La gazette

ENQUÊTE | Les usages de la télémédecine en période de crise sanitaire

L’association des Entreprises de Télémédecine (LET) rassemble les principaux acteurs français de la télémédecine. Comme beaucoup d’acteurs de santé, sa quarantaine de membres a vécu la crise sanitaire du COVID-19 au coeur de la tempête. Le confinement de 55 jours imposé par le gouvernement français à partir 12 mars mêlé que la crainte globale de la contamination ont poussé un public large et non-initié à découvrir la télémédecine. L’association LET a mené, tout au long de cette crise sanitaire mondiale, une étude quant aux usages de la télémédecine. Quels sont-ils ? Comment les français ont-ils accueilli cette nouvelle façon de soigner ?

 

L’essentiel de cette étude

🚑 Les plateformes de télémédecine ont permis d’éviter 20 % de recours aux urgences

🏡 30 % des téléconsultations réalisées pendant le confinement étaient hors parcours de soins

🌙 40 % des téléconsultations réalisées pendant le confinement étaient pendant la permanence de soins (soirs, les week-ends)

👌 Près de 80 % des patients affirment que leur motif de consultation a été résolu grâce à la télémédecine

📈 Les acteurs du LET ont vu leur nombre de téléconsultations augmenter de 10 à 15 fois pendant le confinement

 

La télémédecine, un complément à l’offre de soins traditionnels

La situation sanitaire semble progressivement se rétablir dans l’hexagone. Néanmoins, une seconde vague est redoutée et peut se développer dans un futur proche. Pourtant, les entreprises de télémédecine estiment que les besoins patients situés en zones médicales sous denses ne sont pas résolus :

  • 1/3 des français estime qu’il est difficile d’avoir accès à des soins médicaux / à des professionnels de santé
  • 1/3 d’entre eux juge qu’il n’y a pas assez de médecins généralistes près de son domicile
  • 1/2 qu’il n’y a pas assez de spécialistes près de chez lui.
  • 1/4 des français rencontre des difficultés pour consulter un médecin généraliste à moins de 30 min de route de son domicile.
  • 7 français sur 10 ont déjà renoncé à se soigner au moins une fois.

 

Bien loin de résoudre l’intégralité des problèmes d’accès aux soins en France, la télémédecine est une solution opérationnelle qui apporte un premier niveau de solution aux patients. Il s’agit d’un service de premier recours venant en complément du parcours de soins !

 

La télémédecine en première ligne face à l’épidémie

La crise sanitaire du COVID-19 a mis en lumière le rôle et l’utilité des entreprises de télémédecine. Ces dernières ont su répondre avec agilité aux contraintes imposées par l’épidémie en ajustant leurs protocoles, en formant leurs professionnels de santé ou encore en proposant pour une majorité d’entre elles un accès aux services sans reste à charge.

↗️ Les membres du LET ont vu leur nombre de téléconsultations augmenter de 10 à 15 fois pendant la période du confinement (vs le mois de février précédant la crise).

🚑 Près de 20 % des patients ayant eu recours à une téléconsultation affirment qu’à défaut, ils auraient eu recours aux urgences. La réduction de ce nombre est extrêmement positive, dans un contexte où les services hospitaliers étaient saturés – au plus fort de l’épidémie.

🇫🇷 Le recours à la téléconsultation médicale a globalement permis de réduire les déplacements des personnes (patients, professionnels de santé) et de limiter la propagation du virus.

⏰ Les plateformes de télémédecine, pour la plupart disponibles 24/7, ont permis d’assurer une permanence de soins.

 

A propos du LET

Le LET a été créé le 23 janvier 2019 à l’initiative d’une vingtaine de sociétés engagées dans la télémédecine en France. L’association a pour objectif de promouvoir le développement de la télémédecine en France auprès des patients, des professionnels de santé et des pouvoirs publics. L’association est présidée par François Lescure (MédecinDirect) et compte une quarantaine de membres qui représente plusieurs centaines d’emplois qualifiés et plusieurs milliers de professionnels de santé.

ENQUÊTE | Les usages de la télémédecine en période de crise sanitaire