Partez en voyage avec ce petit lexique médical de créole réunionnais

Avec ce froid, vous rêvez de partir en voyage aux Antilles ? Pour préparer votre voyage, Dr Rosunee a préparé un lexique médical de créole réunionnais

La culture créole

Le créole, à la fois nom et adjectif, trouve une multitude de définitions différentes de par le monde. Il définit des personnes issues de métissage, d’anciennes colonies etc. Il représente une culture forte et on trouve de nombreuses communautés créoles vivant dans les Caraïbes, les Antilles, l’Océan Indien, ou encore en Europe et en Amérique du Nord.

La France compte parmi ses citoyens des centaines de milliers de locuteurs créolophones, aux Antilles, en Guyane, à La Réunion, et dans l’Hexagone même où il n’est pas rare d’entendre du créole haïtien, guadeloupéen ou guyanais parlés quotidiennement dans certains quartiers.

Un peu d’histoire

Nées dans les colonies ayant connu la traite négrière pratiquée par des européens, les langues créoles ont longtemps été des langues orales. Pour des raisons historiques, liées à l’esclavage, les langues créoles comportent de forts apports africains. Néanmoins, le lexique de chacune d’elles provient essentiellement de celui d’une langue européenne. C’est ainsi que l’on distingue :

  • des créoles à base lexicale française (Martiniquais, Guadeloupéen, Guyane, Haïti, Seychelles, Louisiane, Sainte-Lucie, Réunion, Île Maurice).
  • des créoles à base lexicale anglaise (Jamaïque, Îles San Andrès, Providencia et Santa Catalina, situées au large des côtes du Nicaragua et du Costa Rica).
  • des créoles à base lexicale portugaise (Cap-Vert, Brésil et Guinée-Bissau).
  • des créoles à base lexicale espagnole qui sont plus rares (Philippines, Colombie).
  • des créoles à base lexicale néerlandaise parmi lesquels on ne compte plus guère que le Papiamento des îles néerlandaises, les autres étant presque tous éteints.
Partez en voyage avec ce petit lexique médical de créole réunionnais
(suite...)

Bien se préparer pour pratiquer l’ultra-trail : parlons de l’entraînement invisible

Ça y est, vous avez déjà connu le marathon et vous vous lancez dans l’ultra-trail. En effet, vous êtes amoureux de la nature ? Il est donc naturel que vous vous tourniez vers la montagne, la forêt ou bien la découverte du désert pour réaliser vos prochaines épreuves.

Image par Mary Bernsen

Mais alors, comment préparer son organisme à ce type d’épreuve, qui dépasse largement la distance parcourue lors d’un marathon, pouvant aller de 50 km à plus de 200 km ?

Le Dr Jean-Christophe Auffret est médecin de sport à Rouen. Après quelques années à assurer le suivi d’équipes et de centres de formation de clubs professionnels, il s’occupe maintenant des sportifs de « 7 à 77 ans », de tout niveau et de toute spécialité. Il a récemment intégré l’équipe médicale de MédecinDirect. Désormais, sur www.medecindirect.fr, vous pouvez lui envoyer vos questions concernant la traumatologie, la nutrition, l’optimisation de la performance ou du bien- être par le sport, mais aussi l’interroger sur l’intérêt de pratiquer une activité physique adaptée entrant dans le cadre du traitement d’une maladie grave ou d’un trouble métabolique.

Le Dr Auffret est intervenu dernièrement au Congrès du Sport et de l’Activité Physique des Hauts- de-France. Lors de sa présentation (consultez l’intégralité de la présentation en cliquant sur ce lien), il a abordé l’intérêt d’une préparation spécifique, indispensable à la pratique de l’ultra-trail. À cet effet, il nous y explique le concept de « l’entraînement invisible », faisant un parallèle avec la gestion efficiente de cette préparation dans une écurie de Formule 1.

Bien se préparer pour pratiquer l’ultra-trail : parlons de l’entraînement invisible
(suite...)

