Allergologie

Pic de pollution dans ma ville : que faire pour protéger ma santé ?

Certains périodes de l’année (telles que l’hiver et l’été) sont propices à l’apparition de pics (ou épisodes) de pollution sur le territoire français. Devons-nous continuer à aérer nos intérieurs ? Pouvons-nous pratiquer nos sports favoris ? MédecinDirect fait le point sur les choses à faire et ne pas faire pour préserver sa santé lors de ces épisodes.

 

Pic de pollution dans ma ville : que faire pour protéger ma santé ?
Continuer la lecture

Allergie saisonnière : pourquoi moi ? Comment s’en débarrasser ?

Nez qui coule, yeux qui grattent, quintes de toux, éternuements ? L’épidémie grippale hivernale est belle et bien terminée et vous voilà à nouveau pris par ces symptômes désagréables. Le printemps et les beaux jours qui pointent le bout de leur nez, c’est aussi la saison des allergies qui recommence… On estime à environ 20-25% la proportion de personnes touchées par l’allergie saisonnière en France. Ce chiffre a doublé en 15 ans et continue d’augmenter, notamment à cause des changements climatiques et d’une exposition croissante aux polluants atmosphériques. Sauf exception, cette maladie n’est absolument pas grave et il existe des solutions pour diminuer ces symptômes particulièrement désagréables.

Allergie saisonnière : pourquoi moi ? Comment s’en débarrasser ?
Continuer la lecture

Semaine à haut risque pour les allergiques aux pollens

Pendant cette semaine mondiale de l’allergie, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) prévient que le risque allergique est très élevé dans certaines régions de France, incluant la région Rhône-Alpes et le Nord de la France, ainsi que la région parisienne.

Pollens
En moyenne, 30 % de la population française serait concernée par la rhinite allergique saisonnière ou le rhume des foins. « Le risque va devenir élevé, voire très élevé dès le week-end et plus particulièrement dimanche (NDLR 17/04/2016), en raison du beau temps prévu » indique Charlotte Sindt, la directrice du RNSA. Le soleil, une température douce et du vent favorisent l’émission et la dispersion du pollen dans l’air. Les pollens peuvent devenir plus allergisants sous l’effet de polluants atmosphériques (dioxyde d’azote, diesel, ozone).

Dans le sud de la France, la saison des pollens d’arbres allergisants est en revanche déjà bien entamée : les pollens de platane, de frêne et de chêne sont en train de prendre le relais des pollens de cyprès. L’alerte rouge est placée dans plusieurs départements du Nord et du Nord-Est face à la montée de l’allergie aux pollens de bouleau (bétulacée au fort potentiel allergisant). Dans ces zones, des patients présentant une pollinose au bouleau sont sensibilisés également aux pollens d’aulne, de noisetier, de charme et de chêne. Des réactions croisées peuvent être observées avec les rosacées (pomme, poire, fraise,…), les ombellifères (céleri, carotte, persil…), les solanacées (tomate, poivron, pomme de terre,…).

Semaine à haut risque pour les allergiques aux pollens
Continuer la lecture

Les pollens de graminées présentent cette semaine un risque allergique

100940433Les pollens de graminées présentent cette semaine un risque allergique maximal sur la quasi totalité du territoire selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique

Mais ce ne sont pas les seuls, alors protégez vous et demandez conseil à votre médecin sur la conduite à tenir si les premiers symptômes évocateurs apparaissent (éternuement, larmoiement, toux).
MédecinDirect, la confiance médicale.

Pour plus d’informations : http://www.pollens.fr/docs/vigilance.html

Les pollens de graminées présentent cette semaine un risque allergique
Continuer la lecture

Mon enfant est toujours malade 👶

Mis à jour en mars 2020

« Bonjour Docteur, je viens d’aller consulter mon médecin traitant pour mon fils de 5 ans qui contracte des rhino-pharyngites à répétition, je souhaitais obtenir des conseils afin de les soigner efficacement, et à l’avenir les prévenir. Il m’a évoqué plusieurs hypothèses : carence en fer, donc prescription d’une prise de sang, allergie, reflux gastrique, environnement à risque… Mais j’étais aussi accompagnée de mon bébé de 9 mois qui pleurait sans arrêt, alors je n’ai pas tout entendu. Mon médecin avait déjà passé beaucoup de temps avec nous, dans la précipitation, je n’ai pas pensé à lui demander de m’expliquer plus en détails son diagnostic… Je dois de toute façon le revoir pour les résultats de la prise de sang, mais en attendant, pourriez vous m’éclairer ? »

Mon enfant est toujours malade 👶
Continuer la lecture