tigre : parmi les 10 espèces les plus invasives du monde

Aedes moustiqueLe moustique tigre : parmi les 10 espèces les plus invasives du monde

Le moustique tigre (Aedes Albopictus), vecteur potentiel de maladies graves comme la dengue ou le chikungunya continue son extension en France et sa colonisation est de plus en plus rapide. Vigilance Moustique vient de publier la carte 2015 des zones placées sous surveillance :

  • 20 départements sont en vigilance rouge (zones ou le moustique est implanté et actif et où cette espèce à la capacité de s’adapter aux conditions hivernales et peut assez rapidement réapparaitre chaque année.)
  • 21 départements en vigilance orange (zones ou le moustique a été intercepté ponctuellement). Ainsi Paris, le Val-de Marne et la seine Saint Denis sont passés sous vigilance orange.
Le moustique tigre : parmi les 10 espèces les plus invasives du monde
Continuer la lecture

Actualités santé décembre 2014 – Parkinson / Peste

rat souris labo laboratoireDes résultats prometteurs dans certaines maladies neurologiques dont la maladie de Parkinson

Une équipe de l’INSERM, en étudiant les effets de Bornavirus chez des animaux à sang chaud, a mis en évidence l’existence d’une  production de protéine X par ce virus. Des fragments de cette protéine ont été administrés à des souris souffrant d’une forme de Parkinson. Une réduction de 40 à 50%, de la dégénérescence parkinsonienne a alors été observée sur quelques jours chez ces rongeurs. Encore trop tôt pour dire si cela peut être transposé sur l’être humain, mais des pistes indéniablement encourageantes.

Actualités santé décembre 2014 – Parkinson / Peste
Continuer la lecture