En 2017, meilleurs vœux de bonne santé

Avec le déploiement de la téléconsultation médicale en septembre, de nouvelles spécialités qui viennent renforcer l’équipe médicale, et la signature de nouveaux contrats avec plusieurs partenaires qui offrent le service MédecinDirect à l’ensemble de leurs adhérents, l’année 2016 a été une année exceptionnellement riche.

L’année 2017 devrait aussi permettre l’intégration de nouveaux partenaires pour qui la téléconsultation représente aujourd’hui un enjeu majeur dans l’accompagnement de leurs salariés, assurés ou adhérents. Avec à terme la prise en charge probable de la téléconsultation par l’Assurance Maladie, c’est une nouvelle façon d’apporter à ses bénéficiaires, des services toujours plus modernes et d’orienter au mieux dans le parcours de soin.

Le cap des 2 millions de bénéficiaires est franchi grâce à nos partenaires et les retours après nos 2 premiers mois d’activités en téléconsultation montrent, s’il en était besoin, que la demande est forte. Des premiers résultats seront publiés au second trimestre 2017.

Toute l’équipe MédecinDirect souhaite que 2017 soit une belle et heureuse année pour vous mêmes et vos proches. Et n’oubliez pas, MédecinDirect est toujours là pour vous accompagner dans l’amélioration de votre santé, à vos côtés … où que vous soyez !

En 2017, meilleurs vœux de bonne santé
(suite...)

Focus sur les tumeurs neuro-endocrines

Les tumeurs neuro-endocrines (TNE), anciennement dénommées tumeurs carcinoïdes, constituent un groupe hétérogène de tumeurs diverses.

Focus sur les tumeurs neuro-endocrinesCe sont des tumeurs cancéreuses, rares (1000 cas par an en France), et dont l’évolution est particulière, car lente, avec des survies prolongées même en cas de métastases à distance. Il existe parfois un contexte de prédisposition génétique (tumeur endocriniennes multiples – NEM).

La localisation des TNE est essentiellement digestive. On peut en voir dans tout le tube digestif, préférentiellement dans l’intestin grêle, l’appendice, et le pancréas.

De toutes petites TNE de moins de 1 cm sont souvent trouvées au niveau du rectum en coloscopie, au niveau de l’appendice en cas de chirurgie, et dans l’estomac de patients atteints d’une forme particulière de gastrite atrophique (la maladie de Biermer). Ces petites tumeurs neuro-endocrines infracentimétriques sont faciles à retirer, et ne nécessitent ni exploration complémentaire, ni  traitement.

Focus sur les tumeurs neuro-endocrines
(suite...)

MédecinDirect soutient l’initiative du mois sans tabac

Dans le cadre de la santé publique, le gouvernement organise un mouvement solidaire, mois sans tabac, dont le but est d’inciter les fumeurs à arrêter.

A l’heure actuelle, le tabac touche plus de 16 millions de personnes en France qu’importe le sexe et l’âge. Le phénomène est encore plus critique chez les jeunes entre 18-34 ans dont le ratio serait de 1 sur 2 de fumeurs.

MédecinDirect soutient Mois Sans TabacMois sans tabac qu’est-ce que c’est ?

Le mois sans tabac c’est avant tout un événement organisé par le gouvernement et qui se déroule pendant le mois de novembre, elle s’adresse à tous les fumeurs désirant se lancer un défi collectif qui est d’arrêter de fumer.

En effet ici la cohésion sociale des proches et des amis et le fait que vous ne soyez pas tout seul à tenter d’arrêter augmente les chances de réussite.

MédecinDirect soutient l’initiative du mois sans tabac
(suite...)

Tant attendu, le nouveau site de MédecinDirect

Tant attendu, nous dévoilons le nouveau site MédecinDirect. Nous avons repensé soigneusement notre site pour pouvoir mieux vous accompagner dans votre parcours sur MédecinDirect.

Dès la page d’accueil, nos partenaires sont mis en valeur pour que vous puissiez plus rapidement connaître si vous êtes bénéficiaire de MédecinDirect. Si vous êtes bénéficiaire de MédecinDirect, n’attendez plus, créez votre compte sans frais supplémentaire et posez votre première question à nos médecins.

site-medecin-direct De plus, nos médecins se retrouvent dorénavant sur la page d’accueil. Couvrant plusieurs spécialités médicales, nos médecins sont, comme d’habitude, à votre entière écoute.

Enfin, MédecinDirect peut désormais envoyer des prescriptions sur ordonnance électronique. Nos médecins sont habilités à vous délivrer une ordonnance. En cas de besoin, l’ordonnance est mise en pièce-jointe dans votre espace sécurisé sur MédecinDirect.

Et dans quelques semaines, ne manquez pas la prochaine mise à jour de notre application mobile, disponible sur iOS et Android.

Tant attendu, le nouveau site de MédecinDirect
(suite...)

La journée mondiale des pâtes – le 26 octobre 2016

Depuis 1995, la journée mondiale des pâtes est célébrée le 26 octobre. Voici une journée qui fera, sans aucun doute, plaisir aux plus gourmands…

Non, Marco Polo n’y est pour rien

Journée Mondiale des Pâtes

Parmi les peuples qui revendiquent l’origine des pâtes, on retrouve les Chinois et les Italiens. Tout d’abord, contrairement à la légende, les pâtes n’ont pas été ramenées en Italie de Chine par Marco Polo au 13ème siècle. On en retrouve des représentations dès le IIIe siècle avant J-C près de Rome. Ceci dit, il est vrai qu’on trouve de très anciennes traces de consommation des pâtes en Chine. En France, c’est grâce à Catherine de Médicis que l’on a découvert cet aliment.

Le palmarès

Sans surprise, les italiens sont les 1er consommateurs avec une consommation annuelle de 14,5 millions de tonnes de pâtes alimentaires, soit une moyenne par habitant et par an de 25 kg. Plus surprenant, la Tunisie arrive juste derrière avec une moyenne de 16 kg par habitant et par an. Les Français eux en consomment 8,1 kg par an.

Des pâtes, mais pas que des macaronis

Sèches, fraîches, longues, courtes, farcies, les pâtes alimentaires sont fabriquées avec de la semoule de blé dur et de l’eau. Pour fabriquer 1 kg de pâtes, il faut 1,3 à 1,5 kg de blé dur. Dans le monde, les trois types de pâtes les plus populaires sont : les spaghetti, les penne et les macaronis. Pourtant, selon l’Organisation Internationale des Pâtes, il existe plus de 600 formes de pâtes différentes.

La journée mondiale des pâtes – le 26 octobre 2016
(suite...)

Comment mieux lutter contre la toxicomanie et ses dommages ?

A l’heure où la première salle de shoot vient d’ouvrir ses portes en France, la journée nationale des toxicomanies nous rappelle que les drogues sont un fléau mondial qui engendre encore trop de problèmes de santé publique et qui nous concerne tous, directement ou indirectement.

Pour mieux lutter contre la toxicomanie et ses dommages, il Arrêter de fumerest essentiel de comprendre de quoi on parle et de savoir comment agir.

Qu’appelle-t-on une drogue ?

Toute substance susceptible de modifier la manière de percevoir les choses, de ressentir les émotions, de penser et de se comporter, est une « drogue ». Les dangers varient ensuite selon les substances, les individus, les façons de consommer, les quantités, etc.

Les drogues sont classées selon leur statut juridique, leurs effets ou encore leur dangerosité. L’autorisation ou l’interdiction d’une drogue n’est pas strictement fondée sur sa dangerosité. D’autres facteurs entrent en ligne de compte (histoire, culture, intérêt thérapeutique…). On distingue :

  • Les drogues autorisées mais réglementées, comme l’alcool et le tabac ou encore certains médicaments.
  • Les drogues interdites dont la loi prohibe l’usage et la vente, comme le cannabis, l’héroïne ou la cocaïne.
  • Les nouvelles drogues qui apparaissent sur le marché sans que leur statut ne soit encore clairement défini. On les appelle les nouveaux produits de synthèse (NPS).

Combien de personnes en France ?

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies a recensé l’évolution des niveaux de consommations de 2000 à 2011. Malgré une diminution globale de la consommation de tabac, d’alcool et de cannabis (les trois drogues les plus consommées en France), on observe une augmentation inquiétante ces dernières années.

toxicomanies

http://www.drogues-info-service.fr

Le tabac et l’alcool demeurent les substances les plus consommées en France (13,4 millions de français de 11 à 75 ans fument du tabac tous les jours et 8,8 millions boivent de l’alcool plus de dix fois par mois). Les consommations quotidiennes d’alcool sont en baisse mais de nouveaux comportements d’alcoolisation ponctuelle importante se développent, en particulier chez les plus jeunes. Les proportions de buveurs à risque chronique (9 %) et des buveurs à risque de dépendance (1,2 %) chez les 18-75 ans sont en augmentation.

En matière de conséquences sanitaires, le tabac et l’alcool sont respectivement à l’origine de 73 000 et 49 000 décès par an. Ces deux chiffres se recoupent en partie et ne peuvent être additionnés.

Ces dernières années, l’usage du cannabis (première substance illicite consommée avec 13,4 millions d’expérimentateurs) s’est stabilisé à un niveau élevé. On estime que 5 % des jeunes de 17 ans présentent des risques d’usage problématique ou de dépendance.

Comment mieux lutter contre la toxicomanie et ses dommages ?
(suite...)

Pour la sécurité routière, nous pouvons tous agir !

Le saviez-vous ? La mortalité routière est en hausse pour la seconde année consécutive (+ 59 décès par rapport à 2014) et 3 616 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en 2015.

La sécurité routière, c'est l'affaire de tousInscrite parmi les priorités gouvernementales, la sécurité routière est l’affaire de tous. Priorité nationale depuis 40 ans, elle a permis de diviser par 4 le nombre de morts sur la route, alors que le trafic routier a plus que doublé. Grâce à des campagnes de prévention choc à la télévision ou auprès des jeunes, la mortalité routière est passée sous la barre des 4000 morts par an. Pourtant, la remontée récente du nombre de tués inquiète et démontre qu’il reste encore beaucoup à faire.

Un accident est la conséquence d’un dysfonctionnement entre le conducteur, le véhicule et son environnement. Dans 90 % des accidents, c’est le comportement du conducteur qui est en cause. Des mesures d’éducation, de prévention et de répression ont été prises visant à agir sur les comportements susceptibles de générer des accidents. Cependant, chacun à son niveau peut agir sur son propre comportement ou celui de ses proches.

Que l’on soit piéton, cycliste, conducteur de deux roues ou d’une voiture, nous sommes tous concernés par la sécurité routière. A nous d’avoir les bons réflexes pour rendre la route plus sûre.

Pour la sécurité routière, nous pouvons tous agir !
(suite...)

Nouveauté : la téléconsultation médicale par MédecinDirect

MédecinDirect est heureux de vous présenter son nouveau service de téléconsultation médicale qui vous permet de consulter l’un de nos médecins à distance soit par téléphone, soit par mail sécurisé.

medecin-direct-image-telemedecine-02Ce qui change du service que vous connaissez déjà, c’est la capacité du médecin de vous accompagner davantage dans votre parcours de santé en vous proposant un diagnostic médical et une ordonnance, si nécessaire.

N’hésitez pas à contacter l’un de nos médecins en vous connectant à votre compte, votre identifiant est votre adresse e-mail. En cas de difficulté de connexion au service, n’hésitez pas à nous contacter au 09 52 18 76 61 (appel gratuit, lundi au vendredi de 9h à 18h) ou renseignez ce formulaire pour qu’un membre de notre équipe puisse vous assister.

Enfin, ce changement implique la mise à jour de nos conditions générales d’utilisation que vous pouvez consulter à tout moment sur notre site. Pour tout savoir sur ce nouveau service, consultez notre fiche d’information.

Nouveauté : la téléconsultation médicale par MédecinDirect
(suite...)